nouvelles (1)

Newsletter

Les États-Unis retiennent 130 millions de dollars d’aide militaire à l’Égypte en raison des droits de l’homme -officiel

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’exprime lors d’une réunion avec le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry (non représenté), au département d’État à Washington, États-Unis, le 13 avril 2022. Andrew Harnik/Pool via REUTERS

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

WASHINGTON, 14 septembre (Reuters) – L’administration Biden a décidé de retenir 130 millions de dollars d’aide militaire étrangère à l’Égypte pour son non-respect des conditions relatives aux droits de l’homme, ont déclaré mercredi des responsables américains, mais a autorisé le passage de certains fonds en raison de sa détermination à ce que Le Caire a fait des progrès sur les détentions politiques.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déterminé que le Caire, en libérant des centaines d’individus emprisonnés, avait fait des progrès en matière de détentions politiques et de procédure régulière, ont déclaré les responsables. Des groupes de défense des droits ont fait pression pour retenir la totalité d’une partie de 300 millions de dollars d’aide à l’Égypte placée sous conditions par le Congrès américain.

Les groupes de défense des droits ont cité les violations généralisées des droits de l’homme sous le gouvernement du président Abdel Fattah al-Sissi, notamment la torture et les disparitions forcées.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

L’aide que Blinken a décidé de retenir représente 10% des 1,3 milliard de dollars alloués annuellement à l’Egypte. Un responsable a déclaré que les avocats du département d’État avaient déterminé que 10 % était le maximum qui pouvait être retenu cette année.

Washington autorise la libération de 75 millions de dollars en Égypte, citant des progrès liés aux détentions politiques et à la régularité de la procédure, notamment la libération d’environ 500 détenus politiques cette année.

Le Caire recevra 95 millions de dollars supplémentaires dans le cadre d’une exception statutaire liée au financement de la lutte contre le terrorisme, de la sécurité des frontières et de la non-prolifération, ont déclaré des responsables du département d’État.

“L’approche adoptée ici reflète les préoccupations de l’administration concernant les droits de l’homme et les libertés fondamentales en Égypte, tout en cherchant à préserver l’engagement et le dialogue que nous avons eu au cours des 20 derniers mois”, a déclaré l’un des hauts responsables du département d’État aux journalistes.

“Nous avons (…) été extrêmement clairs avec le gouvernement égyptien à tous les niveaux sur les actions et les étapes nécessaires pour renforcer notre relation.”

Seth Binder, directeur du plaidoyer au Project on Middle East Democracy, un groupe de campagne basé aux États-Unis, a déclaré que l’affirmation américaine des progrès accomplis par l’Égypte était démentie par le maintien en détention de prisonniers politiques.

“Tout en retenant les fonds envoie un message à al-Sisi que son incapacité à répondre aux préoccupations des États-Unis en matière de droits de l’homme aura un impact tangible sur la relation, certifiant illégitimement des progrès là où rien ne brouille ce message”, a déclaré Binder.

Sisi nie qu’il y ait des prisonniers politiques en Egypte. Il dit que la stabilité et la sécurité sont primordiales et que les autorités promeuvent les droits en essayant de répondre aux besoins de base tels que les emplois et le logement.

Les analystes disent que les puissances occidentales hésitent à prendre des mesures sérieuses contre un allié stratégique qui a servi de médiateur dans des problèmes de longue date tels que le conflit arabo-israélien et qui contrôle le canal de Suez, l’une des voies de navigation les plus précieuses au monde.

Les responsables américains disent que la relation avec l’Égypte est complexe. Le pays arabe le plus peuplé est un allié vital et Washington s’engage toujours à le soutenir pour ses “besoins légitimes de défense”.

(Cette histoire se refile pour corriger la “procédure régulière” au paragraphe 5)

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Humeyra Pamuk et Simon Lewis; Montage par David Gregorio et Chris Reese

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT