Nouvelles Du Monde

Amnesty International appelle à augmenter progressivement les dépenses de santé publique chaque année pour faire face à d’éventuelles crises

Amnesty International appelle à augmenter progressivement les dépenses de santé publique chaque année pour faire face à d’éventuelles crises

2024-02-08 12:00:00

Madrid.- Amnesty International a réalisé une analyse des dépenses de santé dans laquelle elle regrette qu’en douze ans (de 2009 à 2021, dernières données publiées par le ministère de la Santé), les dépenses publiques de santé n’aient augmenté que de 5%, contre 27% les dépenses de santé privées ont augmenté. Le système de santé publique a fait face à la pandémie dans une situation de grande fragilité, puisqu’il a perdu, en 2019, 6 % des dépenses publiques de santé par rapport à 2009. Même avec la présence toujours très forte du COVID-19, en 2021, les dépenses de santé publique a été réduit de 1,44% par rapport à l’année précédente. Amnesty International prévient que même s’il pourrait être difficile de maintenir le niveau d’investissement pendant la pandémie, les administrations ne devraient pas amorcer une tendance à la baisse des investissements. Par communautés, Castilla y León, La Rioja et la Communauté de Madrid ont été celles qui ont perdu le plus d’investissements en 2021 (respectivement 6,4%, 3,4% et 3,3%) et, par rapport à elles, seules la Région de Murcie et les Îles Canaries. augmentation des investissements de 2 et 1,3%.

En ce qui concerne les soins primaires, et malgré le fait que les organisations internationales avertissent depuis des années que ce niveau de soins est essentiel pour garantir le droit des personnes à la santé et doit être la pierre angulaire des systèmes de santé publique, l’Espagne continue de se remettre de la crise économique, douze ans plus tard. , avec des niveaux d’investissement légèrement inférieurs : 0,25% de moins. Les communautés qui allouent le pourcentage le plus faible à ce service sont la Communauté de Madrid, la Galice, les Asturies et Aragon. Les plus, l’Andalousie, Castille-La Manche, Navarre, Castille-et-León et La Rioja.

« Ce n’est pas seulement la pandémie qui aurait dû tirer la sonnette d’alarme. La crise climatique et ses effets sur la santé doivent également nous alerter sur la nécessité d’augmenter les investissements dans la santé, et notamment dans les soins primaires, afin de disposer d’un système de santé mieux préparé à d’éventuelles crises futures, comme le rappelle l’OCDE dans son dernier rapport. rapport et l’OMS”, déclare Marta Mendiola, chercheuse sur les droits économiques, sociaux et culturels à Amnesty International Espagne, avant la réunion convoquée demain, 9 février, par le ministère de la Santé du Conseil interterritorial du système national de santé dans une monographie sur les soins primaires.

Lire aussi  Le 488e jour de la guerre d'Ukraine. Dernière information [papildināts 07:03]

L’organisation exige un plus grand investissement de la part des Communautés. “Les Communautés Autonomes ont une grande responsabilité dans la situation des soins primaires. Un engagement politique et un accord entre les Communautés et le Ministère de la Santé sont nécessaires une fois pour toutes pour augmenter les dépenses en soins primaires, augmenter le ratio de personnel médical et soins infirmiers et réduire les listes d’attente », ajoute Mendiola.

Ratio personnel médical et infirmier
Le ratio de personnel médical en soins primaires pour mille habitants est pratiquement le même en 2021 qu’en 2009 (0,77 contre 0,74). Il en va de même pour le ratio du personnel soignant (0,66 contre 0,61).

L’une des plus grandes conséquences du manque d’investissements adéquats dans les soins primaires sont les listes d’attente. L’Espagne ne respecte pas les recommandations énoncées dans le cadre stratégique de 2019 pour les soins primaires et communautaires : garantir que les demandes de soins non urgents soient faites en moins de 48 heures. Seulement 27 % des demandes de consultation sont résolues dans ce délai. « Il est vraiment inquiétant qu’essayer de prendre rendez-vous avec plus ou moins d’urgence soit une épreuve, et finalement devoir supporter le retard avec lequel ils vous le donnent. Mais il y a aussi des communautés comme les Îles Canaries (avec seulement 12 % de demandes traitées en moins de 48 heures), l’Andalousie (17,6 %), les Îles Baléares (17,9 %) et la Communauté de Madrid (18,2 %). ), où cette situation est encore plus alarmante », déplore Mendiola.

En termes de dépenses de santé par habitant et par rapport aux autres pays de l’Union européenne, l’Espagne occupe une position intermédiaire, 13ème sur les 27 pays de l’Union européenne, avec une dépense de 2 537,76 € par habitant, très loin des pays comme comme le Danemark (5 642,26 €), la Suède (5 260,21 €), l’Allemagne (5 192,41 €) et les Pays-Bas (5 108,39 €), selon les dernières données d’Eurostat de 2020, qui sont présentées en valeurs actuelles, c’est-à-dire sans tenir compte de l’inflation. .

Lire aussi  Nouveau au Nevada : Avis Charley

Obligations de l’État
L’Espagne, ayant signé de nombreux traités internationaux relatifs aux droits de l’homme, est obligée d’adopter des mesures au maximum de ses ressources disponibles pour atteindre progressivement la pleine efficacité du droit à la santé. Cependant, même si les dépenses de santé ont augmenté depuis 2014, elles ne l’ont pas été de manière adaptée aux besoins du système de santé, manquant ainsi à ses obligations internationales en la matière.
C’est ce qu’a récemment rappelé le Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, qui a souligné que les investissements dans les soins primaires en Espagne sont insuffisants et a mis en garde contre les dangers de réductions budgétaires, soulignant également que le nombre de professionnels de santé continue d’être faible. insuffisant, avec une charge de travail excessive.

D’autres organisations internationales, telles que l’OCDE et l’OMS, ont souligné la nécessité de créer des systèmes de santé résilients au climat et aux éventuelles crises futures.

Pétitions d’Amnesty International
Face à cette situation, Amnesty International, qui a rencontré Javier Padilla, secrétaire d’État à la Santé pour lui faire part de ses préoccupations, demande :

  • Adopter une stratégie de renforcement du système national de santé, en donnant la priorité aux soins primaires, comme le recommandent les organisations internationales et étatiques et le secteur de la santé lui-même. Pour y parvenir, il est nécessaire d’y allouer des ressources progressivement chaque année, à travers l’embauche de davantage de ressources humaines et matérielles, et de mettre en place un mécanisme finaliste de financement dans le domaine des soins primaires et des mécanismes de suivi de ceux-ci. Il est essentiel que cela se traduise par une plus grande accessibilité, en réduisant les listes d’attente.
  • Évaluer le plan d’action pour les soins primaires et communautaires 2022-2023 et adopter un nouveau plan d’action en 2024.
  • Évaluer le respect du cadre stratégique de 2019 pour les soins primaires et communautaires, publier ses résultats et favoriser l’adoption d’un nouveau cadre stratégique.
  • Garantir que le secteur des professionnels de la santé et la population affectée soient dûment consultés et puissent participer activement à la conception de la stratégie de renforcement du système national de santé.
Lire aussi  Jacqline et Cazzi Opeia accèdent à la finale du Melodifestivalen

En revanche, les autorités régionales doivent :

  • Se conformer à son obligation de parvenir progressivement à la pleine réalisation du droit à la santé et accroître les investissements dans la santé, en accordant une priorité particulière aux soins primaires. Pour ce faire, ils doivent investir au-delà des dépenses de santé réalisées l’année précédente, dans le but de renforcer le personnel, d’améliorer les infrastructures et les ressources matérielles des centres de soins primaires et de garantir qu’à moyen terme, les demandes non urgentes soient résolues en 24 heures. -48 heures.

Amnesty International a transmis les résultats de cette analyse aux 17 ministères de la Santé, afin qu’ils puissent exercer leur droit de réponse. De tous, seul le ministère de la Santé de Catalogne a répondu, soulignant la nécessité « d’améliorer le volume des ressources allouées à la santé dans le système de financement autonome des Communautés autonomes », et que cela inclut, « au moins, tous les ressources de services de santé qui ont été ajoutées au Système National de Santé et que les Communautés Autonomes fournissent pendant ces 10 ans sans financement équivalent de l’État, comme l’indique la loi. De même, le Ministère catalan de la Santé affirme que « les lignes stratégiques actuelles et futures du Département de Santé de la Generalitat de Catalogne vont dans la même direction que le prétend Amnesty International. Ces stratégies sont alignées sur les besoins détectés par les professionnels, les fournisseurs et d’autres acteurs liés aux soins primaires et communautaires en Catalogne”.

Plus d’informations
Cette analyse des dépenses de santé rejoint d’autres réalisées par Amnesty International telles que « L’autre pandémie : entre abandon et démantèlement ». L’analyse a été réalisée en euros constants, pour éliminer l’effet de la variable inflation, indicateur économique incontournable dans une étude de l’évolution des dépenses de santé. L’organisation a lancé la campagne defiendetusanidad.org



#Amnesty #International #appelle #augmenter #progressivement #les #dépenses #santé #publique #chaque #année #pour #faire #face #déventuelles #crises
1707438348

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT