nouvelles (1)

Newsletter

Le chef du Hezbollah jure que “personne” n’extrairea de gaz ou de pétrole des zones maritimes si le Liban n’est pas en mesure de le faire

Le chef libanais du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, s’adresse à ses partisans via un écran lors d’un rassemblement commémorant feu le commandant du Hezbollah, Mustafa Badreddine, qui a été tué lors d’une attaque en Syrie, dans la banlieue de Beyrouth, au Liban, le 20 mai 2022. REUTERS/Aziz Taher

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

BEYROUTH, 13 juillet (Reuters) – Le chef du puissant groupe armé Hezbollah a averti mercredi que “personne” ne serait autorisé à opérer dans les champs pétroliers et gaziers maritimes si le Liban était privé de ses “droits” à extraire des zones hors de son territoire. propre côte.

“Si vous ne nous accordez pas les droits que notre État demande (…), nous pourrions renverser la situation pour tout le monde”, a déclaré Sayyed Hassan Nasrallah dans une allocution télévisée.

“Si vous voulez arriver à une formule où ce pays ne peut pas profiter (de ces gisements), alors personne ne sera autorisé à extraire du gaz ou du pétrole et personne ne pourra vendre du gaz ou du pétrole”, a déclaré Nasrallah.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Le Liban est enfermé dans des négociations sous médiation américaine avec Israël pour délimiter une frontière maritime partagée qui aiderait à déterminer quelles ressources pétrolières et gazières appartiennent à quel pays.

Israël a déjà commencé à travailler sur le champ pétrolier de Karish via un navire exploité par Energean, basé à Londres.

Le 2 juillet, le Hezbollah a lancé trois drones non armés vers le navire, qu’Israël a intercepté.

Nasrallah a déclaré que c’était la “première fois” qu’une telle attaque avait lieu et qu’elle visait à alerter les travailleurs à bord du navire qu’il “n’est pas une zone sûre”.

Il a fait allusion à de nouvelles attaques, affirmant que son groupe a des capacités militaires sur terre, dans les airs et en mer, et pourrait déployer un “grand nombre” de drones armés simultanément.

Nasrallah a menacé « Karish et au-delà de Karish », faisant écho à une déclaration qu’il a faite quelques semaines avant un mois de conflit avec Israël en 2006 lorsqu’il a menacé « Haïfa et au-delà de Haïfa ».

Le groupe a ensuite lancé des attaques à la roquette sur Haïfa. Mercredi marquait le 16e anniversaire du début du conflit de 2006.

Nasrallah a également insisté sur le fait que le Liban avait une “opportunité en or” dans les deux prochains mois pour sécuriser ses droits maritimes avant qu’Israël n’achève les travaux à Karish.

Il a exhorté les responsables libanais à utiliser son groupe comme levier, affirmant que le Hezbollah était le “seul point fort” du Liban.

“La résistance vous dit, servez-vous de moi. Profitez de moi… Dites aux Américains que ces types ne répondent à personne, qu’ils sont incontrôlables – dites ce que vous voulez. Dites-le”, a déclaré Nasrallah.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Layla Bassam et Maya Gebeily; édité par Jonathan Oatis

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT