nouvelles (1)

Newsletter

Que se passe-t-il lorsque les médecins et les patients s’interrompent ?

Au cours des 50 dernières années, le modèle d’interaction médecin-patient est progressivement passé d’un modèle autoritaire dirigé par un médecin (paternaliste) à celui d’une collaboration entre le médecin et le patient (partenariat, gestion). La communication est essentielle à cette relation. Au cours des dernières années, l’accent mis sur l’optimisation de la communication du médecin lors des consultations cliniques s’est accru dans le but de fournir soins centrés sur le patient. Souvent, les médecins et les patients s’interrompent lors des visites, mais quelles sont les raisons et les impacts de ces interruptions ?

Signification et impacts

Une interruption est tout acte qui interrompt physiquement le flux de la conversation ou entrave la progression d’un sujet de conversation.

Les interruptions peuvent affecter négativement les éléments clés d’un échange communicatif, notamment la communication d’informations au patient ou l’établissement d’un rapport avec le patient. De nombreuses études ont indiqué que les interruptions sont nombreuses lors des consultations externes pour adultes, et jusqu’à 75 % des patients sont interrompus par un médecin avant d’avoir fini de parler. Cette interruption a réduit le temps de parole moyen du patient lors de la présentation initiale de son problème de 73-150 secondes à 12-23 secondes.

Intrusion ou coopération ?

L’impact des interruptions sur les visites cliniques reste pas clair. Certaines études montrent un impact principalement intrusif des interruptions, en particulier lorsqu’elles sont utilisées de manière tactique par le médecin pour gagner du pouvoir sur la conversation, et qui peuvent potentiellement provoquer un scénario dans lequel le patient est incapable de divulguer entièrement ses préoccupations.

Un point de vue opposé est que toutes les interruptions ne sont pas négatives, comme dans les scénarios où interruptions coopératives peut aider à maintenir le contenu et le flux de l’interaction. Par exemple, les interruptions coopératives dirigées par le médecin peuvent faciliter la coordination des soins de santé des patients et peuvent même être une démonstration de soutien et de coopération envers le patient.

En général, interruptions intrusivescomme les changements de sujet et les désaccords, sont perçus comme des interruptions typiques plus négatives que interruptions coopérativestels que des clarifications et des accords.

Genre et interruptions

Les interruptions ont longtemps été associées avec masculinité et la domination masculine, bien que d’autres aient remis en question ce lien direct entre le sexe et les interruptions. Une analyse systématique des interruptions coopératives et intrusives dans les différentes phases de consultation des interactions de la pratique clinique fait défaut.

Données du monde réel

Une étude menée dans un contexte de soins primaires a évalué si le rôle du locuteur (médecin vs patient) et le sexe du locuteur prédisent le type d’interruption dans ces phases de consultation particulières (première visite ou suivi). En moyenne, les consultations ont duré 870 secondes (14,5 minutes), avec une fourchette allant de 275 secondes (4,5 minutes) à 2091 secondes (35 minutes). Pour l’analyse, les chercheurs se sont concentrés sur la phase de présentation du problème et la phase de diagnostic ou de plan de traitement, étant donné qu’elles sont caractérisées par des tâches et des objectifs particuliers pour le médecin et le patient.

Les interruptions ont été définies comme des cas où un nouveau locuteur a commencé à parler pendant un tour audiblement incomplet du locuteur actuel, ce qui impliquait le plus souvent un chevauchement de la parole.

Toutes les consultations ont eu au moins une interruption, avec une moyenne d’environ 29 interruptions par consultation.

Sur les 2405 interruptions totales identifiées, 1994 (82,9%) étaient coopératives et 304 (12,6%) étaient intrusives. Pour les 107 interruptions restantes (4,4 %), le type d’interruption n’était pas clair, le plus souvent à cause d’une parole inaudible.

Les patients ont fait 55,5 % de toutes les interruptions, 55 % des interruptions coopératives et 58,9 % des interruptions intrusives. Les médecins ont effectué la première interruption dans 56 % des 84 consultations, en moyenne 36,3 secondes après le début de la phase de présentation du problème, et 89 % de ces interruptions étaient coopératives.

Prédicteurs de type

Les interruptions intrusives étaient significativement plus susceptibles d’être effectuées de la manière suivante :

  • Par patients que par médecins (odds ratio [OR] = 3,17)

  • Par les hommes que par les femmes (OR = 1,67)

  • Dans la phase de diagnostic ou de plan de traitement que dans la phase de présentation du problème (OR = 2,24)

  • Dans le groupe des médecins, les hommes étaient plus susceptibles de faire une interruption intrusive que les femmes (OR = 1,54)

  • Dans le groupe de patients, les hommes étaient moins susceptibles de faire une interruption intrusive que les femmes (OR = 0,70).

Bien que les interruptions des patients par les médecins aient longtemps été considérées comme des actions intrusives qui devraient être évitées, ces résultats démontrent que la plupart des interruptions que font les médecins sont en fait ne pas intrusif. Les médecins interrompaient principalement les patients pour exprimer leur compréhension et leur soutien, ou pour demander des éclaircissements, s’alignant ainsi sur la narration continue des patients et donc sur le rôle du patient en tant qu’orateur principal. Ces données soutiennent l’hypothèse selon laquelle les interruptions coopératives des médecins dans la phase initiale de la consultation peuvent améliorer, plutôt qu’entraver, la qualité de la communication.

Les patients interrompaient les médecins plus fréquemment que l’inverse, et plus souvent de manière intrusive. Ces résultats corrigent l’hypothèse intuitive selon laquelle c’est principalement le médecin qui agit de manière intrusive lors de l’interaction médicale. De plus, les médecins de sexe masculin et les patients de sexe féminin étaient les plus susceptibles de faire des interruptions intrusives, et les médecins de sexe féminin et les patients de sexe masculin étaient les plus susceptibles d’interrompre de manière coopérative.

Phase de consultation

Les médecins étaient moins susceptibles que les patients d’interrompre l’autre de manière intrusive dans la phase de présentation du problème, ce qui indique que les médecins de cette étude ont reconnu le contrôle du patient dans cette phase initiale et critique.

D’autre part, dans la phase de diagnostic ou de discussion sur le plan de traitement, les médecins ont fait presque autant d’interruptions intrusives que les patients, ce qui suggère plus de tension ou de pression temporelle, et un exercice répété d’autorité pour prendre et conserver la parole de conversation.

En résumé, les interruptions des médecins et des patients sont souvent des actions de coopération qui peuvent améliorer l’interaction clinique et, par la suite, la relation médecin-patient. Surtout dans la phase de présentation du problème, les interruptions des médecins pour montrer leur accord ou demander des éclaircissements reconnaissent le patient dans son rôle d’orateur principal, reconnaissent le contenu de l’histoire du patient et démontrent son engagement dans l’interaction.

Cet article a été traduit de Univadis Italie.

Pour plus d’informations, suivez Medscape sur Facebook, Twitter, Instagram, Youtubeet LinkedIn

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT