nouvelles (1)

Newsletter

Des manifestants prennent d’assaut et occupent le bâtiment du Parlement à Bagdad, la capitale irakienne | À PRÉSENT

Samedi, des manifestants ont pris d’assaut et occupé le bâtiment du Parlement à Bagdad, la capitale irakienne. Ce sont des partisans de l’influent dirigeant chiite Muqtada al-Sadr. Mercredi, ils ont également pris d’assaut le bâtiment sans parvenir à entrer.

Le bâtiment du parlement est situé dans la soi-disant « zone verte » ou zone internationale de la capitale irakienne. Cette zone est fortement gardée depuis que les Américains y ont installé leur quartier général lors de l’invasion de l’Irak en 2003.

Les forces de sécurité avaient précédemment tenté en vain d’éloigner des milliers de manifestants de la zone de haute sécurité du centre de la ville, qui abrite également d’autres agences gouvernementales et ambassades. Ils ont utilisé des gaz lacrymogènes et, selon des informations non confirmées, des coups de feu ont été tirés.

Le ministère de la Santé rapporte qu’au moins 60 personnes ont été blessées. Il y a peut-être aussi eu des morts, mais cela n’a pas encore été officiellement confirmé.

Mercredi, les partisans d’al-Sadr ont également réussi à pénétrer dans la zone verte et à prendre d’assaut le parlement. Après quelques heures, ils ont renoncé à leur occupation après un appel en ce sens d’Al-Sadr.

Les manifestants ont franchi les murs de la zone verte fortement gardée de Bagdad.

Les manifestants ont franchi les murs de la zone verte fortement gardée de Bagdad.

Les manifestants ont franchi les murs de la zone verte fortement gardée de Bagdad.

Photo: Getty Images

Toujours pas de gouvernement après dix mois

Les manifestants sont furieux que dix mois après les élections législatives, il n’y ait toujours pas de gouvernement et que les négociations pour nommer un nouveau Premier ministre n’avancent pas.

Les manifestants protestent principalement contre le candidat Premier ministre Mohamed Shia al-Sudani, ancien ministre des Affaires sociales et de l’Emploi et ancien gouverneur de province. Il a été mis en avant par une alliance de groupes chiites pro-iraniens rassemblant des opposants à al-Sadr.

Al-Sadr, dont le parti est devenu le plus important lors des élections, a retiré ses 73 parlementaires en juin lorsqu’il n’a pas réussi à former un gouvernement. Des membres des groupes pro-iraniens ont occupé les places vacantes.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT