L’incontournable coronavirus : PCT Days 47-50

Jour 47. Miles : 18,0 Total : 784,3

Je suis le premier à sortir du camp, mais je prends le premier chemin vers le PCT. Feathers prend le JMT, et nous arrivons à l’embranchement en même temps. Le PCT et le JMT se chevaucheront à partir de maintenant jusqu’à ce que nous atteignions Yosemite, où le JMT tourne à l’est vers la vallée et le PCT continue vers le nord en direction du Canada.

Feathers et moi marchons ensemble pour la matinée. Nous avons presque le même âge, et nous étions toutes les deux des cavalières jusqu’à nos 20 ans, donc nous avons beaucoup en commun, bien que Feathers ait concouru à un niveau beaucoup plus élevé que moi. Elle vient de la République tchèque mais a travaillé dans des écuries en Allemagne. À tour de rôle, nous partageons des histoires sur la façon dont nous nous sommes intéressés à la randonnée et, éventuellement, au PCT.

C’est en milieu de matinée que nous atteignons le plateau de Bighorn, où le groupe a convenu de se réunir pour le deuxième petit-déjeuner. C’est étrange – Feathers est à peu près à la même vitesse que moi, et nous avons discuté en montant, donc nous n’avançons pas vite. Cependant, personne ne nous a encore dépassés, pas même Jackrabbit ou Wild Card.

Je pense à Rookie et Leaky, qui toussaient tous les deux pendant la nuit. Peut-être qu’ils ont décidé qu’ils n’étaient pas prêts à s’attaquer au col Forester, le point le plus élevé du PCT, et qu’ils ont reculé pour sortir à une altitude plus basse. Jackrabbit ou Captain Something auraient pu les accompagner. J’ai soudain l’impression que j’aurais peut-être dû les vérifier avant de sortir du camp ce matin.

Mes inquiétudes se révèlent sans fondement. Peu de temps après que Feathers et moi nous sommes installés au bord de l’étang, les autres commencent à arriver, un par un. Rookie et Leaky sont les derniers, tous deux traînants. Hier soir, j’ai dit en plaisantant à Rookie que c’était peut-être le COVID, mais aujourd’hui ils reniflent tous les deux en plus de la toux, et ça ne ressemble plus à une blague. L’essoufflement et la fatigue pourraient s’expliquer par l’élévation, mais certains de leurs nouveaux symptômes sont plus suspects. Je suggère que nous autres prenions chacun une partie de leurs affaires pour alléger leur sac en vue de la remontée du col. Les deux insistent sur le fait qu’ils peuvent gérer.

Au pied des lacets, il y a un lac principalement gelé. Wild Card, Jackrabbit, Poseidon, Captain et Billie Goat y nagent tous, comme des fous, tandis que Feathers et moi regardons avec incrédulité.

L’ascension vers Forester Pass est sans neige et ce n’est honnêtement pas aussi difficile que prévu. La descente face au nord a encore quelques plaques de neige, mais les pistes sont tellement usées que je n’ai même pas besoin de mes microspikes.

Alors que le sentier descend dans la vallée, j’ai l’impression d’avoir été transporté sur la Terre du Milieu. Les vues sont phénoménales et sauvages. Des ruisseaux clairs se faufilent entre des lacs bleus et, à l’approche du coucher du soleil, toute la vallée est peinte d’une lumière chaude et dorée. Poséidon siffle le thème du Seigneur des Anneaux. Ensuite, nous débattons des mérites relatifs d’Eowyn en tant que personnage, mais finalement nous nous taisons et nous nous éloignons, en admirant simplement le paysage incroyable.

Notre camping pour la nuit est incroyablement beau. Jackrabbit insiste sur le fait qu’après avoir réapprovisionné demain, il va juste revenir ici à cet endroit pour une autre semaine. Il est difficile d’être en désaccord.

Jour 48. Miles : 4,8 (PCT) + 8,3 (Kearsarge) Total : 789,2

Le matin, nous marchons rapidement jusqu’à la jonction avec le col de Kearsarge. Nos sacs, encore alourdis par des bidons d’ours, semblent néanmoins légers – notre nourriture est presque épuisée. Le col de Kearsarge est raide mais pas technique ni enneigé, et nous passons du bon temps. Nous sautons dans un lac en descendant. Comme Chicken Spring, il fait terriblement froid, mais ça fait du bien de se rincer avant de partir en ville.

Il y a une file de randonneurs qui espèrent s’accrocher au début du sentier, mais peu de gens partent. C’est une longue marche en bas de la montagne, alors nous contactons un chauffeur de navette nommé Kurt. Cela ressemble toujours à une abondance de prudence, mais Leaky et Rookie portent des masques dans la camionnette, juste au cas où.

L’Eastside Guesthouse à Bishop est confortable et magnifique. C’est juste à côté d’une boulangerie qui s’appelle Schatt’s. Quand j’entre, ma mâchoire tombe littéralement. C’est le paradisJe pense. J’ai trouvé le paradis.

J’achète des pâtisseries et un moka glacé et je retourne à la Guesthouse. Je m’arrête quand je vois des visages sinistres.

“Eh bien”, explique Rookie avec un soupir, “j’ai COVID.” Il était allé directement à la pharmacie pour faire des tests avant de partager une chambre avec nous. Il se réserve une nouvelle chambre au Motel 6 voisin pendant que nous défilons jusqu’au supermarché pour d’autres tests. Sans surprise, Leaky est également positif. C’est déchirant – c’est son anniversaire, et nous espérions célébrer en ville, pas en quarantaine. Tout le monde teste négatif.

Jour 49. Miles : 0 Total : 789,2

Nous étions sur la clôture à propos de la réduction à zéro, mais la présence de COVID nous convainc de rester la nuit supplémentaire afin que nous puissions surveiller les symptômes. C’est une journée de détente, malgré l’anxiété que je ressens pour mes amis malades et la possibilité que le reste d’entre nous ait été exposé. Aujourd’hui, le mari de Leaky, Wild Card, développe une toux et est testé positif. Nous envoyons un texto aux autres personnes avec qui nous étions à proximité chez Grumpy, en supposant que c’est là que Leaky et Rookie l’ont attrapé. Nous découvrons plus tard que deux autres de nos amis sont également testés positifs à Bishop, après avoir également séjourné chez Grumpy.

Me sentant presque superstitieux, je mange le repas le plus sain que j’ai eu sur la piste : un saladier de falafel d’un restaurant appelé le Loony Bean. J’imagine mon système immunitaire endormi se réveiller à recevoir des légumes au lieu de poptarts.

Pour l’instant, je continue à me sentir bien. Nous portons toujours des masques et prenons des plats à emporter, juste au cas où l’un d’entre nous l’aurait attrapé par Leaky ou Rookie au cours des derniers jours et serait présymptomatique et contagieux. Mais alors que la journée tire à sa fin et que nous ne présentons toujours aucun symptôme, Jackrabbit, Captain Something, Poséidon, Billie Goat et moi prenons des dispositions pour retourner sur le sentier demain.

Jour 50. Miles : 0 (PCT) + 8,7 (Kearsarge et Charlotte Lake) Total : 789,2

Après une matinée tranquille en ville, nous disons au revoir à Rookie, Leaky et Wild Card, qui restent tous à Bishop pendant au moins un zéro de plus jusqu’à ce qu’ils se rétablissent. Un ange de piste nous serre tous dans sa jeep. Nous sommes assis quatre à l’arrière, avec un chiot berger australien sur nos genoux.

De retour sur la piste, nous sautons dans un autre lac en montant vers le col de Kearsarge. Les moustiques envahissent instantanément notre peau exposée lorsqu’ils émergent. On court pour se rhabiller. C’est l’heure dorée quand nous atteignons le sommet du col. Les vues sont fantastiques, mais nous nous dépêchons de descendre, espérant atteindre le lac Charlotte avant la nuit. Ici, les moustiques sont en quelque sorte encore plus implacables.

De retour dans la SierraJe pense, pour le meilleur ou pour le pire!

Les diagnostics de COVID donnaient à réfléchir. Pendant la randonnée, il est facile de se sentir éloigné des événements actuels. Les déchets des randonneurs forment leur propre petite société dans les bois, adjacente au monde réel mais n’en faisant pas tout à fait partie. Nous sommes des créatures de plein air, à moitié sauvages, séparées.

Bien sûr, nous ne le sommes pas. Le monde est trop connecté. Même si nous avons le privilège de ne pas écouter la plupart du temps, les randonneurs voient toujours les nouvelles quand nous sommes en ville, et nous partageons l’espace avec d’autres humains dans les épiceries, les restaurants, les motels. À Tehachapi, j’ai vu les gros titres sur Uvalde, et cela m’a fait souhaiter pouvoir éviter les nouvelles pour toujours. Cela m’a donné envie de jeter mon téléphone à la poubelle avant de repartir dans les bois. Je voulais vivre dans la forêt, où il n’y a pas de pandémies, ni de fusillades dans les écoles, ni de fuites à la Cour suprême, ni d’invasions russes. Maintenant, j’ai hâte de replonger dans les montagnes pour me cacher du COVID – à la fois le virus lui-même et l’assaut mental de la fatigue pandémique.

La randonnée est une pause bienvenue dans le déluge constant de gros titres qui attirent l’attention. C’est l’occasion de se recentrer sur ses priorités, d’être conscient, d’être présent dans la nature et dans son corps. Surtout ici dans la Sierra, où il n’y a pas de service cellulaire pendant des semaines, c’est une belle chance de calme. À l’extérieur, dans une nature sauvage peu peuplée, il offre la permission d’oublier Covid pendant un moment.

Cela dit, j’espère utiliser ce temps pour me reposer et me ressourcer afin que lorsque je réintégrerai la société en septembre, ce soit avec une énergie et une détermination renouvelées. J’ai récemment parlé avec un ami au téléphone de la recherche d’un équilibre entre être un membre informé et engagé de la communauté et prendre soin de sa propre santé mentale. C’est une ligne difficile à franchir en 2022. Il serait tellement plus facile de se désengager, d’arrêter de s’en soucier, de prétendre que les problèmes n’existent pas. D’une certaine manière, c’est un peu ce que je fais ici sur le PCT. Mais j’espère que ce n’est que temporaire. Je suis ici pour tester les limites de mon corps et reposer mon cerveau fatigué. À la fin, j’espère me sentir physiquement fort et mentalement frais.

Au cours des dernières années, j’ai lutté avec des circonstances personnelles difficiles au milieu du chaos plus large de COVID. La sphère de ce qui m’intéressait s’est rétrécie de plus en plus, jusqu’à ce que je ne puisse plus rien faire que de manger, de prendre une douche et d’occuper un emploi. Je suis devenu épuisé et insensible à tout ce qui était censé compter. J’ai négligé les relations et les responsabilités. Tout ce que je voulais, c’était m’évader, me reposer, respirer. Et c’est ce que j’essaie de faire ici, pour qu’à mon retour du Canada, je puisse être un meilleur ami, un meilleur membre de la famille et une meilleure partie d’une communauté. Voir mes amis attraper et souffrir de Covid m’a rappelé que le monde – chaotique, compliqué et contagieux – existe toujours en dehors de ce petit couloir du Mexique au Canada, et je vais devoir le rejoindre bientôt. J’espère que lorsque je le ferai, je me sentirai reposé et prêt à participer à nouveau, à jouer le moindre rôle possible pour le rendre un peu meilleur.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT