nouvelles (1)

Newsletter

Les manifestants se précipitent vers une voiture de police à Amol alors que les manifestations en Iran se poursuivent

Vidéos Reuters

Les manifestations en Iran se propagent et Internet est limité

HISTOIRE: Au moins huit personnes auraient été tuées lors de manifestations en Iran – après la mort d’une femme qui a été arrêtée pour “tenue inappropriée”. Mahsa Amini, une jeune de 22 ans originaire du Kurdistan iranien, est décédée en détention la semaine dernière après avoir été arrêtée par la police des mœurs. Cela a déclenché une colère nationale et les manifestations se sont étendues à au moins 50 villes d’Iran et à de nombreuses grandes villes du monde. Des rassemblements ont eu lieu à Istanbul, Amsterdam, Berlin et Toronto. Les femmes ont joué un rôle de premier plan, agitant et brûlant leurs voiles, certaines se coupant les cheveux en public et dans des vidéos publiées en ligne. ‘”C’est une révolution qui a commencé avec le meurtre d’une jeune femme iranienne et elle ne se terminera pas facilement. Beaucoup de mes amis sont en prison, ou ont été tués ou ont dû quitter leur patrie à cause de la question du hijab. En Iran les femmes sont réprimées. » Javad Dabiran est le porte-parole du Conseil national de la résistance iranienne – à Berlin : 6597 « Les Iraniens ne veulent plus de dictature. Ils s’y opposent ouvertement. Ils en ont assez de Khomeiny, des mollahs et aussi du Shah. Ils veulent une république fondée sur la séparation entre la religion et l’État. C’est pourquoi nous sommes ici. » En l’absence de signes d’apaisement des protestations en Iran, les autorités ont désormais restreint l’accès à Internet, selon le groupe NetBlocks. Amini est tombée dans le coma alors qu’elle était détenue par la police des mœurs – qui applique des règles strictes en Iran obligeant les femmes à se couvrir les cheveux et à porter des vêtements amples en public. Les circonstances entourant la mort ne sont toujours pas claires. La police rejette les allégations selon lesquelles elle a été battue, affirmant qu’elle est tombée malade alors qu’elle attendait avec d’autres femmes détenues. Le leader a présenté ses condoléances à la famille, promettant de donner suite à l’affaire. Shamsi espère qu’un jour les choses changeront en Iran : “Aujourd’hui, les hommes et les femmes iraniens sont unis pour vouloir détruire la République islamique pour toujours. Les femmes en Iran doivent être libres et j’espère qu’elles seront libérées dans la société iranienne. Et quand les femmes seront libérées alors toute la société sera libérée. » Mercredi à Téhéran, des centaines de personnes ont crié « mort au dictateur » à l’université de Téhéran. Reuters n’a pas pu vérifier l’authenticité de la vidéo. Le bureau des droits de l’homme de l’ONU a appelé à une enquête impartiale sur la mort d’Amini.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT