Nouvelles Du Monde

Le gouvernement recherche des partenariats avec des institutions spécialisées tandis que l’opposition se tourne vers la Commission européenne pour les prochaines modifications des lois – Actualités

Le gouvernement recherche des partenariats avec des institutions spécialisées tandis que l’opposition se tourne vers la Commission européenne pour les prochaines modifications des lois – Actualités

2023-12-01 18:36:06

Le gouvernement veut limiter le Bureau du Procureur Spécial (ÚŠP) et le Tribunal Pénal Spécialisé (ŠTS). C’est ce que prétend l’opposition, qui rejette cette intention. Selon elle, le Premier ministre Robert Fico (Smer) a également présenté les démarches prévues à la Commission européenne. Le cabinet souhaiterait apparemment mettre en œuvre les changements dans le cadre d’une procédure législative abrégée.








01.12.2023 16h36 , mis à jour : 19h30

Plusieurs partis d’opposition veulent se tourner vers la Commission européenne dans ce dossier. Le ministère de la Justice a confirmé au TASR qu’il souhaitait s’attaquer aux préjugés systémiques des institutions spécialisées, mais nie que l’objectif soit d’arrêter les poursuites pénales.

Le Mouvement progressiste slovaque (PS) a souligné que le gouvernement allait affaiblir le ŠTS, entre autres, en donnant des pouvoirs au procureur général, qui pourra garantir l’attribution des affaires relevant du ŠTS à un procureur subordonné désigné par lui. Selon lui, le gouvernement souhaite également imposer une réduction des taux criminels pour pratiquement tous les délits contre les biens. “En même temps, ils veulent introduire la possibilité que même les cas qui ont été condamnés soient réexaminés rétrospectivement”, a déclaré Lucia Plaváková, membre du Conseil national (NR) de la République slovaque.

Lire aussi  | Un club de volley-ball lève un montant record pour STARSFort Macleod Gazette

Le PS y voit un démantèlement de l’État de droit. Le mouvement a appelé le Premier ministre à soumettre la proposition préparée. “Il s’agit de changements spectaculaires et, dans une démocratie, cela devrait être résolu devant le public, afin qu’un débat professionnel et politique puisse avoir lieu”, a ajouté le président du PS et vice-président du parlement Michal Šimečka. Le mouvement demande également que la Commission de Venise ne soit pas exclue du débat. Il rejette d’éventuelles procédures législatives abrégées. Il souhaite également entamer des négociations avec des représentants de la Commission européenne.

Même le mouvement slovaque n’est pas d’accord avec les changements dans le fonctionnement de l’ÚŠP. Il rejette également une éventuelle procédure législative abrégée. “Ils doivent garantir l’impunité et veulent faire de la Slovaquie un pays où la corruption et le vol payent à nouveau”, a déclaré le député NR SR Gábor Grendel (Slovaquie, Pour le peuple, KÚ). Le mouvement envisage également de s’adresser à la Commission européenne à ce sujet. La Slovaquie démocratique, selon le député et leader du mouvement slovaque Igor Matovič, a besoin de son soutien.

Fico prévoit que le ministère de la Justice s’empressera d’introduire des changements importants

Lire aussi  Les conseillers de la FDA américaine recommandent l'inclusion du composant Omicron pour les rappels de vaccin COVID-19

Vidéo

Veronika Remišová, députée et présidente du parti Za ljudí, critique également ce projet. Selon elle, les méthodes du gouvernement actuel sont inacceptables et ressemblent à des manières totalitaires. “Je me tourne donc vers le président de la Commission européenne et le commissaire européen à la Justice pour leur demander un examen approfondi des mesures que le gouvernement de Fico va prendre pour démanteler la justice”, a-t-elle ajouté.

Même le parti démocrate non parlementaire n’est pas d’accord avec ce projet. “Il s’agit d’une attaque brutale contre l’Etat de droit (…). Toutes les enquêtes seront arrêtées et les juges seront réaffectés”, a déclaré Juraj Šeliga, membre du parti. Selon lui, la fin de la justice en Slovaquie est imminente. Il indique qu’ils contactent également la Commission européenne.

Le ministère de la Justice de la République slovaque a confirmé à TASR qu’il menait une discussion avec des experts, dont le but est de résoudre les préjugés systémiques des institutions spécialisées. Selon lui, il existe encore plusieurs alternatives. “Cette question fait partie de la déclaration de programme du gouvernement de la République slovaque et dès qu’il y aura un accord, nous présenterons une proposition dont nous informerons”, a déclaré le service de presse du ministère. Selon eux, les déclarations selon lesquelles le but de la solution proposée est de mettre un terme aux poursuites pénales sont intentionnelles et fausses.

Député européen : Nous ne galoperons pas derrière Fico avec de la cavalerie, mais la Slovaquie pourrait perdre les fonds européens

Lire aussi  EN DIRECT | Les agriculteurs rentrent chez eux Ministre Van der Wal : « La situation était menaçante et inacceptable » | Intérieur

Vidéo

Le ministre de l’Intérieur Matúš Šutaj Eštok (Hlas) a également reconnu les changements concernant le parquet spécial. Cependant, selon ses propos, il ne connaît pas le libellé exact. Selon lui, les changements ont également été consultés au sein de la Commission européenne. Il rejette les craintes d’une menace pour l’État de droit et d’une vengeance politique. “Personne ne cherche à se venger de qui que ce soit, mais si quelque chose ne fonctionne pas, il faut y remédier”, a-t-il conclu. Il a assuré que personne ne déchiqueterait les fichiers. Comme il l’a ajouté, ils ne font que ce qu’ils ont annoncé avant les élections. Il attend la proposition finale lundi 4 décembre.



#gouvernement #veut #traiter #avec #des #institutions #spécialisées #lopposition #tournera #vers #Commission #européenne #pour #les #prochaines #modifications #des #lois #Accueil #Actualités
1701464235

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Pourquoi la Banque du Canada a peut-être réduit ses taux trop tôt

Pourquoi la Banque du Canada a peut-être réduit ses taux trop tôt

2024-06-14 01:06:37 État AlabamaAlaskaArizonaArkansasCalifornieColoradoConnecticutDelawareFlorideGéorgieHawaiiIdahoIllinoisIndianaIowaKansasKentuckyLouisianeMaineMarylandMassachusettsMichiganMinnesotaMississippiMissouriMontanaNebraskaNevadaNew HampshireNew JerseyNouveau-MexiqueNew YorkCaroline du NordDakota du NordOhioOklahomaOregonPennsylvanieRhode IslandCaroline du SudTennesseeTexasUtahVer montVirginieWashingtonWashington DCVirginie occidentaleWisconsinWyomingPuerto

ADVERTISEMENT