Nouvelles Du Monde

Trump, Limonov et l’impuissance de la nouvelle adolescence s’affrontent à Cannes | Culture

Trump, Limonov et l’impuissance de la nouvelle adolescence s’affrontent à Cannes |  Culture

2024-05-21 06:31:00

Un imitateur de Donald Trump, hier à Cannes lors de la première de “The Apprentice”.SÉBASTIEN NOGIER (EFE)

Peu avant l’ère Reagan, alors que New York était une ville au bord de la ruine, un jeune Russe qui gagnait pauvrement sa vie en vendant ses poèmes dans les cercles de la souterrain L’Union soviétique a débarqué à Manhattan pour y forger sa douteuse légende. Il est difficile de surpasser le livre extraordinaire d’Emmanuel Carrère sur ce personnage et Limónov-La Ballade, réalisé par le réalisateur russe dissident Kirill Serebrennikov (La Femme de Tchaïkovski, La Fièvre de Petrov), Ne le prends pas. Serebrennikov consacre une bonne partie de son film aux années new-yorkaises de Limonov et, même si le merveilleux acteur britannique Ben Whishaw soutient le personnage, le résultat – avec une apparition de Carrère incluse – laisse trop de questions importantes en suspens et finit par ne fournir que des coups de pinceau. .des images imprécises d’une vie qui ne marche pas à l’écran.

L’image que nous avons de New York a généralement le grain d’un film expérimental, peut-être parce que nous l’associons à un rugissement contre-culturel qui a commencé à s’estomper au cours de la décennie suivante. Dans ces mêmes rues, un autre type de légende a également commencé à se forger, celle d’un jeune Donald Trump qui a trouvé refuge sous la tutelle d’un sinistre personnage, l’avocat d’extrême droite Roy Cohn. L’apprenti, de Ali Abbasi (Sainte Araignée, Frontière), couvre les premières années de la vie publique de Trump. Ceci est joué par Sebastian Stan et Roy Cohn, Jeremy Strong. Les deux sont primés, notamment Strong, mais le film, avec un travail de décor très remarquable, avec une texture dans l’image qui vous transporte à cette époque, ne raconte rien de très nouveau et au final il est impossible de ne pas être reparti avec l’arrière-goût dangereux de l’hagiographie bien faite.

Lire aussi  Le Musée du Jouet de Figueres rouvre vendredi après la deuxième phase des travaux

Trump doit tout à un personnage qui représente l’hypocrisie absolue de son pays. Cohn, l’homme qui a envoyé les Rosenberg sur la chaise électrique pour espionnage présumé, bras droit de la chasse aux sorcières du sénateur McCarthy, conservateur radical, dangereux et corrompu, proche de Rupert Murdoch et Ronald Reagan, est mort du sida en 1986 après avoir dirigé une double vie pendant des années. Le jeune Trump a appris à ses côtés à toujours nier la vérité, une stratégie qui lui a donné les meilleurs résultats.

Malou Khebizi, à Cannes lors de la présentation de 'Diamond Brut'.
Malou Khebizi, à Cannes lors de la présentation de ‘Diamond Brut’.
ANDRÉ DOULEUR (EFE)

Limonov-La Ballade oui L’apprenti ils sont deux biopics dans une section en compétition officielle dans laquelle se sont distingués trois films sur l’impuissance et la rage adolescente. Il s’agit de portraits intéressants de deux filles et d’un garçon qui, respectivement en France, en Angleterre et en Roumanie, ne trouvent que solitude et frustration.

La première, Diamant Brut, Il a été projeté le premier jour et constitue le seul premier long métrage de la compétition. Réalisé par Agathe Riedinger, c’est un film de personnages, une approche rapprochée d’un adolescent hypersexualisé absorbé par ce culte pathologique de la célébrité et de l’addiction aux réseaux sociaux. Le film de Riedinger est le cauchemar d’une Kim Kardashian en herbe, une merdique influenceur avec des ongles comme Rosalía qui rêve de vivre dans un réalité pour les personnages célèbres dont le monde est piégé sur l’écran du mobile. La première actrice, Malou Khebizi, fait un travail admirable, le meilleur du film, en incarnant une fille qui exprime de manière très authentique une hypersexualisation qui conduit à de terribles problèmes sexuels et émotionnels dans la vraie vie.

Lire aussi  Ed Sheeran chante et joue de la guitare lors d'un procès pour droit d'auteur à New York

Le deuxième du lot, Oiseau, de la Britannique Andrea Arnold, fait partie des favoris du concours. Il a également un adolescent comme protagoniste, mais cela se déroule dans le domaine du réalisme magique qu’Arnold, cinéaste aux fortes convictions animales, mène à une relation atypique avec un homme (l’acteur allemand Franz Rogowski) au nom d’un oiseau, le Oiseau du titre. Elle a 12 ans et vit dans une sorte de squat avec son père, un homme dépassé incarné par un grand Barry Keoghan. L’environnement dysfonctionnel que vous décrivez Oiseau Ce n’est pas très loin de Diamant Brut, mais Arnold entre dans un autre avion et réserve de belles séquences à Keoghan, notamment la dernière du film. Le directeur de Vache (2021) a un talent inné pour mélanger acteurs naturels et professionnels, ce qui donne des résultats très excitants dans ce film.

L'acteur Barry Keoghan et la réalisatrice Andrea Arnold, vendredi lors d'une conférence de presse à Cannes.
L’acteur Barry Keoghan et la réalisatrice Andrea Arnold, vendredi lors d’une conférence de presse à Cannes.Stéphane Mahé (Reuters)

La troisième histoire sur les adolescents est celle de la Roumanie À trois kilomètres du bout du monde, d’Emanuel Parvu, qui détaille un incident homophobe dans une ville du delta du Danube. Un garçon de 17 ans y revient pour quelques jours. Un matin, il arrive chez lui battu à mort. Ce ne sera pas votre pire expérience dans une communauté archaïque et corrompue. Parvu décrit une homophobie terrifiante, qui s’exerce également au sein de la famille avec des rituels de fanatisme religieux. Le film est sobre et bien raconté, avec une tension qui ne faiblit pas.

Dans le cadre de la section officielle, il était également projeté La Fille à l’aiguille, par le Suédois Magnus von Horn, dont crescendo de sordidité devient insupportable. Il ne manque de rien : les accros à l’éther, les visages défigurés de la Grande Guerre, les avortements dans les toilettes publiques et un tueur en série de bébés en arrière-plan. La photographie noir et blanc soignée ne fait que masquer un film trop voué au désagréable.

Lire aussi  Kim Kardashian fixera des limites avec Pete Davidson après la romance d'Emily Ratajkowski

Parmi les grands noms du concours, le sentiment général est celui d’un désastre retentissant. En plus de Mégalopole, qui a polarisé les critiques et continue de susciter le débat, a été rejoint par le dernier de David Cronenberg, Les Linceuls, cela frise l’indicible mais sans l’ambition et l’épopée de Coppola. Cela ressemble plutôt à une réticence insensée et le résultat est un désastre.

Celui qui s’en est sorti le mieux, malgré son échec et son assez démantèlement, est Oh, le Canada, par Paul Schrader. Il se concentre sur l’histoire d’un vieux cinéaste de gauche qui est parti au Canada pour éviter d’être enrôlé dans la guerre du Vietnam et qui est maintenant en train de mourir. Cet homme, incarné par Richard Gere, affronte ses derniers instants devant une caméra, et mélange des passages de sa mémoire, des souvenirs de sa jeunesse. Jacob Elordi et Gere incarnent le même personnage dans cette sorte de puzzle-prière finale d’une vie dédiée à l’auteur du roman sur lequel le film est basé, Russell Banks.

Après la moitié du festival, le film le plus marquant reste le film chinois Captivé par les marées, de Jia Zhang-Ke, dont nous avons déjà parlé, mais ceux qui ont fait le plus de bruit et se disputent le trône de l’événement de cette édition sont les audacieux narco-musicaux pédé Émilie Pérez, du Français Jacques Audiard, et la comédie drôle et audacieuse de horreur du corps La substance. Aucun d’entre eux n’est cependant au niveau d’une Palme d’Or.

Toute la culture qui vous accompagne vous attend ici.

S’abonner

Babelia

L’actualité littéraire analysée par les meilleurs critiques dans notre newsletter hebdomadaire

LE RECEVOIR

Abonnez-vous pour continuer la lecture

Lire sans limites

_



#Trump #Limonov #limpuissance #nouvelle #adolescence #saffrontent #Cannes #Culture
1716270023

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT