nouvelles (1)

Newsletter

Singapour pourrait réduire l’empreinte carbone de la climatisation de l’aéroport de Changi, dans le but de devenir une plaque tournante aérienne durable

1. Réduire l’empreinte carbone de la climatisation

Le système de climatisation de l’aéroport de Changi est son plus grand consommateur d’énergie, représentant 60 % de l’énergie totale utilisée par ses terminaux.

Alors que l’aéroport a des initiatives en cours pour réduire son utilisation de la climatisation et l’énergie nécessaire pour faire fonctionner le système, le panel a recommandé que CAAS travaille avec les parties prenantes pour améliorer encore l’efficacité énergétique du système grâce à des technologies et des concepts de conception innovants et économes en énergie.

Cela comprend l’évaluation des méthodes ou technologies de refroidissement alternatives potentielles pour guider la conception du terminal 5 et la modernisation des terminaux existants pour réaliser des économies d’énergie maximales.

Cela dit, l’aéroport reconnaît que son système de climatisation est une partie importante de son service pour apporter du confort aux passagers. L’aéroport ne supprimera pas entièrement la climatisation, mais explorera différentes méthodes de refroidissement en utilisant l’espace de ses terminaux.

2. Déployer l’énergie solaire sur l’aérodrome

Alors que l’aéroport de Changi a déjà installé des panneaux solaires sur les toits de ses terminaux, le panel a déclaré qu’il était possible d'”augmenter considérablement” l’utilisation de l’énergie solaire si des panneaux solaires pouvaient également être installés sur l’aérodrome, y compris sur les accotements herbeux le long des voies de circulation et près de la piste.

Les panneaux solaires ne fournissent actuellement que 4 % de la consommation totale d’énergie de l’aéroport.

Le panel a recommandé que CAAS mène une étude technique sur la faisabilité du déploiement de panneaux solaires sur l’aérodrome, y compris l’évaluation de leur impact sur les signaux radar, les opérations de vol, les rendements énergétiques, les pertes de transmission et la viabilité économique.

Par exemple, la nature réfléchissante des panneaux solaires pourrait perturber la vue d’atterrissage d’un pilote, tandis que les débris projetés d’un avion à l’atterrissage pourraient endommager les panneaux à proximité.

S’il s’avère viable, le CAAS engagera l’Organisation de l’aviation civile internationale et d’autres organismes de l’industrie sur les normes et la mise en œuvre.

3. Accroître l’utilisation de l’électricité renouvelable

S’appuyant sur la mesure précédente impliquant l’énergie solaire, le panel a recommandé que la CAAS travaille avec les parties prenantes pour garantir l’importation d’électricité à faible émission de carbone pour l’aéroport de Changi et fixe des objectifs à moyen terme 2030 et à long terme 2050 pour l’utilisation d’électricité renouvelable.

L’Autorité du marché de l’énergie a lancé des appels d’offres pour apporter de l’électricité à faible émission de carbone à Singapourdans le cadre de son objectif d’importer 4 gigawatts (GW) d’électricité d’ici 2035 pour décarboniser le secteur électrique du pays.

À long terme, le secteur de l’aviation a le potentiel d’exploiter de nouvelles initiatives nationales de production d’énergie renouvelable telles que la capture, l’utilisation et le stockage du carbone ou l’utilisation de l’hydrogène.

4. Faire fonctionner tous les véhicules côté piste avec de l’énergie propre

L’aéroport de Changi dispose actuellement d’une flotte de jusqu’à 3 000 véhicules côté piste, y compris des dépanneuses, des camions de restauration et des chariots à bagages. L’aéroport a électrifié environ 10 % d’entre eux, principalement les petits véhicules.

Le panel a recommandé que la CAAS travaille avec les parties prenantes pour faciliter la transition de tous les véhicules côté piste vers des options énergétiques plus propres.

Cet objectif peut être atteint par trois voies : l’électrification de la flotte côté piste, la conversion aux véhicules à hydrogène et l’utilisation de biocarburants.

Les autorités devraient mener une étude de simulation et de modélisation, ainsi que des essais technologiques, afin de mieux comprendre l’échelle de déploiement, les défis opérationnels, les politiques et les besoins en matière de réglementation pour chaque voie, a déclaré le panel.

5. Mettre en place une installation de valorisation énergétique des déchets à l’aéroport de Changi

L’aéroport de Changi a adopté des pratiques de déchets circulaires pour réduire le volume de déchets générés et consommer moins de ressources externes.

Au-delà de cela, le panel a recommandé une voie de décarbonisation plus directe pour réduire la consommation d’énergie, grâce à une installation de valorisation énergétique des déchets sur site à l’aéroport de Changi.

L’installation pourrait fonctionner en canalisant les déchets – y compris ceux des avions à l’arrivée – comme matière première pour produire des biocarburants ou de l’électricité.

La CAAS devrait travailler avec les parties prenantes pour étudier le potentiel et la faisabilité de la création d’une telle installation, en particulier s’il existe des économies d’échelle suffisantes pour une telle installation, a déclaré le panel.

Les autorités devraient également rechercher qui exploiterait l’installation, le type de flux de déchets impliqués et les désagréments potentiels qui pourraient survenir.

6. Optimiser les opérations aéroportuaires

L’optimisation du système au niveau de l’aéroport peut améliorer l’efficacité opérationnelle et réduire les émissions de carbone de manière systémique, a déclaré le panel.

L’aéroport de Changi pourrait bénéficier du développement d’un modèle numérique qui intègre des données provenant de diverses sources pour refléter ses opérations aéroportuaires réelles. Cela peut ensuite être présenté dans une interface centrée sur l’homme pour des prédictions avancées, la simulation et l’optimisation des processus.

Le panel a recommandé que CAAS travaille avec les parties prenantes pour étudier la faisabilité d’un processus de modélisation de jumeau numérique à l’aéroport de Changi.

L’étude devrait inclure la planification, la conception et l’optimisation de bout en bout des processus aéroportuaires afin de réduire la consommation d’énergie et de minimiser les émissions provenant des mouvements d’aéronefs et de véhicules côté piste.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT