Nouvelles Du Monde

Droit de vote aux feux tricolores devant la Cour constitutionnelle : premier jour de négociations à Karlsruhe – Politique

Droit de vote aux feux tricolores devant la Cour constitutionnelle : premier jour de négociations à Karlsruhe – Politique

2024-04-23 19:24:52

La Cour constitutionnelle fédérale a une certaine expérience des procédures politiquement chargées et a développé ses stratégies pour gérer les émotions dans la salle d’audience. Dans la première phase de ces négociations, les plaignants disposent d’un certain espace pour exprimer leur indignation, bien entendu de manière appropriée. Dans une deuxième phase, on examine si la colère, la seule monnaie qui compte à Karlsruhe, se cache réellement dans des arguments constitutionnels. Parfois, vous trouvez ce que vous cherchez, parfois non.

L’audience de mardi à Karlsruhe portait sur la loi électorale réformée l’année dernière. Son avantage largement apprécié est que le Bundestag sera désormais limité à 630 membres – ce qui mettrait fin à son expansion presque effrénée jusqu’aux 734 membres actuels. Mais ce que soulève l’opposition, c’est qu’à l’avenir, il n’y aura plus de mandats compensatoires ou de mandats compensatoires, et que les vainqueurs de circonscription ne seront éligibles que si le parti a remporté suffisamment de sièges lors des seconds votes. Ce qui compte le plus, c’est donc le vote du parti. En outre, le feu rouge de la dernière partie du processus législatif a supprimé la clause de mandat de base, selon laquelle trois mandats directs suffisaient auparavant pour entrer au Bundestag. Sans cette clause, la gauche pourrait échouer au seuil des cinq pour cent, et peut-être la CSU aussi.

Lire aussi  Les poursuites secrètes contre Donald Trump : le procureur du district de Manhattan se bat pour obtenir leur maintien devant un tribunal d'État

Merz essaie de le comparer à un concours de beauté

Les plaignants étaient largement d’accord sur le fait qu’il s’agissait d’une attaque injuste. L’Union, l’État libre de Bavière, la Gauche et un groupe d’environ 4 200 plaignants individuels ont porté plainte. Le leader de la CDU, Friedrich Merz, a parlé d’un concours de beauté : À l’avenir, il y aura une sorte de liste de circonscription qui décidera qui entrera au Bundestag. “Les mandats de circonscription ne se gagnent plus ou ne se perdent plus, ils sont attribués.” Le ministre bavarois de l’Intérieur Joachim Herrmann craint pour l’acceptation et la crédibilité de la démocratie, car l’élu au suffrage direct – l’interlocuteur des citoyens – perd désormais de son importance. Le résultat est une « sous-représentation inacceptable des différents États » au Bundestag. Par quoi il entendait avant tout un pays.

Alexander Dobrindt, président du groupe régional CSU au Bundestag, a choisi une formulation encore plus précise. “La majorité parlementaire a agi ici non seulement en son propre nom, mais aussi pour sa propre cause.” Et au cas où quelqu’un ne comprendrait pas ce qu’il voulait dire par là, Gregor Gysi – en robe noire en tant que représentant légal de la gauche – a souligné à nouveau : La coalition des feux tricolores avait “abusé de sa majorité au Bundestag pour forcer deux partis à quitter le parti”. le Bundestag ” – à savoir la CSU et la gauche.

Lire aussi  Le juge fédéral refuse de bloquer le délai de second tour raccourci en Géorgie

Ce qui irrite particulièrement les plaignants, c’est le fait que la suppression de la clause de base du mandat en mars 2023 n’a été intégrée au projet de loi que quelques jours avant le vote du Bundestag. Friedrich Merz s’est dit complètement surpris. Et Christian Kirchberg, avocat de gauche, a qualifié cela d’« abus ».

Le législateur a-t-il agi de manière anticonstitutionnelle à la hâte ?

Mais à ce stade, la deuxième phase du procès avait déjà commencé, celle des arguments solides – et les juges ne semblaient pas vraiment convaincus que le Bundestag avait fait preuve d’une précipitation anticonstitutionnelle. Bien entendu, la suppression de la clause a été effectuée dans un bref délai, a déclaré la vice-présidente Doris König, mais elle avait déjà fait l’objet de controverses auparavant. Son collègue Thomas Offenloch a souligné l’autonomie du Bundestag pour déterminer ses propres procédures. “Il y a une zone dans laquelle nous ne sommes pas autorisés à entrer.” Et la juge Christine Langenfeld a souligné qu’il incombe au législateur de changer d’avis après une audition d’experts.

Lire aussi  Mort d'un jeune lors de heurts entre les manifestants et les forces de l'ordre.

Il ne devrait pas y avoir grand-chose à gagner à Karlsruhe de l’argument selon lequel les feux tricolores auraient pour ainsi dire écrasé l’opposition. König avait bien entendu clairement indiqué dès le début que l’accent des négociations, qui dureront jusqu’à mercredi, devait être ailleurs. Par exemple, la clause des cinq pour cent, qui a jusqu’à présent empêché les petits partis d’accéder au Parlement. La négociation devra également préciser si cette clause barrière “est compatible avec les principes fondamentaux du droit électoral et l’égalité des chances pour les partis sans le correctif de la clause de mandat de base”. Cela signifie : le tribunal peut envisager d’abaisser le seuil, car sinon un trop grand nombre de voix n’aurait aucune incidence sur la composition du Bundestag. Cela aiderait la CSU et la gauche.



#Droit #vote #aux #feux #tricolores #devant #Cour #constitutionnelle #premier #jour #négociations #Karlsruhe #Politique
1713917292

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT