nouvelles (1)

Newsletter

Le Japon rouvrira au tourisme sans visa en octobre et lèvera la limite d’entrée quotidienne

Un vol international atterrit en novembre à l’aéroport international de Haneda à Tokyo. (Akifumi Ishikawa/Stars and Stripes)

Stars and Stripes met gratuitement à disposition des histoires sur la pandémie de coronavirus. Voir plus d’histoires ici. Inscrivez-vous à notre newsletter quotidienne sur les coronavirus ici. Merci de soutenir notre journalisme avec un abonnement.

TOKYO – Le Japon assouplira ses exigences de contrôle aux frontières COVID-19 à partir du mois prochain dans le but d’aider son industrie touristique en difficulté et sa monnaie en difficulté, a annoncé jeudi le Premier ministre Fumio Kishida.

Le Japon assouplira les exigences de contrôle aux frontières le 11 octobre, supprimant un plafond d’entrée quotidien maximum, actuellement fixé à 50 000 visiteurs, reprenant les dispenses de visa et acceptant les touristes qui ne voyagent pas avec un groupe guidé, a déclaré Kishida lors d’une conférence de presse à New York, où il assistait à l’Assemblée générale de l’ONU.

Il a déclaré que le Japon lancerait également des programmes nationaux de réduction sur les voyages et les événements à l’échelle nationale.

“Nous espérons soutenir l’industrie de l’hébergement, des voyages et du divertissement, qui a souffert de la crise du COVID-19”, a déclaré Kishida, selon une transcription de la conférence de presse publiée sur le site Web du bureau du Premier ministre.

Le Japon a progressivement assoupli bon nombre des contrôles stricts aux frontières qu’il avait imposés au début de la pandémie. Il a d’abord autorisé l’entrée à certains étudiants et voyageurs d’affaires, suivi de touristes en groupes guidés et a finalement abandonné l’exigence que les voyageurs présentent un résultat de test COVID-19 négatif dans les 72 heures suivant leur arrivée.

Mais ce sera la première fois en plus de deux ans que des touristes étrangers pourront entrer facilement dans le pays. Par coïncidence, un yen relativement faible par rapport au dollar américain, un problème pour les consommateurs nationaux, signifie plus de pouvoir d’achat pour les touristes entrant au Japon.

Le yen, en baisse de plusieurs mois, est tombé jeudi à près de 145 pour chaque dollar américain, son plus bas depuis 1998, avant que les autorités financières du gouvernement ne décident de renforcer la devise, selon Reuters jeudi.

Le Japon a connu un nombre assez faible de décès et d’infections liés au COVID-19 tout au long de la pandémie, mais les entreprises, y compris l’industrie du tourisme, ont été étouffées par des restrictions strictes imposées par le gouvernement.

Avec la suppression des restrictions, le Japon pourrait voir des dépenses des touristes entrants d’environ 2,5 billions de yens en un an, soit environ la moitié du niveau de 2019, a rapporté dimanche Kyodo News, citant un économiste de SMBC Nikko Securities Inc.

L’assouplissement de l’exigence de contrôle aux frontières intervient alors que le nombre d’infections chute d’un niveau record.

La vague pandémique record au Japon a commencé fin juin et a été attribuée à la sous-variante omicron. Il a culminé fin août à des niveaux jamais vus au cours des deux années précédentes.

La moyenne sur sept jours des nouveaux cas a atteint 226 915 par jour le 21 août avec une moyenne de 279 décès, soit plus du double du nombre moyen de décès pendant la vague omicron au cours de l’hiver, selon le Johns Hopkins Coronavirus Resource Center.

Le record d’une journée pour les nouveaux cas a atteint 260 948 le 19 août et un record de 350 personnes sont décédées des complications du COVID-19 le 2 septembre, selon les données en ligne du centre. Le Japon a signalé 44 095 décès dus à la pandémie.

Les nouveaux cas de COVID-19 par jour ont diminué régulièrement depuis août pour atteindre environ 70 000 mercredi, selon Johns Hopkins. Environ 125 personnes succombent encore chaque jour à la maladie respiratoire du coronavirus au Japon.

À Tokyo, destination de nombreux voyageurs étrangers, la pandémie a culminé le 28 juillet avec 40 395 nouveaux cas, selon les registres COVID-19 en ligne du gouvernement métropolitain. Le gouvernement métropolitain a signalé jeudi 8 850 nouveaux cas. Les décès ont atteint 40 par jour le 12 août. Les données du métro en ligne montrent que 5 758 personnes sont mortes à Tokyo pendant la pandémie.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT