nouvelles (1)

Newsletter

Le tribunal admet un plaidoyer pour la datation au carbone “Shivling” dans l’affaire Gyanvapi

<!–

–>

La mosquée est située à côté du temple emblématique de Kashi Vishwanath.

Varanasi, UP :

Le tribunal de district de Varanasi a admis aujourd’hui un plaidoyer pour la datation au carbone d’un “Shivling” qui aurait été trouvé à l’intérieur du complexe de la mosquée Gyanvapi ici et a demandé à la direction de la mosquée de déposer ses objections avant la prochaine date d’audience.

Le juge AK Vishesh a fixé au 29 septembre la prochaine date d’audience dans l’affaire concernant le différend entre la mosquée Gyanvapi et Shringar Gauri.

Le tribunal a repris l’audience dans cette affaire aujourd’hui, après avoir rejeté un plaidoyer mettant en cause la maintenabilité de la pétition le 12 septembre.

La requête demande l’autorisation du tribunal pour vénérer quotidiennement les idoles des divinités hindoues situées sur un mur extérieur de la mosquée.

Apparaissant au nom des femmes plaignantes, l’avocat Vishnu Shankar Jain a déposé la demande de datation au carbone du “Shivling” devant le tribunal. Le juge a autorisé le plaidoyer et a fixé au 29 septembre la prochaine date d’audience dans l’affaire, a déclaré l’avocate du gouvernement du district, Rana Sanjeev Singh.

Le tribunal n’a pas retenu l’appel de la partie musulmane pour fixer la prochaine audience huit semaines après la dernière date d’audience dans l’affaire le 12 septembre, a-t-il ajouté.

La partie hindoue avait précédemment affirmé que le “Shivling” avait été trouvé près du “wazookhana” – un petit réservoir utilisé par les musulmans pour effectuer des ablutions rituelles avant d’offrir le namaz – dans les locaux de la mosquée. La direction de la mosquée avait cependant déclaré qu’elle faisait partie du système de fontaines du “wazookhana”.

Au total, 15 personnes avaient déposé des demandes auprès du tribunal pour devenir parties au différend. Le juge a déclaré que les demandes de seulement huit personnes, qui étaient présentes devant le tribunal, seront examinées, a déclaré Singh.

Cinq femmes ont déposé la requête, demandant l’autorisation d’adorer quotidiennement les idoles des divinités hindoues prétendument situées sur un mur extérieur de la mosquée.

Le comité Anjuman Intezamia Masjid a déclaré que la mosquée est une propriété Waqf. Il avait précédemment mis en doute la maintenabilité du moyen.

Le comité s’occupe des affaires de la mosquée.

La mosquée est située à côté du temple emblématique de Kashi Vishwanath et l’affaire a ravivé les affirmations selon lesquelles la mosquée a été construite sur une partie de la structure hindoue démolie sur les ordres de l’empereur moghol Aurangzeb.

La Cour suprême avait ordonné au tribunal de district de se prononcer d’abord sur la maintenabilité de l’affaire déposée par les cinq femmes hindoues, demandant l’autorisation d’offrir des prières quotidiennes devant les idoles de Shringar Gauri.

Le comité de la mosquée avait approché la Cour suprême, arguant que leur plaidoyer n’était pas recevable car la loi de 1991 sur les lieux de culte (dispositions spéciales) exigeait que le caractère de ces lieux reste tel qu’il était au moment de l’indépendance. La loi de 1991 a fait une exemption uniquement pour le conflit foncier Ram Janmabhoomi-Babri Masjid.

(À l’exception du titre, cette histoire n’a pas été éditée par le personnel de NDTV et est publiée à partir d’un flux syndiqué.)

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT