Nouvelles Du Monde

Safaricom du Kenya cible davantage d’utilisateurs d’Internet fixe avec le réseau 5G

Safaricom du Kenya cible davantage d’utilisateurs d’Internet fixe avec le réseau 5G

27 octobre (Reuters) – Safaricom, le plus grand opérateur de télécommunications du Kenya (SCOM.NR) a lancé jeudi son service Internet haut débit 5G, devenant ainsi la première entreprise à déployer commercialement la technologie en Afrique de l’Est.

La société, dont l’activité de fourniture d’Internet est l’une de ses croissances les plus rapides, utilise des équipements de Nokia (NOKIA.HE) et Huawei (HWT.UL) pour alimenter son réseau 5G.

Safaricom, qui appartient en partie au sud-africain Vodacom (VODJ.J) et le britannique Vodafone (VOD.L)propose d’abord des abonnements Wi-Fi, car il tente de conquérir une plus grande part du marché des données fixes.

“Nous … considérons la 5G comme essentielle pour fournir de nouvelles solutions qui répondront au développement économique, aux soins de santé, à la fabrication, aux infrastructures et même à la prestation de services gouvernementaux”, a déclaré le PDG de Safaricom, Peter Ndegwa, lors d’une cérémonie de lancement du réseau.

Alors que Safaricom domine le marché des données mobiles – avec une part d’environ 65% – il ne détient qu’environ un tiers du marché des données fixes, selon les données de l’Autorité des communications du Kenya.

Lire aussi  iOS 16.6 est là : c'est pourquoi vous devriez l'installer de toute urgence

Outre l’opportunité du marché du Wi-Fi, l’accent initial mis sur le Wi-Fi 5G plutôt que sur le mobile est dû au fait qu’il existe encore relativement peu d’appareils compatibles 5G au Kenya, a déclaré la société.

Sur près de 27 millions de smartphones utilisés au Kenya, Ndegwa a déclaré que seulement 200 000 environ sont compatibles 5G en raison des coûts élevés de ces appareils.

Mais les prix baissent rapidement et des entreprises telles que Safaricom élargissent leurs modèles de financement, ce qui devrait élargir l’accès, a-t-il déclaré lors du lancement.

Les clients disposant de téléphones compatibles pourront cependant bientôt utiliser le réseau, a indiqué la société, lorsqu’elle commencera à vendre des forfaits de données 5G.

L’entreprise possède 35 sites 5G actifs à Nairobi et dans d’autres grandes villes et prévoit d’augmenter ce nombre à 200 d’ici mars de l’année prochaine. Il a commencé à tester le réseau l’année dernière.

Le gouvernement américain a exhorté les pays à ne pas inclure Huawei dans leurs plans 5G, invoquant des problèmes de sécurité que Huawei a niés.

Lire aussi  Des actions «très soigneusement calibrées» sur l'ALC pour protéger les intérêts et les sensibilités de l'Inde, déclare le chef de l'armée

Reportage d’Ayenat Mersie; édité par Hereward Holland et Jason Neely

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT