Nouvelles Du Monde

“Vous étiez un combattant professionnel, vous excelliez en tant que magiste avec courage et bravoure”: le sergent Maoz Moral, inhumé

“Vous étiez un combattant professionnel, vous excelliez en tant que magiste avec courage et bravoure”: le sergent Maoz Moral, inhumé

“Une fois, j’ai voulu faire une promenade dans la rivière et il n’y avait personne pour m’emmener, alors c’est toi qui m’as emmené partout dans le pays” : Aujourd’hui (mardi), des centaines de personnes ont accompagné le sergent Maoz Moral pour se reposer au cimetière du Mont Herzl à Jérusalem.

Des centaines de personnes l’ont accompagné pour se reposer. Les funérailles de feu le sergent Maoz Morel, Photo de : Oren-Ben-Hakon

Maoz, a été mortellement blessé lors des batailles de Khan Yunis il y a cinq jours et se bat depuis pour sa vie. Ce matin, le porte-parole de Tsahal a laissé paraître qu’il était mort des suites de ses blessures.

Les funérailles du Sergent Maoz Morel, Photo de : Oren Ben Hakon

Morel avait 22 ans au moment de sa mort, étudiait au lycée de la yeshiva de Dimona et est devenu le sixième diplômé de la yeshiva à tomber au combat depuis le déclenchement de la guerre. Sa famille passera sept jours dans la colonie de Talmon.

Son jeune frère, Elkanah : “Je t’aime mon frère. Je n’aurais jamais pensé de ma vie que je serais ici à tes funérailles et que je te parlerais. La personne la plus sensible que je connaisse. Une fois, j’ai eu envie de me promener dans la rivière. et il n’y avait personne pour m’emmener, donc c’est toi qui m’as accompagné à travers tout le pays. Toi, je connais toute la région là-bas. Tu as marché avec moi là-bas, nous sommes allés en voiture, nous avons entendu des chansons que tu aimais, nous avons pris un des voyages que je n’oublierai jamais. J’ai tellement de moments de bonheur avec toi en tête.”

Hana, la sœur de Maoz a eu du mal à parler et a dit : “Maouz, je t’aime peu importe à quel point nous nous sommes battus. Je t’aime et tu vas beaucoup me manquer. Tu me manqueras toujours. Je sens qu’il me manque quelque chose dans ma famille.

Les funérailles du Sergent Maoz Morel, Photo de : Oren Ben Hakon

Un autre frère : “Je veux m’excuser auprès de toi. J’ai été le premier à te frapper. Je jouais avec toi quand tu étais bébé et je t’ai accidentellement frappé à la tête. La deuxième fois, alors que nous jouions au ballon, je a poussé une chaise pour t’en empêcher et la chaise t’est entrée dans le nez et tu as eu besoin de plusieurs points de suture. Tu as toujours pris soin de tes amis, je sais que même en haut, tu crieras à qui on a besoin pour qu’ils s’occupent de tout le monde ici. Qu’ils ramènent les personnes kidnappées chez elles. »

Lire aussi  Cristiano Ronaldo expulsé après avoir poussé un adversaire au sol

Frère Dov : “Quiconque connaît notre famille, autre que Maoz, serait probablement surpris d’apprendre que nous avons un frère dans la patrouille. Nous sommes une famille de coureurs de jupons. Vous ne me trouverez pas en train de jouer au football. Maoz était un athlète exceptionnel et il adorait ça. alors. Il était clair qu’il serait une star dans l’armée. Mauz est tombé dans une période difficile pour le pays et pour notre famille. Ce n’est que ces derniers jours, lors de mon dernier séjour, que j’ai découvert qu’il était au courant de cette période difficile. Repose en paix de la forteresse, mon cher et bien-aimé petit frère.”

Varda, la mère de Maoz : “Je suis sûre que quiconque te connaît ne peut penser à toi sans se souvenir de ton sourire. Quand tu es née, sur le chemin de l’hôpital, la police nous a escortés et aujourd’hui, sur le chemin du cimetière, le La police nous a escortés. Apparemment, lorsqu’un homme héroïque et saint entre et quitte ce monde, il reçoit une escorte. Vous êtes né pendant une période difficile dans notre famille pour nous donner de la force – et quelle force vous avez.

Lire aussi  Bruce Willis combat la démence comme son dernier ennemi

Le lieutenant-colonel Roi Mintz lui a fait l’éloge de l’armée : « Verde Eitan Dov Mordechai Shahar Elkana et Hana ». Ce jour-là, l’État d’Israël a perdu l’un de ses meilleurs fils. Votre proche que sa mémoire soit bénie. Fortress, nous sommes ici aujourd’hui choqués et peinés, luttant pour accepter votre absence. Vous étiez un guerrier professionnel, vous excelliez en tant que magiste avec courage et bravoure et comme d’habitude tout était calme et humble. Vous aviez un sourire constant sur votre visage qui était dans la lumière autour de vous. Vous étiez un homme de valeurs, un homme du peuple. Tu fais passer l’autre avant toi, tu étais toujours là quand il le fallait. héros d’Israël”.

Les funérailles de feu Maoz Morel, Photo de : Oren Hakon

Ze’ev Rosenfeld, le rabbin de la colonie de Talmon, a déclaré en larmes : « Maoz, réserve-toi une place à côté de la chaise d’honneur. Nous avons perdu trois chers soldats dans la colonie de Talmon. En tant que colonie d’idéalistes, nous n’obtiendrons que plus forte.”

Le rabbin Mordechai Lindzer, l’oncle de Maoz, a pleuré la mort de Maoz : « Vous êtes né pendant une crise dans votre famille et vous étiez le visage d’une famille brisée. Pendant 22 ans, vous avez renforcé la famille avec votre sourire. Vous avez toujours été une force, une île. de joie, d’agréabilité. Si heureux et joyeux dans la vie Vous avez rendu heureux toute la famille et tous ceux qui étaient près de vous. Vous avez été le premier à aider la famille et les soldats.

Lire aussi  Une étagère "pour ranger des livres" soit "75 800 euros" : IKEA parodie l'Opération Influenceur, mais ne veut pas "contribuer au débat partisan"

Le commandant de la compagnie de Maoz, le capitaine Roi Hagai, a rendu hommage à ses soldats : « Votre courage restera avec nous pour toujours. Nous nous souvenons de Tsmona que vous marchiez avec le Mag et le sourire aux lèvres. Vous avez insisté pour ordonner aux soldats de courir et soyez le premier. Avec un tel dévouement, vous avez toujours fait preuve de courage en première ligne.

Mordechai Ohion, membre de l’équipe de Ma’oz : “Vous étiez un homme d’action, pas de paroles. Vous avez pris soin de nous et avez évacué les blessés, et après avoir fini d’aider à l’évacuation, vous êtes allé au magasin et avez mis reculez le feu. Ce sera difficile sans vous, nous avons besoin de votre couverture d’en haut.

Son amie, une amie proche, marmonna en larmes amères : « Comment es-tu tombé ? Si grand, si fort ? Qui peut même te battre ? Moez, tu es un guerrier avec humilité et courage dans la joie et la simplicité. Toute ta vie tu as été comme ça. Tout est une bataille, et vous la combattez courageusement et gagnez. Feu Un tison qui n’abandonne jamais. Le ciment du groupe, pense à tout le monde, aime tout le monde, ne se bat jamais et ne se met jamais en colère. Tu étais une machine de travail , se cachant dans la vaisselle et faisant tout à partir de là.”

avions-nous tort Nous allons le réparer ! Si vous avez trouvé une erreur dans l’article, nous apprécierions que vous la partagiez avec nous

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT