nouvelles (1)

Newsletter

L’USWNT bat Haïti lors de l’ouverture du championnat W de la Concacaf

Espace réservé pendant le chargement des actions d’article

MONTERREY, Mexique – Il n’a jamais été question de savoir si l’équipe nationale féminine de football des États-Unis, porte-drapeau du jeu pendant plus de trois décennies, battrait Haïti lors de la soirée d’ouverture du championnat W de la Concacaf.

Poussant cette suggestion un peu plus loin, il ne fait aucun doute que les Américains les mieux classés obtiendront une place pour la Coupe du monde 2023 et revendiqueront peut-être la première place olympique de la région.

Cela dit, il y a du travail à faire pendant une quinzaine de jours ici, et lundi soir à l’Estadio Universitario, les quadruples champions du monde ont réussi leur premier test léger avec une victoire 3-0 peu convaincante.

Alex Morgan a marqué deux fois en sept minutes de la première mi-temps et la remplaçante Margaret Purce a ajouté un but à la 84e minute, mais le n ° 60 Haïti était loin d’être submergé. Sans un tête-à-tête raté et un penalty manqué avant l’entracte, la seconde mi-temps aurait été convaincante.

Dans l’état actuel des choses, les Américains n’ont été ni secoués ni insouciants en battant Haïti pour la huitième fois par un total de 49-0.

“Ce n’était en aucun cas notre meilleure performance”, a déclaré la capitaine Becky Sauerbrunn. «Mais ce genre de tournoi est définitivement un marathon, pas un sprint. Nous devons donc continuer à nous frayer un chemin à travers cela.

Ayant besoin d’une victoire de plus à tous mais d’un passage sûr à la Coupe du monde en Australie et en Nouvelle-Zélande, les États-Unis affronteront les Reggae Girlz de la Jamaïque, 51e, jeudi, à l’autre site du tournoi de Monterrey, l’Estadio BBVA.

Lors du deuxième match de lundi, la Jamaïque a surpris son hôte le Mexique, 1-0, sur le but de Khadija « Bunny » Shaw à la huitième minute. Le Canada, le Costa Rica, le Panama et Trinité-et-Tobago sont dans le groupe B, qui commence à jouer mardi.

Deux équipes de chaque groupe gagneront des places pour la Coupe du monde. Le plus grand défi pour les États-Unis est de remporter le tournoi pour la neuvième fois en 10 tentatives, un objectif qui nécessiterait probablement de battre le Canada, le médaillé d’or olympique en titre. Le champion du tournoi recevra une place aux Jeux olympiques de Paris en 2024, tandis que les équipes de deuxième et troisième place doivent s’affronter dans des éliminatoires à deux manches l’année prochaine pour un billet pour la France.

Malgré leur statut élevé, les Américains sont arrivés avec de nombreux joueurs qui n’ont jamais joué dans une compétition conséquente au niveau senior.

“Vous ne pouvez l’obtenir qu’à partir de grands tournois comme celui-ci et en sortant du pays”, a déclaré Morgan, qui a eu 33 ans samedi. “Donc, l’avoir ici au Mexique est une étape importante, en particulier pour que les jeunes joueurs comprennent certaines situations de pression dans lesquelles ils n’ont jamais été auparavant.”

Morgan a ajouté: “Cela va nous aider beaucoup alors que nous espérons nous qualifier et nous tourner vers la Coupe du monde et les Jeux olympiques. Ce sont les tournois sur lesquels nous reviendrons qui ont aidé ces joueurs à grandir.

Une autre joueuse expérimentée, la remplaçante Megan Rapinoe, a noté la performance de son équipe “probablement 7 sur 10. De bons buts, quelques occasions, il faut absolument être plus précis, plus clinique, un peu plus impitoyable”.

La performance décevante est venue contre une formation haïtienne avec huit joueurs de non-pouvoirs dans la ligue française et trois des collèges américains : la gardienne de but de Georgetown Lara Larco ; La défenseuse de Virginie Claire Constant, joueuse de l’année 2018 du Post de TC Williams, maintenant Alexandria City High; et Ruthny Mathurin de Louisiane Lafayette.

Haïti avait trois menaces majeures en première mi-temps. La tête de Kethna Louis sur un coup franc s’est légèrement éloignée du deuxième poteau. Melchie Dumornay a brûlé Sauerbrunn seulement pour que la gardienne Casey Murphy bloque son tir clair. Puis, après qu’Emily Fox ait abattu Nerilia Mondesir dans la surface, Roselord Borgella a lancé le penalty du poteau gauche alors que Murphy plongeait dans l’autre sens.

“C’était vraiment bien de voir une équipe comme celle-là car je pense que cela nous préparera pour l’avenir”, a déclaré l’entraîneur américain Vlatko Andonovski. “Il va falloir faire mieux car ça ne va pas être plus facile contre la Jamaïque.”

Morgan a marqué deux fois pour porter son total de carrière à 117 buts en 193 apparitions.

L’USWNT se rend au Mexique pour la quête de qualification – et la vengeance

Quelques instants après avoir frappé la barre transversale avec une tête, elle a sorti l’impasse avec une touche intelligente à la 16e minute. Mallory Pugh a traversé de l’aile droite. Morgan a effectué une course proche du poteau et, sans regarder la cible, a laissé ses pieds au bord de la surface de réparation et a utilisé l’extérieur de sa chaussure droite pour rediriger le ballon dans le filet.

Au 23e, Kelley O’Hara a lancé un ballon haut que Morgan a dirigé avec un arc au-dessus de Larco de sept mètres.

La deuxième mi-temps a été lente et prévisible. Les Américains n’étaient pas capables de fléchir leurs muscles, mais Haïti n’était pas assez bon pour bouger. Andonovski a effectué les cinq remplacements au cours des 28 premières minutes de la mi-temps, en partie pour injecter l’énergie nécessaire, mais surtout pour reposer les partants et fournir des minutes à son banc profond.

Rapinoe a préparé Purce pour un but apparent, mais la rediffusion vidéo a montré que Rapinoe était hors-jeu lors de la montée en puissance. Rapinoe a de nouveau fourni Purce, mais Larco a déjoué la chance. Purce a finalement obtenu son but en plaçant le ballon au cœur de la surface de réparation et en l’insérant dans le coin gauche pour son quatrième but en 16 apparitions aux États-Unis.

“Pour nous, marquer trois points et un jeu blanc est énorme”, a déclaré le milieu de terrain Andi Sullivan. “Il y a certainement beaucoup de choses que nous voulons améliorer, mais un bon départ.”

Remarques: Deux joueurs des lycées de la région de DC – Fox (Stone Bridge) et Sullivan (South County) – étaient dans la formation de départ, et Purce (Good Counsel) est entré à la mi-temps. …

La FIFA a annoncé que deux villes néo-zélandaises, Auckland et Hamilton, accueilleront un tournoi éliminatoire de 10 nations en février pour déterminer les trois dernières équipes de la Coupe du monde. Les participants viendront d’Asie (Thaïlande et Taïwan), d’Afrique (deux équipes), de la Concacaf (deux), d’Amérique du Sud (deux), d’Europe (une) et d’Océanie (une). Les équipes classées troisièmes du groupe de la Concacaf à Monterrey se qualifieront pour les séries éliminatoires.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT