nouvelles (1)

Newsletter

Explication : Trump a été poursuivi par le procureur général de New York. A quels problèmes judiciaires doit-il faire face ?

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

21 septembre (Reuters) – L’ancien président américain Donald Trump, trois de ses enfants adultes et son entreprise familiale ont été poursuivis mercredi pour ce que le procureur général de l’État de New York a qualifié de décennie d’inexactitudes frauduleuses de la valeur des propriétés immobilières pour garantir des prêts favorables et avantages fiscaux. Lire la suite

Voici un aperçu de certaines des nombreuses enquêtes et poursuites judiciaires auxquelles Trump fait face alors qu’il envisage une autre candidature à la présidence en 2024.

POURSUITE CIVILE DU PROCUREUR GÉNÉRAL DE NEW YORK

La procureure générale de New York, Letitia James, a déclaré que son bureau avait découvert plus de 200 exemples d’évaluations d’actifs trompeuses par Trump et l’organisation Trump entre 2011 et 2021. James a accusé Trump d’avoir gonflé sa valeur nette de milliards de dollars pour satisfaire les conditions de prêt et obtenir une meilleure couverture d’assurance. . Lire la suite

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

James cherche à interdire définitivement à Trump, à ses fils Donald Trump Jr. et Eric Trump et à sa fille Ivanka Trump de diriger des entreprises dans l’État de New York, et à les empêcher, ainsi que sa société, d’acheter de nouvelles propriétés et de contracter de nouveaux prêts dans l’État pour cinq ans. James cherche également à ce que les accusés restituent environ 250 millions de dollars qu’elle a décrits comme obtenus par fraude.

Après que James a annoncé le procès, Trump dans un article sur les réseaux sociaux a appelé l’action “Une autre chasse aux sorcières”. Un avocat de Trump a qualifié les allégations du procès de “sans fondement”.

James a déclaré que son enquête avait également révélé des preuves d’actes criminels, qu’elle avait renvoyées aux procureurs fédéraux et à l’Internal Revenue Service pour enquête.

SONDE CRIMINELLE DE NEW YORK

L’organisation Trump doit être jugée le 24 octobre pour des accusations de fraude fiscale pénale dans l’État de New York. Son ancien directeur financier Allen Weisselberg, également cité comme défendeur dans le procès James, a plaidé coupable et devrait témoigner contre la société. Lire la suite

Alvin Bragg, le procureur du district de Manhattan, a également enquêté pour savoir si Trump avait trompé les prêteurs et d’autres sur les évaluations des actifs. Trump a nié les actes répréhensibles et a qualifié l’enquête de motivation politique. Bragg, un démocrate, a déclaré mercredi que l’enquête concernant Trump et sa société était en cours.

DOSSIERS GOUVERNEMENTAUX MANQUANTS

Le ministère américain de la Justice mène une enquête criminelle sur Trump pour avoir conservé des dossiers gouvernementaux, dont certains marqués comme classifiés, après avoir quitté ses fonctions en janvier 2021. Le FBI a saisi 11 000 documents du domaine Mar-a-Lago de Trump en Floride dans un août approuvé par le tribunal. 8 recherches, dont environ 100 marquées comme classées dont top secret.

Le département a ouvert son enquête après que les Archives nationales, l’agence américaine responsable de la conservation des archives gouvernementales, aient tenté de récupérer les biens gouvernementaux manquants par Trump et aient reçu 15 boîtes contenant des documents classifiés mélangés.

Trump a accusé le ministère de la Justice de se livrer à une chasse aux sorcières partisane.

AFFAIRE DE DIFFAMATION

E. Jean Carroll, un ancien écrivain du magazine Elle, a poursuivi Trump pour diffamation en 2019 après avoir nié son allégation selon laquelle il l’aurait violée dans les années 1990 dans un grand magasin de New York. Trump l’a accusée de mentir pour augmenter les ventes d’un livre.

Dans une lettre rendue publique mardi, une avocate de Carroll a déclaré qu’elle prévoyait également de poursuivre Trump pour coups et blessures et infliction intentionnelle de détresse émotionnelle en vertu d’une nouvelle loi de l’État de New York donnant aux accusateurs adultes une fenêtre d’un an pour intenter des poursuites civiles sur des allégations civiles. inconduite quel que soit le moment où elle s’est produite. Lire la suite

La Cour d’appel du 2e circuit des États-Unis, basée à Manhattan, est sur le point de se prononcer sur la tentative de Trump de faire rejeter le procès de Carroll. Lire la suite

Un avocat de Trump a fait valoir qu’il était protégé par une loi fédérale qui immunise les employés du gouvernement contre les poursuites en diffamation. Trump était président au moment où la plainte a été déposée.

ATTAQUE DU CAPITOLE DES ÉTATS-UNIS

Un comité de la Chambre des représentants enquêtant sur l’agression du 6 janvier 2021 par des partisans de Trump contre le Capitole américain enquête pour savoir s’il a enfreint la loi dans les mesures prises pour tenter d’annuler sa défaite électorale de 2020. Les émeutiers ont cherché à empêcher le Congrès de certifier les résultats des élections.

La vice-présidente du comité, Liz Cheney, a déclaré que le comité pourrait faire plusieurs renvois au ministère de la Justice pour demander des accusations criminelles contre Trump, qui a accusé le comité de mener une fausse enquête à motivation politique. Lire la suite

Le comité ne peut pas accuser Trump de crimes fédéraux. Cette décision doit être prise par le ministère de la Justice, dirigé par le procureur général Merrick Garland.

SONDE DE falsification des élections en Géorgie

Un grand jury spécial a été sélectionné en mai pour examiner les preuves dans le cadre d’une enquête du procureur de Géorgie sur les efforts présumés de Trump pour influencer les résultats des élections de 2020 dans cet État. Lire la suite

L’enquête se concentre en partie sur un appel téléphonique que Trump a passé au secrétaire d’État géorgien Brad Raffensperger, un républicain, le 2 janvier 2021. Trump a demandé à Raffensperger de “trouver” les votes nécessaires pour annuler la défaite électorale de Trump.

Des experts juridiques ont déclaré que Trump avait peut-être violé au moins trois lois électorales pénales en Géorgie : complot en vue de commettre une fraude électorale, sollicitation criminelle pour commettre une fraude électorale et ingérence intentionnelle dans l’exercice des fonctions électorales.

Trump pourrait affirmer qu’il s’engageait dans une liberté d’expression protégée par la Constitution.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Luc Cohen à New York; Montage par Will Dunham

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT