nouvelles (1)

Newsletter

Un suspect palestinien tué après avoir poignardé dans le centre d’Israël

JÉRUSALEM – Un Palestinien a été abattu jeudi par un policier qui n’était pas en service après avoir poignardé deux automobilistes israéliens à une intersection du centre d’Israël, ont annoncé des responsables et des médias israéliens.

L’incident est survenu à un moment où la violence israélo-palestinienne s’intensifiait.

Israël a mené des raids militaires nocturnes en Cisjordanie occupée à la suite d’une série d’attaques meurtrières à l’intérieur d’Israël au printemps dernier.

L’incident de jeudi s’est produit près de la ville israélienne de Modiin sur une route principale qui traverse la Cisjordanie à quelques kilomètres (miles) de là.

La police et les secouristes israéliens ont déclaré que l’agresseur s’était approché de plusieurs véhicules, lançant des gaz lacrymogènes sur les gens et essayant d’ouvrir les portes des voitures. Le service de secours MADA a déclaré que deux personnes avaient été légèrement blessées aux mains, tandis que cinq personnes avaient été blessées par du gaz poivré et que le policier qui n’était pas en service avait été légèrement blessé au visage.

Il n’y avait aucun moyen de vérifier le compte de manière indépendante.

Des Palestiniens isolés ont perpétré des dizaines d’attaques à l’arme blanche et à la voiture bélier ces dernières années. Mais les Palestiniens et les groupes de défense des droits de l’homme affirment que les forces de sécurité israéliennes utilisent souvent une force excessive.

Plus tôt jeudi, le groupe militant palestinien Hamas a menacé d’actions hostiles contre Israël pour ce qu’il a appelé “violations contre Jérusalem et la mosquée Al-Aqsa” avant les prochaines fêtes juives.

Les menaces du Hamas sont survenues juste avant le nouvel an juif de dimanche, et un jour après qu’un groupe d’extrémistes religieux juifs ait visité un lieu saint contesté vénéré par les juifs et les musulmans et ait sonné le shofar – une corne de bélier qui est claironnée à l’approche et pendant les grandes fêtes juives.

Le nouvel an juif, Roch Hachana, commence dimanche au coucher du soleil et, dans les semaines à venir, des milliers d’Israéliens devraient se rendre à Jérusalem.

Omer Barlev, le ministre israélien chargé de la police, a déclaré mercredi à la radio publique Kan que les autorités israéliennes ne limiteraient pas les visites juives au lieu saint contesté de Jérusalem, connu des juifs sous le nom de mont du Temple et des musulmans sous le nom de mosquée Al-Aqsa.

Les visites et les prières des radicaux juifs purs et durs sur le site ont déclenché de précédents cycles de violence entre Israël et les Palestiniens.

Pour les Juifs, le site est le plus sacré de la terre, l’emplacement de deux anciens temples. Pour les musulmans, c’est la maison de la mosquée Al-Aqsa et le troisième lieu saint après La Mecque et Médine. Le sanctuaire est l’épicentre émotionnel du conflit israélo-palestinien qui dure depuis des décennies.

Officiellement, en vertu d’un ensemble de règles lâches connues sous le nom de “statu quo”, les Juifs sont autorisés à visiter, mais pas à prier sur le site, qui est géré par une fiducie gérée par la Jordanie. Mais ces dernières années, le nombre de visiteurs juifs sur le site n’a cessé d’augmenter et certains organisent une prière juive sur le site sous la protection de la police.

S’adressant aux journalistes dans la ville de Gaza, le chef du Hamas Mahmoud al-Zahar a dénoncé ce qu’il a appelé une “attaque flagrante contre le statut religieux et islamique de la ville et de la mosquée”, affirmant qu’Israël portait l’entière responsabilité de “la possibilité d’entraîner toute la région dans une guerre de religion ouverte.

Il a déclaré que le groupe militant, qui dirige la bande de Gaza, « défendrait les droits et le caractère sacré de notre peuple par tous les moyens possibles ».

Israël et le Hamas ont mené quatre guerres dans la bande de Gaza depuis que le groupe militant islamiste a pris le pouvoir en 2007.

La bataille la plus récente, en mai 2021, a commencé lorsque le Hamas a tiré des roquettes sur Jérusalem alors que les nationalistes israéliens prévoyaient de défiler dans la vieille ville historique de Jérusalem, qui abrite des lieux saints du judaïsme, du christianisme et de l’islam.

Israël s’est emparé de Jérusalem-Est, ainsi que de la vieille ville et de ses lieux saints, lors de la guerre du Moyen-Orient de 1967, puis l’a annexée dans un mouvement non reconnu par la plupart de la communauté internationale. Les Palestiniens la recherchent comme capitale d’un futur État indépendant.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Ladbrokes

Ladbrokes Cette application nécessite Javascript pour une fonctionnalité et une expérience utilisateur optimales. Votre navigateur ou votre appareil peut ne pas prendre en charge Javascript

ADVERTISEMENT