Nouvelles Du Monde

Revue Under the Bridge – Lily Gladstone mène un véritable drame policier respectueux mais fade | Télévision

Revue Under the Bridge – Lily Gladstone mène un véritable drame policier respectueux mais fade |  Télévision

Revue télévisée

Le récent nominé aux Oscars incarne un flic enquêtant sur la mort brutale d’un adolescent dans ce récit noble mais maladroit d’un crime horrible sur Hulu.

mer. 17 avril 2024 15h35 CEST

En tant que véritable drame policier en 2024, Hulu’s Under the Bridge connaît au moins les nids-de-poule géants du genre à éviter. La série limitée de huit épisodes mettant en vedette Lily Gladstone et Riley Keough, une adaptation du livre de Rebecca Godfrey de 2005 sur un meurtre sensationnel au Canada, sait ne pas glorifier les forces de l’ordre comme étant hyper compétentes, ni privilégier la vie émotionnelle des auteurs au détriment de celle d’une victime sans visage, ni dépeindre la violence gratuite. “Je pense qu’il faut se souvenir des gens pour ce qu’ils étaient, pas pour ce qui leur est arrivé”, a déclaré Keough, dans le rôle de Godfrey, aux parents de Reena Virk, une jeune fille de 14 ans horriblement battue à mort et noyée par des inconnus et elle. -appelés amis. En tant qu’exercice sur la façon de transformer un crime réel en divertissement avec de vrais auteurs et victimes – en particulier Virk, incarné avec brio par Vritika Gupta – Under the Bridge est conscient de lui-même et empathique, réfléchissant clairement aux implications, son cœur à la bonne place.

Critique de Franklin – Michael Douglas est absolument convaincant dans ce drame d’époque

Malheureusement, en tant qu’émission télévisée, elle donne souvent l’impression d’un cola plat – tiède, rassis et évoquant quelque chose de plus animé et de plus brillant. Bien qu’il évite assidûment certains des pires tropes de la soi-disant « fille morte », il devient la proie des plus ennuyeux de la télévision en streaming de prestige : nombre d’épisodes gonflé, chronologies multiples, changements formels flous, voix off de mauvais augure, erreurs politiques correctes ( sur le racisme, l’incompétence des forces de l’ordre, les traumatismes et plus encore) pour un travail nuancé et convaincant.

Lire aussi  Le prince Harry pourrait se voir "accorder" un "siège plus central" à Coronation malgré les "griefs"

Bien que le crime lui-même soit presque trop horrible pour le croire, il y a peu de choses qui distinguent Under the Bridge, développé par feu Godfrey et Quinn Shephard, des autres des drames policiers récents et meilleurs tel que Sous la bannière du ciel, L’escalier, L’acte ou La fille de Plainville, ni d’émissions démêlant des crimes de filles mortes qui vous retournent l’estomac, comme True Detective ou Mare of Easttown. La série rappelle le plus ouvertement le superlatif Sharp Objects, l’adaptation par HBO du roman de Gillian Flynn, dans le sens où elle tourne également autour d’un journaliste sans scrupules, avec un T majuscule. Troubled revient pour enquêter sur le meurtre choquant d’une adolescente dans sa petite ville natale, après avoir échappé au mort tragique d’un frère ou d’une sœur. Mais alors que le journaliste cliché et contraire à l’éthique d’Amy Adams était pour le moins convaincant, et que la vision du regretté Jean-Marc Vallée du gothique du Midwest hypnotique, Under the Bridge semble froid, même s’il tente de capturer la rage inexplicablement brûlante des adolescents. filles (et un adolescent mal placé et en colère meurtrière, joué par Javon Walton d’Euphoria) sur une petite île de la Colombie-Britannique en 1997.

Les chefs de ces filles sont en effet terrifiants – Josephine Brooks (Chloe Guidry), la chienne alpha encline à mordre vite et fort, Kelly Ellard (Izzy G), la prédateur bêta effrayante et mortelle. Les filles étaient des « gangstas » autoproclamées qui idolâtraient John Gotti et fétichisaient la violence collective ; ils ont exercé leur cruauté sur Dusty (Aiyana Goodfellow), un camarade noir résidant dans le foyer de groupe de Joséphine, et en particulier sur Reena, une paria timide et avide d’amis, nourrissant une obsession naissante pour le Notorious BIG. (La série témoigne juste assez de la panique morale de la fin des années 90 face à l’influence de la culture pop sur les adolescents.)

Lire aussi  GERHARD GRAML – „Tout“ - mica

La première moitié de la série dévoile à la fois l’attrait du « gang » pour une jeune paria comme Reena et les mois, jours, heures et minutes avant sa mort. Reena était isolée – la fille aînée d’une famille sud-asiatique, sa mère Suman (Archie Panjabi), une fervente Témoin de Jéhovah, son père Manjit (Ezra Faroque Khan), un immigrant sikh d’Inde, elle était une minorité au sein d’une minorité sur un territoire très blanc. île. Même après sa mort, sa vie a été rejetée – comme une fugue non prioritaire et une « fille bic » par la police de Saanich (le surnom était « parce que nous sommes jetables », dit Dusty, dans l’une des nombreuses répliques autoritaires). Seuls Godfrey, revenu de New York pour écrire un livre sur la jeunesse mécontente de Victoria, et l’officier Cam Bentland (Gladstone), un autre étranger en tant que femme autochtone adoptée par le chef de la police (Matt Craven), prennent la disparition de Reena au sérieux.

Même vieille histoire vraie : pourquoi les émissions de télévision sont-elles devenues des entrées Wikipédia ?

Gladstone, bien qu’elle ait parfois tendance à exagérer, a toujours imprégné ses personnages d’une profonde dignité, et cela encore une fois, même si elle a travaillé avec peu de caractérisation au-delà de « solitaire et triste » en tant que femme autochtone adoptée dans une famille blanche nonchalamment raciste – un trait qui met en lumière les crimes nationaux honteux du Canada, mais cela ne suffit pas pour une personne dans son ensemble. Pourtant, Gladstone est une présence rassurante à l’écran, même si elle est obligée de grimacer visiblement à chaque mention du mot « race » ou à l’invocation de « chéri » par son patron/père. Keough, qui s’est élevé au-dessus de Daisy Jones et des Six, médiocres, est également mal desservi par le matériel ; son portrait de Rebecca en tant que journaliste égocentrique et sans frontières – une personne qui couche avec une source policière et se drogue avec un adolescent – ​​est au moins regardable, même si elle est difficilement acceptable.

Lire aussi  Matt Cardona arrive à AEW et fait une apparition surprise sur AEW Collision

Le fil de son « enquête », si on peut l’appeler ainsi, est difficile à comprendre, mais au moins il y en a d’autres – le plus intéressant, sinon sans heurts, est la rébellion dramatique de Reena contre ses parents dans les mois qui ont précédé sa mort. Le quatrième épisode, écrit par Stuti Malhotra et réalisé par Nimisha Mujkerji, incarne les promesses et les pièges de cette expansion tentaculaire, juxtaposant l’histoire de la famille Virks en tant qu’immigrants en Colombie-Britannique avec un dîner humiliant et difficile à regarder qu’ils organisent pour le prochain repas de Reena. être des attaquants potentiels. Les lignes sont pointues et maladroites, l’épisode est trop long, mais le point demeure : il y avait plus dans cette histoire à l’époque, une façon différente et meilleure de la raconter maintenant. Si seulement sa pratique restait fidèle à ses principes.

{{#téléscripteur}}

{{en haut à gauche}}

{{en bas à gauche}}

{{en haut à droite}}

{{en bas à droite}}

{{#goalExceededMarkerPercentage}}{{/goalExceededMarkerPercentage}}{{/ticker}}

{{titre}}

{{#paragraphes}}

{{.}}

{{/paragraphes}}{{highlightedText}}
{{#choiceCards}}

UniqueMensuelAnnuel

Autre

{{/choiceCards}}Nous vous contacterons pour vous rappeler de contribuer. Recherchez un message dans votre boîte de réception en . Si vous avez des questions sur la contribution, veuillez nous contacter.
2024-04-17 17:08:00
1713363535


#Revue #Bridge #Lily #Gladstone #mène #véritable #drame #policier #respectueux #mais #fade #Télévision

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT