Nouvelles Du Monde

Lutter contre l’intimidation : Pourquoi régler la violence par de la violence n’est pas la solution

Lutter contre l’intimidation : Pourquoi régler la violence par de la violence n’est pas la solution

La vidéo du père qui a agressé un adolescent qui aurait intimidé son fils a fait beaucoup de bruit mardi sur les réseaux sociaux, soulevant au passage la question du rôle des parents dans une situation où leur enfant est victime d’intimidation.

• À lire aussi: EN VIDÉO | Un père s’en serait pris à un élève de 13 ans dans une école de Lanaudière

• À lire aussi: “Il faudrait pas juger mon père”: le frère du jeune intimidé témoigne

• À lire aussi: Intimidation à l’école Pierre-Lestage: une mère en pleurs appelle à l’aide

“Malheureusement, dans les écoles, il n’y a pas suffisamment de ressources pour faire face à toutes ces difficultés et tous ces niveaux de complexité”, affirme la présidente de la Coalition des psychologues du réseau public québécois, Karine Gauthier.

Cette dernière insiste sur l’importance de prendre le problème de l’intimidation au “sérieux”.

“On voit au niveau de certaines structures cérébrales, les jeunes qui ont subi de l’intimidation sévère peuvent avoir des effets au niveau de leur cerveau comme on peut voir chez les gens qui ont subi des abus dans leur enfance”, affirme Mme Gauthier.

Lire aussi  Le conseil municipal de St. Cloud sollicitera l'avis des résidents sur le centre communautaire, le centre de désintoxication pour toxicomanes et plus encore le mois prochain

Les conséquences de l’intimidation peuvent être graves et nombreuses, souligne-t-elle.

“Cela a un impact sur le bien-être du jeune et de sa famille”, explique-t-elle. “Cela peut avoir des effets sur l’estime de soi, la santé mentale, le développement de dépression ou d’évitement scolaire, soit des jeunes qui ne veulent plus aller à l’école.”

La spécialiste répète que les ressources attribuées à offrir des services et de la protection aux jeunes qui vivent de l’intimidation ne sont pas suffisantes.

“Ce n’est pas pour excuser les comportements des parents, mais en même temps, il est important de voir les deux côtés aussi”, affirme Mme Gauthier, qui reconnait que certains parents peuvent avoir le désir de prendre les choses en mains lorsque les interventions du personnel scolaire sont insuffisantes.

Toutefois, elle ne croit pas que “régler la violence par de la violence” est une solution viable.

“Les parents peuvent toujours contacter la police dans un cas d’intimidation et [les policiers] vont intervenir dans certaines situations quand c’est grave”, informe-t-elle.

Lire aussi  Campagne de vaccination contre la rougeole et la fièvre jaune lancée dans la province du Kwilu

***Voyez l’entrevue de Karine Gauthier dans la vidéo ci-dessus***

dans un article qui peut être bien classé dans google
#faut #pas #régler #violence #par #violence
2024-02-14 01:14:17

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT