Nouvelles Du Monde

Des caméras cachées capturent un passager en fauteuil roulant heurté par un ascenseur sur un vol d’Air Canada

Des caméras cachées capturent un passager en fauteuil roulant heurté par un ascenseur sur un vol d’Air Canada

2023-11-08 06:09:27

Une femme de Toronto qui utilise un fauteuil roulant électrique a eu son ventilateur débranché et un ascenseur lui est tombé sur la tête, le tout au cours d’un seul voyage, alors que le personnel d’Air Canada avait du mal à la transférer entre l’avion et son fauteuil roulant, une nouvelle Marché une enquête par caméra cachée montre.

“Je ne me sentais pas en sécurité”, a déclaré Alessia Di Virgilio après l’incident.

À la lumière du fait que le gouvernement fédéral a convoqué Air Canada à Ottawa cette semaine pour discuter d’une série de rapports sur les mauvais traitements infligés aux clients en fauteuil roulant, Marché publie un aperçu exclusif de son enquête par caméra cachée qui a documenté un récit de première main rarement vu sur les défis rencontrés par les personnes handicapées qui voyagent en avion.

Marché a accompagné Di Virgilio lors d’un aller-retour avec Air Canada de Toronto à Charlottetown où des caméras cachées ont capturé une multitude de problèmes. Di Virgilio a accepté de laisser Marché documenter son parcours pour sensibiliser les gens aux épreuves que vivent les personnes en fauteuil roulant lorsqu’elles montent à bord d’un avion.

Marché a montré les images de la caméra cachée à Jeff Preston, professeur agrégé d’études sur le handicap au King’s University College de London, en Ontario. En tant qu’utilisateur de fauteuil roulant électrique, il a déclaré que ces problèmes sont beaucoup trop courants.

Jeff Preston, professeur agrégé d’études sur le handicap au King’s University College de London, en Ontario, a appelé Air Canada à assumer la responsabilité de la manière dont elle gère l’accessibilité. (Stephen Grimes)

“Ce moment où vous vous souvenez que vous n’avez pas les mêmes droits ni le même accès que les autres Canadiens, qu’on vous demande fondamentalement de vivre une vie inférieure à cause de votre différence, qu’il est de votre responsabilité de vous intégrer dans ce système brisé plutôt que de le système disant que nous devons faire fondamentalement mieux”, a-t-il déclaré.

Di Virgilio est née avec un handicap de mobilité qui affecte ses muscles et ses poumons. Elle ne peut pas s’asseoir sans soutien et utilise un ventilateur pour l’aider à respirer. Son fauteuil roulant est construit sur mesure pour répondre à ces besoins et lui donner son indépendance.

“Je pense qu’en tant que personnes handicapées, les choses qui sont récréatives sont souvent [deemed] frivole”, a-t-elle déclaré. “Mais cela concerne la qualité de vie et c’est la différence entre vivre et vivre.”

En plus de documenter l’expérience de Di Virgilio en matière de voyages en avion, Le marché L’enquête mettra en lumière les problèmes d’accessibilité dans les réseaux de transport en commun du Canada, notamment l’utilisation de véhicules de location avec des animaux d’assistance et la navigation dans les transports en commun avec un handicap.

  • Vous pouvez regarder l’enquête complète, « Accès refusé », le vendredi 10 novembre à 20 h, 20 h 30 à Terre-Neuve, sur CBC TV et à tout moment sur Youtube ou Le joyau de CBC.

“Les gens ne savaient pas vraiment ce qu’ils faisaient”

Di Virgilio dit que le principal problème est l’obligation d’être séparée de son fauteuil roulant pendant les vols. L’Office des transports du Canada exige que les passagers qui utilisent un fauteuil roulant soient assis sur des sièges d’avion, et la plupart des appareils de mobilité doivent être rangés dans la soute avec les bagages des voyageurs. Les passagers doivent également appeler à l’avance pour s’assurer que leurs aides à la mobilité peuvent passer par la porte cargo, dont la taille varie en fonction de l’avion. La chaise de Di Virgilio n’était qu’à quelques centimètres en dessous de la limite de hauteur.

Lire aussi  Refus de planification pour plusieurs appartements sur le site précédemment occupé par une entreprise de métallurgie au nord de la ville de Cork.

La réglementation exige également que les compagnies aériennes veillent à ce que du personnel correctement formé effectue les transferts des personnes utilisant des fauteuils roulants, mais Di Virgilio ne fait pas toujours confiance à cette formation. « J’avais simplement l’impression que les gens n’étaient pas formés correctement », a-t-elle déclaré à propos du transfert final à l’aéroport international Pearson. “Les gens ne savaient pas vraiment ce qu’ils faisaient.”

CBC News a Nous avons reçu de nombreuses histoires d’inconfort ou de blessures lors des transferts ou de dommages aux fauteuils roulants lorsqu’ils sont placés dans le fret.

Preston dit que transférer quelqu’un de son fauteuil roulant à un fauteuil d’avion peut être tout à fait dangereux si cette personne tombe. “J’ai subi une opération à la moelle épinière qui a été pratiquée quand j’étais très jeune, avec deux bâtonnets sur la colonne vertébrale. Si j’ai un impact vraiment extrême sur ces bâtonnets et qu’ils se brisent, cela entraînera une paralysie, voire la mort.”

« Un bilan physique et émotionnel »

Les problèmes pendant le vol n’étaient pas les seuls problèmes Marché documenté. Di Virgilio a commencé à éprouver des complications avec Air Canada avant le début de son voyage. Avant de voyager, Di Virgilio devait d’abord soumettre des informations médicales personnelles à Air Canada. Le formulaire « Condition physique pour voyager en avion » de la compagnie aérienne doit être rempli par le fournisseur de soins de santé du voyageur et demande des informations détaillées, notamment la fréquence cardiaque, la tension artérielle et la capacité du voyageur à contrôler ses propres intestins.

Alessia et Travis sont dehors devant un magasin et regardent le téléphone de Travis.
Di Virgilio, à gauche, a accepté de laisser l’animateur de Marketplace Travis Dhanraj, à droite, et son équipe documenter son parcours pour sensibiliser aux épreuves que subissent les personnes en fauteuil roulant lorsqu’elles montent à bord des vols. (Jenny Cowley/CBC)

Di Virgilio a soumis le formulaire une semaine avant son vol, mais 24 heures avant son départ prévu, Air Canada a déclaré à Di Virgilio qu’elle avait également besoin de l’autorisation d’un pneumologue. Un rendez-vous avec son spécialiste doit généralement être réservé des mois à l’avance.

Dans une ruée, Di Virgilio a réussi à obtenir l’autorisation de son spécialiste et d’Air Canada, mais le lendemain, à l’aéroport Pearson de Toronto, le personnel de bureau d’Air Canada n’avait pas cette information. Il a fallu 40 minutes au personnel pour confirmer son autorisation médicale et l’enregistrer.

“Les gens ne réalisent pas le type de tribut physique et émotionnel que cela nous impose, même si nous payons le même billet d’avion que quelqu’un qui n’a pas besoin de vivre cela”, a déclaré Di Virgilio.

Lire aussi  Épidémie de dengue au Bangladesh : augmentation des cas et des décès

À ce stade, Di Virgilio réduisait sa consommation de liquide depuis quatre jours et prenait des médicaments pour arrêter les selles. Une fois qu’elle a quitté sa maison, a-t-elle déclaré, elle n’avait aucun moyen d’utiliser les toilettes avant d’arriver à son hôtel, où un ascenseur serait disponible plus de neuf heures plus tard.

“Gros problème” avec l’embarquement

Une fois arrivée à la porte d’embarquement, Di Virgilio a vu le personnel d’Air Canada permettre aux passagers de première classe d’embarquer avant elle.

“Cela va être un gros problème”, a déclaré Erika Katzman, personne de soutien et amie de Di Virgilio.

“Me regarder dans mon état le plus vulnérable… c’est indigne de devoir me montrer devant tous ces gens”, a déclaré Di Virgilio à un employé de la compagnie aérienne.

Regardant une rangée d’avions, une femme équipée d’un ventilateur semble mal à l’aise assise à côté de son accompagnateur.
Di Virgilio a déclaré que sans le soutien de son fauteuil roulant électrique sur mesure, elle essayait simplement de trouver « un moment de confort ». (Jérémy McDonald/CBC)

Di Virgilio a demandé que l’embarquement soit interrompu, et le personnel d’Air Canada a semblé se démener pour trouver un ascenseur fonctionnel et du personnel pour l’aider à la transférer de son fauteuil roulant à son siège d’avion, ce qui a entraîné un retard du vol.

À bord, sans le soutien de son fauteuil roulant, Di Virgilio a déclaré qu’elle essayait simplement de trouver “un moment de réconfort”.

“J’ai juste l’impression que le système, les avions, la structure, le processus, la bureaucratie… ne sont pas destinés aux gens comme moi. Et quand vous essayez de profiter un peu de la vie, c’est ce que vous obtenez pour y arriver.… C’est juste difficile”, a déclaré Di Virgilio.

“Je ne me sentais pas en sécurité” au retour

Le vol de retour de Di Virgilio a posé ses propres problèmes. À l’aéroport de Charlottetown, aucun ascenseur n’était disponible, alors cinq membres du personnel, dirigés par Katzman, ont transféré Di Virgilio dans un fauteuil roulant étroit appelé fauteuil d’allée.

Le transfert s’est déroulé sous la pluie, sur une rampe découverte, juste devant la porte de la cabine. Des images de caméra cachée ont capturé le moment où le ventilateur de Di Virgilio s’est brièvement détaché après qu’elle ait été placée sur la chaise du couloir. Le tube s’est déconnecté plusieurs fois lors des transferts pour ce voyage. Di Virgilio a déclaré que sans cela, elle n’avait que quelques respirations avant que sa respiration ne devienne superficielle.

Le moment le plus effrayant pour Di Virgilio, a-t-elle déclaré, a été le dernier transfert qu’elle a subi lorsque l’avion a atterri à Toronto. “Je me sentais terrifié… J’avais vraiment peur”, a déclaré Di Virgilio.

Des caméras cachées ont capturé des remarques du personnel d’Air Canada suggérant qu’ils n’étaient pas sûrs de pouvoir utiliser l’équipement ou qu’ils n’étaient pas correctement formés.

  • REGARDER | Une caméra cachée filme le moment « traumatisant » où l’ascenseur tombe sur la tête d’une passagère alors que le personnel d’Air Canada se débat pendant le transfert vers son fauteuil roulant :

Une caméra cachée capte le moment « traumatisant » où l’ascenseur tombe sur la tête d’une passagère alors que le personnel d’Air Canada se débat pendant le transfert vers son fauteuil roulant

Vidéo en vedetteMarketplace publie un aperçu exclusif de son enquête par caméra cachée qui a documenté un témoignage de première main, rarement vu, sur les défis auxquels sont confrontés les personnes voyageant avec un handicap.

Lire aussi  La marine indienne parie sur XLUUV et ULUAV pour chasser les sous-marins chinois – Indian Defence Research Wing

“Désolé, je n’ai pas utilisé cette machine depuis probablement sept ans”, lui a dit un membre du personnel.

“Je n’étais pas confiant et je ne me sentais pas en sécurité”, a déclaré Di Virgilio.

Le personnel semblait faire fonctionner l’ascenseur par essais et erreurs tandis que Di Virgilio les suppliait. Elle grimaça de douleur alors que son corps était amené dans l’ascenseur.

“S’il vous plaît les gars, s’il vous plaît”, supplia-t-elle.

Puis l’ascenseur s’est renversé. “Cela m’a frappé à la tête”, a déclaré Di Virgilio.

“Dire le mot terrifiant ne suffit pas à [capture] comment vous vous sentez”, a réfléchi Di Virgilio, quelques jours après son retour chez lui. “C’était une expérience tellement bouleversante.… Je me suis en quelque sorte arrêté à partir de là.”

Plan lointain de plusieurs travailleurs rassemblés autour d'Alessia dans son fauteuil roulant, à l'extérieur, sur une rampe.
Alors que Di Virgilio embarquait sur un vol de Charlottetown à destination de Toronto, le personnel l’a transférée de son fauteuil roulant électrique à un fauteuil roulant pour allée étroite, à l’extérieur sous la pluie. (Jenny Cowley/CBC)

Air Canada n’a pas voulu commenter le cas spécifique de Di Virgilio. Dans un communiqué, la compagnie aérienne a déclaré : « La grande majorité des clients ayant des besoins de mobilité ont voyagé sans problème et dans les cas relativement rares où des obstacles ont été rencontrés, nous avons agi rapidement pour répondre aux préoccupations. »

Air Canada a également déclaré avoir contacté Di Virgilio pour lui présenter ses excuses.

L’Office des transports du Canada (OTC) a déclaré Marché il donne la priorité aux plaintes liées à l’accessibilité et que « même en l’absence de plainte, lorsque nous sommes informés d’un incident grave qui pourrait constituer une violation de la réglementation, nous demandons à notre équipe d’application de la loi d’examiner l’incident ». Le régulateur a ajouté qu’il ne pouvait pas commenter le cas de Di Virgilio car il pourrait lui être soumis sous forme de plainte.

Preston affirme qu’Air Canada et l’OTC doivent assumer la responsabilité de la manière dont ils gèrent l’accessibilité. “En fin de compte, lorsque les droits de quelqu’un sont violés, lorsque quelqu’un est fondamentalement traité comme une personne inférieure, je pense que nous avons tous la responsabilité d’intervenir.… Nous devons faire un bien meilleur travail pour garantir que ce qui est sur papier est réellement mis en œuvre. dans le monde réel. Parce que cet écart, d’après mon expérience, peut être énorme.

Di Virgilio veut qu’Air Canada agisse. “J’ai partagé ma documentation médicale, je vous ai donné mon corps, mon expérience, mon argent, ma perspicacité, mes commentaires, et donc je dirais, maintenant, qu’allez-vous en faire ?”

#Des #caméras #cachées #capturent #passager #fauteuil #roulant #heurté #par #ascenseur #sur #vol #dAir #Canada
1699418520

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT