nouvelles (1)

Newsletter

“Plus jamais ça” résonne dans les manifestations de New York contre Marcos

Le voyage américain du président Ferdinand Marcos Jr. coïncide avec la commémoration cette semaine de la déclaration de la loi martiale il y a 50 ans

MANILLE, Philippines – Cinquante ans après la déclaration de la loi martiale aux Philippines, des groupes philippins se sont réunis à New York pour s’élever contre la seconde venue d’un Marcos, avec des manifestants confrontant le président Ferdinand Marcos Jr. au sujet des abus constatés sous le défunt dictateur de père. régime.

Marcos, qui effectue actuellement son premier voyage aux États-Unis en tant que président, s’est rendu à New York pour assister à l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) cette semaine. Au cours de sa visite de travail, le dirigeant philippin devait également rencontrer des dirigeants d’entreprises et de groupes commerciaux américains dans le but d’attirer des investissements pour les Philippines.

La visite de Marcos coïncide avec la commémoration cette semaine de la déclaration de la loi martiale il y a 50 ans, le 21 septembre.

Dans une ville qui occupe une «place sentimentale» pour le président, le passé et le présent se sont heurtés le long des rues qui abritent des bâtiments autrefois achetés par l’ancienne première dame Imelda Marcos, la mère du président, et dans des endroits comme le consulat des Philippines.

Alors que Marcos devait monter sur scène à l’AGNU, des manifestants se sont rassemblés devant la Mission permanente des Philippines auprès des Nations Unies le long de la 5e Avenue.

Ils ont déclaré à propos du discours de Marcos à l’AGNU : “C’est une parodie et une gifle à la fois pour les courageux Philippins qui ont survécu à la torture et à la ruine économique, et pour les familles de ceux qui ont disparu et ont été assassinés aux mains de la famille Marcos – beaucoup dont vivent aux États-Unis.

Le bâtiment qui abrite le consulat en lui-même rappelle le règne de plusieurs décennies de la famille Marcos. Une plaque à l’intérieur du bâtiment indique que le bâtiment a été “inspiré et dédié” par l’ancienne première dame.

Plus tôt dans la journée, alors que Marcos se rendait à la Bourse de New York (NYSE), des manifestants ont été entendus scandant “Plus jamais à la loi martiale!” Des groupes rassemblés ont également hué le nouveau chef et l’ont accusé d’être un lâche.

« Marcos, Marcos, tu ne peux pas te cacher ! ils ont dit.

Les rapports locaux ont estimé qu’environ 50 personnes ont assisté à la manifestation à la NYSE. Les manifestations représentaient le chapitre d’Anakbayan à Manhattan, l’Alliance Kabataan, la Ligue internationale des luttes populaires et la Coalition du Nord-Est pour faire progresser la véritable démocratie aux Philippines.

Le voyage en cours de Marcos aux États-Unis marque la première fois qu’il est publiquement connu pour avoir voyagé dans le pays depuis des décennies. Avant d’assumer la présidence, il n’a pas pu se rendre en Amérique en raison d’une ordonnance d’outrage permanente émise par un tribunal américain contre lui et sa mère en 1995 dans le cadre d’un recours collectif en matière de droits de l’homme intenté contre son père.

En tant que chef d’État, Marcos bénéficie de l’immunité diplomatique, ce qui lui permet de mettre le pied aux États-Unis sans menace d’assignation à comparaître ou d’arrestation dans le cadre de l’affaire vieille de plusieurs décennies. – avec des rapports de Bea Cupin/Rappler.com

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT