Nouvelles Du Monde

Nouvel anti-inflammatoire | Actualités scientifiques et technologiques (Amazings® / NCYT®)

Nouvel anti-inflammatoire |  Actualités scientifiques et technologiques (Amazings® / NCYT®)

2024-01-02 19:15:53

Les scientifiques ont développé un nouvel anti-inflammatoire présentant moins d’effets indésirables et de toxicité que les corticostéroïdes et, contrairement à eux, préserve le système immunitaire inné.

Le composé, appelé AG5, est un dérivé synthétique d’un composé d’origine végétale avec lequel il a déjà été expérimenté dans plusieurs modèles animaux, prouvant son utilité pour inhiber l’un des effets les plus graves des processus inflammatoires associés à des infections telles que le COVID. -19.19, cancer et autres maladies inflammatoires chroniques.

Le composé a été développé par une équipe de recherche multidisciplinaire composée de plusieurs instituts du Conseil supérieur de la recherche scientifique (CSIC) en Espagne, de l’Université polytechnique de Valence (UPV) et d’autres institutions académiques et cliniques.

Pendant la pandémie de COVID-19, des essais cliniques menés auprès de patients hospitalisés ont confirmé que les corticostéroïdes tels que la dexaméthasone réduisaient la mortalité, mais étaient nocifs lorsqu’ils étaient appliqués dès les premiers symptômes de l’infection. En effet, la forte activité immunosuppressive de ces médicaments affaiblit la réponse immunitaire primaire, entraînant un retard dans l’élimination de l’infection et des conséquences indésirables dans les pneumonies virales graves.

Dans ce scénario, en mars 2020, le Conseil Supérieur de la Recherche Scientifique (CSIC) a organisé une Plateforme Thématique Interdisciplinaire (PTI) appelée Santé Globale, dans laquelle plus de 400 chercheurs de 144 groupes de recherche de diverses spécialités collaborent pour relever les défis posés par l’épidémie de coronavirus. , du social au thérapeutique. L’une des vertus de cette plateforme a été de mettre en contact différents chercheurs du CSIC, professeurs d’université et hôpitaux d’Espagne, et de mettre leur expérience, leurs laboratoires et leurs installations au service des meilleures idées et initiatives, sélectionnées par un comité d’experts.

Lire aussi  L'agence spatiale américaine NASA montre la vie à partir d'astéroïdes

Grâce à cette initiative, une équipe multidisciplinaire composée de nombreux groupes de recherche de différents instituts du CSIC, de l’Université Polytechnique de Valence (UPV), ainsi que d’autres institutions académiques et cliniques, et dirigée par les chercheurs du CSIC José María Benlloch (Institut de Instrumentation for Molecular Imaging, i3M, CSIC-UPV) et Pablo Botella (Institut de technologie chimique, ITQ, CSIC-UPV) ont présenté AG5, un nouveau composé anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) doté d’une activité immunomodulatrice.

Nouvelle classe d’anti-inflammatoires

Selon les chercheurs du CSIC, la principale nouveauté de l’AG5 est qu’il initie une nouvelle classe d’anti-inflammatoires. Contrairement aux AINS, l’AG5 est capable d’inhiber la tempête de cytokines (l’un des symptômes les plus graves du COVID-19 et d’autres pathologies, associé à l’hyperréaction du système immunitaire) comme la dexaméthasone, mais, contrairement aux corticostéroïdes, il préserve adéquatement l’immunité innée. Ceci est essentiel dans les premiers stades de toute nouvelle infection, car l’organisme doit développer une réponse de défense contre le nouvel agent pathogène, mais également dans le traitement de nombreux types de cancer, dans lesquels la suppression de la réponse immunitaire primaire facilite le développement de la tumeur.

AG5 a été sélectionné grâce à une étude de sélection minutieuse des dérivés structurels de l’andrographolide afin d’améliorer l’efficacité et de minimiser la toxicité. Les chercheurs soutiennent que ce nouveau composé est un substitut potentiel à la dexaméthasone (et, en général, aux corticostéroïdes), avec beaucoup moins d’effets indésirables et de toxicité, et en préservant également le système immunitaire inné.

Lire aussi  Que savons-nous du "brouillard cérébral" et des autres troubles mentaux qui persistent chez de nombreux patients atteints de Covid- Corriere TV

Des tests in vitro ont montré que l’AG5 est un inhibiteur de la caspase-1 (enzyme impliquée dans la maturation des médiateurs du système immunitaire) et est capable de moduler la réponse immunitaire dans les processus inflammatoires associés aux infections bactériennes et virales. Par ailleurs, l’efficacité thérapeutique de l’AG5 a été démontrée dans différents modèles animaux d’inflammation (poisson zèbre, souris), avec et sans infection virale associée. Par exemple, AG5 est capable d’inhiber la tempête de cytokines chez des souris humanisées infectées par le virus SARS-CoV-2 sans supprimer complètement la réponse immunitaire.

L’équipe de recherche espère qu’AG5 sera également très utile dans le traitement de maladies inflammatoires chroniques telles que la polyarthrite rhumatoïde, la maladie de Crohn, l’inflammation pulmonaire et la stéatose hépatique. De même, AG5 a été proposé pour la prévention et le traitement de la tempête de cytokines dans la thérapie cellulaire T (CAR-T) pour le cancer. La création d’AG5 a abouti à un brevet espagnol approuvé en 2023, actuellement en phase d’extension en Europe et en Amérique du Nord. Un autre brevet européen a récemment été déposé.

José María Benlloch et Pablo Botella. (Photo : UPV)

Essais cliniques à partir de 2024

Lire aussi  Warren Buffett dénonce la gestion des faillites bancaires, optimiste pour les États-Unis et le Berkshire

Actuellement, la recherche préclinique sur l’AG5 est presque terminée, y compris une étude toxicologique sur différents modèles animaux validés (souris, rat et lapin), et la mise à l’échelle de la production industrielle de ce médicament est en cours. En 2024, l’équipe de recherche prévoit de postuler auprès de l’Agence espagnole des médicaments et des produits de santé (AEMPS) pour des essais cliniques de phase I et II sur le traitement de la stéatose hépatique.

L’AG5 est un dérivé sulfonique synthétique de l’andrographolide, le principe actif de la plante Andrographis paniculata, endémique de certaines régions de l’Inde, du Sri Lanka et d’autres régions d’Asie du Sud-Est. D’un point de vue thérapeutique, le dérivé sulfonique présente des avantages significatifs, puisqu’il augmente notablement l’activité anti-inflammatoire, améliorant également le profil pharmacocinétique.

Dans ce projet, outre i3M et ITQ, les autres institutions participantes sont : Marine Research Institute (IIM, CSIC) ; Centre de recherche biologique Margarita Salas (CIB, CSIC) ; Institut National de Recherche et Technologie Agricoles et Alimentaires (INIA, CSIC) ; Centre de Recherche Médicale Appliquée (CIMA, de l’Université de Navarre) ; Clinique Universitaire de Navarre (CUN); et l’Institut Maimónides de Recherche Biomédicale de Cordoue (IMIBIC, de l’Hôpital Universitaire Reina Sofía de Cordoue).

L’étude est intitulée « AG5 est un puissant régulateur anti-inflammatoire et immunitaire non stéroïdien qui préserve l’immunité innée. » Et il a été publié dans la revue académique Biomedicine & Pharmacotherapy. (Source : UPV)



#Nouvel #antiinflammatoire #Actualités #scientifiques #technologiques #Amazings #NCYT
1704315700

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT