nouvelles (1)

Newsletter

L’accord de l’UE sur les économies de gaz ressemble à un tigre édenté | À PRÉSENT

Les pays de l’UE ont convenu mardi de consommer 15% de gaz en moins dans les mois à venir. Cela devrait éviter qu’une pénurie ne se développe l’hiver prochain. L’UE s’est félicitée mardi avec le accord et parla de l’unité de l’Europe. Mais si vous regardez un peu plus loin, vous verrez que ce n’est pas si mal avec cet appareil.

Qu’est-ce qui a été convenu exactement ?

Que les pays de l’UE doivent utiliser 15% de gaz en moins du début du mois prochain jusqu’à la fin mars de l’année prochaine par rapport à la consommation moyenne des cinq dernières années. Avec cela, les pays veulent répondre à un éventuel arrêt de l’approvisionnement par la Russie, qui est un important fournisseur de gaz et l’offre continue de croître se pince.

Les pays devraient également pouvoir remplir plus facilement leurs réserves de gaz. De plus, des accords ont été conclus sur la solidarité mutuelle ; si un pays a des problèmes, d’autres pays doivent intervenir.

Cependant, de nombreuses exceptions ont été faites. Par exemple, les États insulaires de Malte, Chypre et l’Irlande ne sont pas tenus de participer. Leurs réseaux de gaz ne sont pas connectés à d’autres pays, ce qui signifie que les livraisons vers d’autres États membres de l’UE ne sont pas possibles. De plus, l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie sont tellement dépendantes du gaz russe que les économies ne sont pas réalisables.

Les pays qui ont déjà largement rempli leurs réserves de gaz sont également exemptés. Il y a aussi la Belgique, qui fournit beaucoup de gaz à d’autres pays et en fait donc déjà assez pour les autres. Et les pays qui ont besoin de gaz pour leurs industries essentielles n’ont pas non plus à rogner. Un pays de l’UE – la Hongrie – n’a pas du tout signé l’accord.

Les pays qui restent seront dans un premier temps autorisés à voir par eux-mêmes s’ils peuvent réduire leur consommation. Si cela ne fonctionne pas, l’UE peut le rendre obligatoire. Eh bien, en quelque sorte. Mais plus là-dessus plus tard.

Cela fonctionnera-t-il s’il y a tant d’exceptions ?

Vous pouvez en effet vous poser la question. Mais sans ces exceptions, aucun accord n’aurait été conclu. Et mieux que rien, ont-ils dû penser à Bruxelles.

Quelle est la probabilité que l’Europe tombe en panne d’essence l’hiver prochain ?

Cela dépend beaucoup de la Russie. Le pays insiste sur le fait qu’il livre ce qu’il peut. Mais pendant ce temps, Nord Stream 1, le principal gazoduc entre la Russie et l’Europe occidentale, ne fonctionne plus qu’à 20 % de sa capacité maximale. Selon la compagnie gazière d’État Gazprom, cela est dû à l’entretien. Mais en Occident, cela est mis en doute. De nombreux pays pensent que la Russie livre moins comme moyen de pression politique.

De toute façon, il y a moins d’essence et on s’en aperçoit déjà, les prix montent et les stocks ont du mal à se remplir. Les pays qui consomment beaucoup de gaz russe, comme l’Allemagne et les pays d’Europe centrale, sont particulièrement menacés de pénurie.

C’est aussi la raison pour laquelle l’UE a voulu conclure l’accord. Selon Bruxelles, une économie de 15 % suffit pour permettre à tous les pays de passer l’hiver en toute sécurité. Même si la Russie arrête complètement ses livraisons à court terme. De plus, un éventuel hiver doux réduit également les risques de pénurie.

Qu’est-ce que cela signifie pour les Pays-Bas ? Dois-je éteindre mon chauffage plus tard ?

Cela ne peut pas faire de mal de toute façon. Bien que beaucoup envisagent probablement déjà de le faire car l’énergie devient de plus en plus chère. Mais selon le ministre de l’Énergie Rob Jetten, les Pays-Bas ont récemment réduit leur consommation totale de gaz à tel point que nous pouvons atteindre l’objectif de 15 % d’économies.

Néanmoins, le ministre insiste sur le fait que nous devons être économes en gaz aux Pays-Bas. Mais il semble peu probable que les citoyens soient bientôt soumis à une obligation d’épargne.

Et si les pays n’atteignaient pas ces 15 % ?

Comme mentionné précédemment, l’épargne est volontaire pour le moment. Mais dans certains cas, Bruxelles peut le rendre obligatoire. Cela est possible si une pénurie aiguë menace ou si au moins cinq États membres souhaitent qu’une telle obligation soit introduite. La Commission européenne peut alors faire une proposition, qui doit être approuvée par au moins quinze États membres. Ces quinze États membres doivent également représenter 65 % supplémentaires de tous les résidents de l’UE. Donc si seulement quinze petits pays sont d’accord, il n’y aura pas d’obligation.

En outre, aucune sanction n’a été convenue pour les pays qui n’épargnent pas suffisamment. Si vous ajoutez à cela le fait que de nombreux pays n’ont pas à épargner de toute façon, la question est de savoir si cet accord aidera beaucoup.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT