Nouvelles Du Monde

Le tremblement de terre au Japon a fait au moins 48 morts | International

Le tremblement de terre au Japon a fait au moins 48 morts |  International

2024-01-02 11:00:01

Au moins 48 personnes sont mortes dans la préfecture japonaise d’Ishikawa après le fort séisme qui a secoué le centre du Japon le jour du Nouvel An, ont confirmé mardi les équipes d’urgence, qui continuent de s’efforcer de retrouver des survivants. Le séisme de magnitude 7,6 a provoqué d’importants dégâts structurels et des incendies, et a forcé le déclenchement d’une alerte au tsunami le long de la côte ouest du pays, qui a été levée ce mardi matin. Les autorités japonaises ont indiqué qu’elles avaient du mal à évaluer l’ampleur réelle de la catastrophe, puisque plus de 140 répliques depuis le premier séisme ont torpillé les opérations de secours. L’Agence météorologique nationale a prévenu que des secousses encore plus fortes pourraient survenir dans les prochains jours.

“La recherche et le sauvetage des personnes touchées par le séisme sont une bataille contre la montre”, a déclaré ce mardi le Premier ministre Fumio Kishida lors d’une réunion d’urgence sur les catastrophes, citée par l’agence de presse Kyodo. Le dirigeant japonais a souligné les difficultés que rencontrent les équipes de secours pour atteindre les zones nord de la péninsule de Noto (préfecture d’Ishikawa) en raison du mauvais état des routes, qui ont été détruites, pour lesquelles le gouvernement central coordonne l’acheminement des secours. approvisionnements par navires. De nombreux incendies ont causé de graves dommages à plus de 200 bâtiments et infrastructures, a ajouté Kishida.

Les autorités d’Ishikawa ont confirmé la mort de 48 personnes, dont au moins 15 dans la ville de Wajima, près de l’épicentre du séisme. La secousse a frappé lundi en milieu d’après-midi, obligeant les habitants de certaines zones côtières à fuir vers les hauteurs alors que les vagues du tsunami ont englouti certaines maisons et voitures dans la mer. Le tremblement de terre a également causé des blessés et des dégâts structurels dans les préfectures de Niigata, Toyama, Fukui et Gifu.

Lire aussi  Le Japon lance un nouveau lanceur après un échec

Évacuation de 100 000 personnes

Lundi soir, le gouvernement a ordonné l’évacuation de 100 000 personnes qui se sont réfugiées dans des salles de sport et des gymnases scolaires, des installations qui servent habituellement de centres d’évacuation en cas d’urgence. Beaucoup sont rentrés chez eux mardi, lorsque les autorités ont levé les alertes au tsunami. Cependant, quelque 33 000 foyers étaient toujours privés d’électricité tôt le matin, rapporte Hokuriku Electric Power sur son site Internet, tandis que la plupart des régions du nord de la péninsule de Noto ne disposent pas non plus d’approvisionnement en eau, selon la chaîne NHK.

Le ministre de la Défense a informé la presse ce mardi que 1 000 militaires participent aux opérations de sauvetage et que 10 000 pourraient être déployés. Ceux-ci rejoignent les milliers de pompiers et de policiers de tout le pays envoyés dans la zone la plus touchée de la péninsule de Noto.

Rejoignez EL PAÍS pour suivre toute l’actualité et lire sans limites.

S’abonner

De nombreux services ferroviaires, maritimes et aériens vers la région ont été suspendus. L’aéroport de Noto a été fermé en raison de dommages causés à la piste, au terminal et aux routes d’accès et 500 personnes ont été coincées dans des voitures sur le parking, selon la chaîne publique NHK. De son côté, la compagnie West Japan Railway a signalé que quelque 1.400 passagers du train à grande vitesse étaient restés coincés pendant 11 heures dans les wagons, tandis que l’état des voies entre les gares de Toyama et Kanazawa était vérifié.

Lire aussi  Capcom met fin au service de location cloud de Resident Evil 7 sur Switch

L’Agence météorologique japonaise a estimé que le séisme s’est produit à environ 30 kilomètres à l’est et au nord-est de Wajima, avec une profondeur provisoire de 16 kilomètres, et a enregistré un maximum de 7 sur l’échelle d’intensité sismique du pays, le niveau maximum. On considère qu’un tremblement de terre de cette force empêche les personnes de rester debout. Une telle secousse a été enregistrée pour la dernière fois en 2018 à Hokkaido.

Initialement, les autorités avaient décrété une « alerte au tsunami majeur », la plus élevée, une alarme qui n’avait pas été déclenchée depuis 2011, lorsqu’un séisme de magnitude 9,1 – le plus puissant depuis que le Japon a commencé à enregistrer des données il y a 150 ans – a provoqué un gigantesque tsunami qui a dévasté le pays. au nord de l’archipel japonais et a déclenché l’accident nucléaire de Fukushima. Des villes entières ont été détruites lors de cette triple catastrophe qui a coûté la vie à près de 20 000 personnes.

Lire aussi  Les autorités de Missouri City recherchent une femme disparue de 78 ans

Un moment délicat pour l’industrie nucléaire japonaise

Le séisme de lundi, qui a également incité les autorités sud-coréennes, nord-coréennes et russes à déclarer une alerte au tsunami, survient à un moment délicat pour l’industrie nucléaire japonaise, qui fait face à une opposition farouche de certains activistes locaux depuis la catastrophe de Fukushima. Cependant, malgré la crainte initiale que la secousse n’endommage les centrales en activité dans le pays, l’Autorité japonaise de régulation nucléaire a assuré lundi qu’aucune irrégularité n’avait été constatée dans les centrales situées le long de la mer du Japon.

La semaine dernière, le Japon a levé l’interdiction d’exploitation de la plus grande centrale nucléaire du monde, Kashiwazaki-Kariwa, hors service depuis le tsunami de 2011. La centrale est située dans la préfecture de Niigata, qui a également été touchée en raison du tremblement de terre de lundi. De son côté, la centrale Shika de Hokuriku Electric, la plus proche de l’épicentre du séisme, est également à l’arrêt depuis 2011. La société a signalé qu’il y avait eu des pannes de courant et des fuites de carburant après le séisme de lundi, mais a déclaré qu’aucune fuite de rayonnement ne s’était produite. . L’entreprise avait précédemment exprimé son intention de mettre le réacteur en service en 2026.

Suivez toutes les informations internationales sur Facebook oui Xou notre newsletter hebdomadaire.

Abonnez-vous pour continuer la lecture

Lire sans limites

_




#tremblement #terre #Japon #fait #moins #morts #International
1704183526

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT