Nouvelles Du Monde

Les patientes atteintes d’un cancer du sein triple négatif présentant des niveaux de cellules immunitaires élevés ont un risque de rechute plus faible après la chirurgie

Les patientes atteintes d’un cancer du sein triple négatif présentant des niveaux de cellules immunitaires élevés ont un risque de rechute plus faible après la chirurgie

Les femmes atteintes d’un cancer du sein triple négatif et présentant des taux élevés de cellules immunitaires dans les tumeurs ont un risque de rechute plus faible après une intervention chirurgicale, même sans chimiothérapie. C’est ce que montre une étude impliquant des recherches à l’Université de Göteborg.

Le cancer du sein triple négatif représente environ 15 % de tous les diagnostics de cancer du sein dans le monde. Par rapport aux autres cancers du sein, les personnes touchées sont plus jeunes et sont plus souvent d’origine afro-américaine, hispanique et indienne. En Suède, environ un millier de cas sont diagnostiqués chaque année.

Ce type de cancer implique l’absence de trois soi-disant récepteurs, ce qui réduit les options de traitement. Le cancer du sein triple négatif connaît également une croissance plus rapide et est plus susceptible de se propager, et les rechutes surviennent plus souvent que pour les autres cancers du sein après le traitement.

L’étude actuelle, publiée dans la revue Jama, implique 12 équipes de recherche de trois continents. Barbro Linderholm, professeur agrégé d’oncologie à l’université de Göteborg et médecin-chef à l’hôpital universitaire de Sahlgrenska, est responsable de la partie suédoise.

Lire aussi  Un nouveau traitement pourrait aider à réduire les hospitalisations liées au COVID-19

Différences dans les taux de survie

L’étude comprend des données provenant d’un total de 1 966 participantes dans le monde atteintes d’un cancer du sein triple négatif à un stade précoce. Cela signifie que les tumeurs étaient petites et ne s’étaient pas propagées. Les patients avaient été traités par diverses combinaisons de chirurgie et de radiothérapie, mais pas par chimiothérapie.

Les résultats montrent que le niveau de cellules immunitaires, des lymphocytes infiltrant les tumeurs capables de reconnaître et de détruire les cellules cancéreuses, était un biomarqueur pronostique puissant, même lorsque les cytostatiques ne faisaient pas partie du traitement. Un constat qualifié d’important.

Cinq ans après l’opération, 95 % des participants à l’étude, dont les échantillons de tissus tumoraux provenant de la tumeur du sein présentaient des niveaux élevés de cellules immunitaires, étaient en vie. Le taux de survie dans le groupe présentant de faibles niveaux de cellules immunitaires était de 82 %.

Lire aussi  Les allergies pourraient-elles être liées à la dépression ?

Actuellement, le niveau de cellules immunitaires dans les échantillons de tissus n’est pas systématiquement mesuré ou rapporté dans les cancers du sein triples négatifs ou autres, et les cytostatiques très exigeants font généralement partie du traitement standard.

Très bon pronostic

Selon le programme de soins actuel, la majorité absolue des patientes atteintes d’un cancer du sein triple négatif reçoivent des cytostatiques, en combinaison avec une intervention chirurgicale et une radiothérapie, même pour les petites tumeurs, mais nos résultats montrent un très bon pronostic pour ce groupe même sans cytostatiques, dans ces qui ont naturellement des niveaux élevés de cellules immunitaires dans les tumeurs.

Barbro Linderholm, professeur agrégé d’oncologie, Université de Göteborg

Les auteurs de l’étude réclament des recherches et des études cliniques supplémentaires pour déterminer si les patients présentant un pronostic favorable, c’est-à-dire des taux élevés de lymphocytes infiltrant la tumeur dans des échantillons de tissus tumoraux, pourraient éviter un traitement intensif avec des cytostatiques.

Lire aussi  Élimine à 100% les punaises de lit : 3 arômes qui les font fuir sans laisser d'œufs derrière elles

La méthode permettant d’évaluer la proportion de cellules immunitaires est rapide et peu coûteuse, car elle peut être réalisée dans un laboratoire de pathologie classique et il n’est pas nécessaire d’envoyer des échantillons pour analyse.

« Les résultats de l’étude ne sont pas suffisants pour être introduits dans la pratique clinique, mais ils seront désormais étudiés dans le cadre d’une étude prospective internationale dans laquelle nous comparerons le pronostic des patientes présentant des niveaux élevés de cellules immunitaires dans la tumeur du sein, avec ou sans cytostatiques. » conclut Barbro Linderholm.

Source:

Référence du journal :

Léon-Ferré, RA, et coll. (2024). Lymphocytes infiltrant les tumeurs dans le cancer du sein triple négatif. JAMA. est ce que je.org/10.1001/jama.2024.3056.

2024-04-17 14:04:00
1713352808


#Les #patientes #atteintes #dun #cancer #sein #triple #négatif #présentant #des #niveaux #cellules #immunitaires #élevés #ont #risque #rechute #faible #après #chirurgie

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT