Nouvelles Du Monde

Manifestations à Gaza dans les universités : évacuation sur ordre d’en haut

Manifestations à Gaza dans les universités : évacuation sur ordre d’en haut

2024-05-24 18:25:00

Le maire de Berlin, Kai Wegner, défend les actions de la police contre les occupants de l’université Humboldt. La police fait le point, les avocats protestent.

Pas contente de l’expulsion : la présidente de l’université, Julia von Blumenthal, a recherché le dialogue avec les manifestants

BERLIN taz | L’évacuation d’un autre camp de protestation dans une université de Berlin suscite une nouvelle polémique. Le maire de Berlin, Kai Wegner, a défendu vendredi l’action de la police contre les occupants pro-palestiniens de l’Université Humboldt (HU). “Je ne laisserai pas passer cela, nous ne tolérons pas l’antisémitisme, la haine et l’agitation dans nos universités”, a expliqué l’homme politique de la CDU. La présidente de l’HU, Julia von Blumenthal, a d’abord voulu tolérer l’occupation, mais a ensuite dû se conformer aux instructions de la sénatrice scientifique Ina Czyborra (SPD) et de Wegner.

La présidente de l’Université technique de Berlin (TU), Geraldine Rauch, a qualifié les actions de Wegner et Czyborra d’« extrêmement étranges ». Cela porte atteinte à l’autonomie des universités et témoigne d’un manque de confiance dans la direction de l’université. Les slogans et graffitis antisémites ne sont pas acceptables. « Mais il est également inacceptable que notre maire au pouvoir regroupe tous les manifestants et les déclare « sympathisants du terrorisme ».

Le maire de Berlin, Kai Wegner, a répliqué froidement : “Si la présidente du TU pense qu’il s’agit d’un nouveau style, alors elle a tout à fait raison”, a répondu l’homme politique de la CDU. « J’attache une grande importance à la liberté académique et à la liberté d’expression, mais les crimes antisémites ne sont pas une opinion. Et : les étudiants juifs devraient « pouvoir étudier dans les universités sans crainte ».

Lire aussi  Conflit de négociation collective entre Deutsche Bahn et EVG : vote au scrutin sur les grèves
La police fait le point

La police a fait le point vendredi : lors de l’évacuation de l’université Humboldt de Berlin jeudi soir, elle a arrêté temporairement 169 manifestants afin de déterminer leur identité. En outre, 25 plaintes pénales ont été déposées, notamment pour atteinte à l’ordre public, résistance aux forces de l’ordre et incitation à la haine. Environ 530 agents étaient en service.

Environ 150 étudiants ont occupé jeudi l’Institut des sciences sociales de l’université. Des banderoles étaient accrochées aux fenêtres et une banderole dans la cour disait « Bienvenue à l’Institut Jabalia ». Jabalia, une ville du nord-est de Gaza, a été touchée il y a quelques jours par une frappe aérienne israélienne, détruisant un hôpital. Plusieurs centaines de manifestants solidaires se sont également rassemblés dans la rue.

Seuls les étudiants de la HU et de la Charité qui pouvaient présenter une carte d’étudiant valide ont eu accès au campus occupé de la Georgenstrasse. Ils devaient également connaître des personnes qui se trouvaient déjà dans le bâtiment occupé. Seuls des représentants de la presse sélectionnés étaient autorisés à entrer dans la zone, par exemple depuis sd et le site Web World Socialist News. le taz, Temps en ligne ou bien le RBB s’est vu refuser l’accès.

Que voulaient les étudiants ?

Les revendications des étudiants : L’HU doit faire tout ce qui est en son pouvoir pour arrêter l’attaque israélienne sur Gaza. Comment cela n’est-il pas clair dans la déclaration de la « Coalition étudiante de Berlin » sur Instagram. Ils ont également exigé une protection contre les représailles et la liberté de manifester. Mais ils ont également exigé que l’Université Humboldt mette fin à ses partenariats avec les six institutions israéliennes, dont les universités de Haïfa et de Tel Aviv.

Lire aussi  Craint que jusqu'à 1200 particuliers aient reçu le mauvais certificat de compétence - VG

Jeudi après-midi, de plus en plus de personnes se sont rassemblées devant le bâtiment. Un occupant a crié « Palestine libre, libre » dans un mégaphone, et les manifestants ont répondu « Palestine libre, libre et libre ». Le slogan désormais interdit « Du fleuve à la mer » a été remplacé par : « De la mer au fleuve, la Palestine vivra pour toujours ».

Un seul contre-manifestant s’est présenté. Le visage couvert d’un drapeau israélien, il tenait dans ses mains une banderole sur laquelle était écrit « Action antifasciste » et une boîte à musique. Une chaîne de manifestants pro-palestiniens s’est rapidement formée devant lui. Cela a été bruyant pendant un moment, mais après quelques gestes menaçants, la situation s’est éclaircie : il n’y a pas eu de bagarre. L’homme a tenu sa bannière dans ses mains pendant un moment avant de disparaître à nouveau ; il ne voulait pas parler au taz.

Le président de l’université est mécontent

On ne sait pas exactement quand l’expulsion a été décidée. Blumenthal lui-même avait toléré l’occupation et souhaitait se rapprocher des militants. Ils ont eu « une bonne conversation », mais aucun accord n’a finalement été trouvé. Blumenthal lui-même ne semblait pas content de l’expulsion ce soir-là. Elle a souligné à plusieurs reprises devant la presse qu’il s’agissait d’une instruction.

La police avait donné aux occupants jusqu’à 18h30 pour quitter volontairement le bâtiment. La plupart des militants ont suivi les instructions et ont quitté le bâtiment en groupes, se tenant la main, sous les acclamations des manifestants dans la rue. Von Blumenthal a personnellement accompagné ceux qui sont partis volontairement jusqu’aux voitures de police, où leurs données personnelles ont été enregistrées. Plusieurs manifestants ayant volontairement quitté le bâtiment ont néanmoins été durement pris à partie par la police. La police a ensuite évacué le bâtiment et retiré les banderoles.

Lire aussi  Dans "The Change", il y a un backstage. Je vous dirai si on ne tient pas la liste dans la région de Sofia
Un avocat également arrêté

Parmi les personnes arrêtées figurait Benjamin Düsberg, avocat pénaliste et membre de l’Association des avocats républicains (RAV). Il se trouvait également dans le bâtiment occupé lors des négociations avec le Présidium. Lorsqu’une personne était arrêtée, il voulait l’accompagner d’un avocat. Il a ensuite été arrêté dans la cour. “Ce qui est particulièrement inquiétant, c’est qu’au début, la police n’a même pas pu me porter plainte”, a déclaré vendredi Düsberg à taz.

Dans un communiqué, le RAV souligne que la police est obligée de divulguer l’accusation spécifique à l’accusé avant d’enregistrer son identité. « La police n’a fait cela ni à moi en tant qu’avocat, ni aux participants à la réunion. Cette action est illégale, elle devrait avoir des conséquences», déclare Düsberg. Il est également illégal que tous les manifestants soient contrôlés sans aucun soupçon concret initial. “Je suppose que cette action policière a été ordonnée par le Sénat.”

Düsberg est désormais accusé de « graves atteintes à l’ordre public ». “C’est complètement scandaleux, car je faisais juste mon travail d’avocat”, déclare l’avocat. Le groupe de travail composé d’avocats critiques de l’Université Humboldt (AKJ Berlin) suit de près les actions de la police. Il déclare : La police avait déjà gravement violé la loi lors de la première réunion pro-palestinienne à l’université Humboldt le 3 mai, qui a également été dissoute. (avec dpa et epd)



#Manifestations #Gaza #dans #les #universités #évacuation #sur #ordre #den #haut
1716580557

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT