nouvelles (1)

Newsletter

La communauté de transfert d’UP : Une expérience unique sur le Bluff

Les pilotes de première année sont venus sur le campus en août avec des événements d’orientation, des activités et des explosions de confettis – rien de moins qu’une célébration. Mais les étudiants de première année ne sont pas les seuls nouveaux étudiants sur le campus ; chaque année, les étudiants transférés sont une autre cohorte qui vit ce que c’est que de devenir pilote.

Ce semestre, sur les 813 étudiants de première année sur le campus, 106 sont des étudiants transférés. Parmi les étudiants de premier cycle, les étudiants transférés représentent 6,5% de la population étudiante.

Les histoires que les étudiants transférés racontent sur leurs expériences en venant à UP reflètent une variété d’horizons et montrent les points forts et les défis uniques d’être un transfert.

Pour certains transferts, leurs communautés de dortoirs ont été les premières à les accueillir sur le campus. Transfert de deuxième année de l’Université de Linfield, Jack Wood, a été accueilli dans son dortoir à Villa Maria où les résidents se sont habillés dans des tenues sur le thème de Top Gun.

“Dès que nous nous sommes arrêtés devant le hall, ils ont saisi toutes nos affaires, les ont mises dans une boîte et les ont simplement parcourues dans le couloir”, a déclaré Wood.

Jack Wood, étudiant transféré en deuxième année. Wood a été transféré à l’UP de l’Université de Linfield cette année.

L’accueil énergique et enthousiaste a été un changement positif pour Wood, ressentant un sentiment de communauté.

De nombreux transferts subissent également ce changement en contraste avec l’école étant en ligne en raison de COVID-19. Scott Winkenweder, un autre transfert de Linfield, a expérimenté ce que c’est que de passer de l’apprentissage à distance à la participation à des cours en personne.

“J’ai l’impression de vivre ce que je savais que beaucoup de mes amis vivaient l’année dernière à cette époque”, a déclaré Winkenweder.

Winkenweder, un étudiant en deuxième année de philosophie et spécialisé en espagnol, attend avec impatience son premier semestre de vie sur le campus après avoir rencontré ses pairs à l’orientation.

“J’ai l’impression que c’était utile et validant d’être comme” je ne suis pas la seule personne dans cette situation “”, a déclaré Winkenweder.

Wood et Winkenweder sont tous deux des transferts résidentiels, qui est l’un des deux principaux groupes de transfert à l’UP, l’autre étant les transferts de banlieue.

Les étudiants en navette ont souvent un ensemble d’expériences différentes lorsqu’ils naviguent en devenant membre de la communauté Pilot.

Ariana Nelson, une étudiante junior en transfert de banlieue et en soins infirmiers, a déclaré qu’elle s’était liée avec d’autres étudiants de sa cohorte d’infirmières au cours de l’été.

“Nous avons eu neuf semaines d’été ensemble, ce qui nous a liés”, a déclaré Nelson. “Je ne sais pas vraiment comment je m’engagerais avec la population étudiante à part ça.”

Ariana Nelson, étudiante en soins infirmiers transférée.

Et tandis que certains transferts s’acclimatent avant l’école ou pendant l’orientation, d’autres font des recherches pour se préparer au début du semestre.

L’un de ces étudiants est Nick Lewis, un transfert du DeAnza College. Bien que Lewis ait mentionné un processus d’accueil des étudiants en navette, il a déclaré qu’il avait déjà beaucoup compris par lui-même.

Avant de déménager à Portland, Lewis s’est préparé en recherchant des informations sur le transport et la nourriture.

Nick Lewis, étudiant à l’UP, a été transféré du DeAnza College en Californie.

Le transport et l’accès à la nourriture sont des besoins que les navetteurs rencontrent couramment, car leur accès aux ressources du campus est plus limité que les étudiants en résidence.

« Cette population [commuter transfers] est en croissance, et cette population n’a pas de port d’attache et par conséquent, elle a besoin d’accéder à des ressources », a déclaré le directeur des activités étudiantes, Jeromy Koffler.

Les ressources pour les étudiants navetteurs sont essentielles pour qu’ils puissent s’acclimater à UP et se retrouver au sein de l’école. Les affaires étudiantes s’en rendent compte et travaillent à la conversion d’un ancien laboratoire d’innovation de Franz Hall en un salon de banlieue avec l’aide de l’école de commerce.

Il existe également un site Web pour les navetteurs qui agit comme une ressource et est actuellement conçu par les affaires étudiantes pour mieux comprendre les besoins de ce groupe démographique. Des informations allant de l’aide financière, des emplois étudiants, de la recherche d’endroits pour manger et d’endroits pour étudier entre les cours seront toutes situées ici.

En plus des besoins physiques, Koffler et Student Affairs souhaitent également se concentrer sur la création d’un environnement accueillant pour les navetteurs.

“Nous essayons d’être le bureau ou le département qui établit des liens afin que les gens trouvent une communauté”, a déclaré Koffler.

Alors que la population d’étudiants transférés est petite dans le grand schéma du corps étudiant, leur transition pour devenir pilote est celle que presque tout le monde a en venant au bluff. C’est juste une question d’être vu dans la communauté qui peut faire ou défaire leur expérience.

Riley Martinez est journaliste pour The Beacon. Il peut être contacté à [email protected]

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT