Nouvelles Du Monde

Juan Carlos Cortés, directeur de l’Agence spatiale espagnole : « L’espace est saturé et doit être réglementé » | Science

Juan Carlos Cortés, directeur de l’Agence spatiale espagnole : « L’espace est saturé et doit être réglementé » |  Science

2024-05-27 06:20:00

L’ingénieur aéronautique Juan Carlos Cortés (Madrid, 58 ans) est le premier directeur de la nouvelle Agence spatiale espagnole. Cette instance a pour objectif de donner « une seule voix » à l’ensemble des puissances spatiales civiles et militaires du Gouvernement, jusqu’ici réparties dans plus d’une dizaine de ministères. L’Espagne était l’un des rares pays européens à ne pas avoir encore créé une organisation de ce type, malgré le fait que les entreprises et de nombreux experts le réclamaient depuis des années.

Cortés est le quatrième enfant de deux parents humbles qui ont vécu la guerre civile et lui ont inculqué une culture de l’effort. Ils ont tous fini par aller à l’université. À l’âge de 17 ans, Cortés était déjà pilote d’avions sans moteur, même s’il avoue que plus que voler, sa passion est de résoudre les problèmes techniques qui en découlent. À cela, il a consacré plus de 30 ans de carrière en tant que responsable de projets de recherche et développement dans les principales organisations publiques du secteur en Espagne.

Cortés reçoit EL PAÍS au nouveau siège de l’agence à Séville, un grand immeuble de bureaux appartenant à la mairie de Séville, à quelques pas de l’île de la Cartuja, où il y a encore peu de monde et de cartons à déballer. Jusqu’à présent, dit-il, l’agence a couvert 70 % des 64 emplois dont elle disposera. Dans cette interview, Cortés énumère les défis auxquels il sera confronté au cours de ses cinq années de mandat, parmi lesquels la première loi spatiale de notre pays, qui vise à organiser un secteur de plus en plus chaotique et polarisé.

Demander. Que représente l’espace pour vous ?

Répondre. À l’heure actuelle, la planète entière est découverte, il ne reste plus de nouveaux territoires. L’espace est notre nouvelle frontière. C’est important car cela répond aux défis mondiaux de l’humanité. C’est une protection planétaire contre les astéroïdes qui pourraient nous détruire complètement. Cela nous aide également à faire face aux défis mondiaux, aux catastrophes naturelles comme une méga éruption volcanique ou une grande tempête solaire. Ces solutions ne sont possibles qu’avec des systèmes spatiaux. Et au-delà de l’orbite terrestre, il y a l’exploration spatiale, tout ce qui concerne la Lune, où nous aurons une base dans très peu de temps. L’exploration de Mars, compréhension du rayonnement fossile de l’univers, origine de la vie. Étudiez comment la matière a été transformée en une forme de conscience qui étudie la matière. C’est excitant.

Lire aussi  Prix ​​​​de la série Infinix Note 30 en RI, vérifiez les spécifications!

P. Quel rôle l’Espagne joue-t-elle dans tout cela avec l’agence ?

R. Avoir une seule voix nous permet de maximiser les bénéfices de notre investissement et d’être l’interlocuteur unique avec nos partenaires, NASA, Japon, Chine. Cela nous permet également d’élaborer une politique, une stratégie et un droit spatial. De plus, au sein de l’agence, il existe un comité de coordination avec les communautés autonomes. Nous voulons être ambitieux. La mission lancée par l’Inde sur la Lune a coûté 70 millions de dollars. C’est acceptable pour l’Espagne.

P. Par quoi pouvons-nous nous démarquer ?

R. Nous sommes l’un des rares pays capables de fabriquer un satellite dès le début et de le faire voler prochainement avec un lanceur espagnol. Il doit y avoir 10 pays dans le monde capables de cela. Nous disposons de Spainsat NG, l’un des satellites de télécommunications les plus avancés au monde. L’objectif est de devenir fort sur ce créneau de missions de leadership, de montée en gamme.

P. Avons-nous des lacunes ?

R. Nous sommes la quatrième puissance spatiale d’Europe. En raison de l’investissement qu’exige l’espace, la plupart des programmes sont réalisés en coopération. Par exemple, nous menons la mission Arrakhis, car elle est de l’ordre de 400 millions d’euros. Cependant, réaliser une mission comme BepiColombo, qui va vers Mercure, coûte près de 2 000 millions. Nous n’en avons aucune capacité, ni nous, ni la France, ni l’Allemagne. Les grandes entreprises américaines sont trois fois plus grandes que les entreprises européennes. C’est un problème pour l’Europe. Nous avons besoin d’un processus de consolidation industrielle dès maintenant si nous voulons conserver notre rôle de puissance mondiale.

Lire aussi  La Chine doute de sa capacité à envahir Taïwan
DVD1214 (20/05/2024). Séville. Le nouveau directeur de l’Agence spatiale espagnole, Juan Carlos Cortés, ce lundi à Séville. PHOTO: PACO PUENTES (EL PAÍS).PACO PUENTES

P. L’agence fournira-t-elle des fonds pour cela ?

R. Nous sommes une agence de gestion [de fondos], pas l’exécution. Ce que nous allons faire, c’est fixer les conditions limites du développement du secteur, mais la décision de consolidation est une décision industrielle.

P. Quels projets nationaux mettriez-vous en avant ?

R. Nous allons avoir un satellite de communication quantique. Le réseau de communication dispose d’un rafraîchissement tous les 100 kilomètres, ce qui constitue un point faible. La distribution de clés quantiques depuis un satellite est un système absolument robuste. Le projet consiste à lancer deux démonstrateurs, l’un en orbite basse et l’autre en orbite géostationnaire. Il s’agit de lancer des photons à 36 000 kilomètres et de les collecter, un défi à la limite du possible. Nous avons consacré 125 millions et nous espérons avoir le premier démonstrateur prêt en 2025. Dans le cadre des futurs programmes, nous préparons déjà la conférence ministérielle de l’Agence spatiale européenne (ESA) fin 2025. Un budget pluriannuel d’environ 25 milliards d’euros sera débattu, alors que le précédent était de 17 000. L’Espagne mettrait 1,5 milliard. Il va être proposé au niveau politique que l’Europe se dote d’un lanceur pour les vols habités. Nous avons notre propre corps d’astronautes, mais nous dépendons toujours des États-Unis, de la Chine ou des entreprises.

P. Craignez-vous que l’espace soit divisé en deux blocs, surtout depuis la guerre en Ukraine ?

R. En raison de la guerre en Europe, nous avons de très sérieux problèmes dus au manque de composants, de béryllium et de titane. Le nouvel ordre géopolitique va se jouer dans l’espace. Il n’y aura pas de nouvelle guerre froide, mais il existe clairement deux blocs. Nous sommes dans le bloc occidental et en face de nous nous avons la Russie et la Chine. À la fin de l’année, une délégation chinoise nous a rendu visite et ce qu’elle fait est impressionnant. Le prochain scénario n’est pas d’aller sur la Lune, c’est déjà surmonté, mais de vivre sur la Lune et d’y établir des colonies. L’environnement est tellement hostile que même si les missions sont séparées, le monde dans son ensemble collaborera.

Lire aussi  20 ans d’espoir, de manipulation et d’échange de données – DW – 03/02/2024

P. Existe-t-il une faille juridique dans l’espace ?

R. Oui, et cela nous inquiète beaucoup. 13 000 satellites ont déjà été lancés ; 6 000 au cours des cinq dernières années. L’espace est saturé et doit être régulé. En ce moment même, Elon Musk lance une série de satellites et les astronomes se plaignent parce qu’ils détruisent le ciel et que les étoiles ne sont plus visibles. Mais il ne s’agit pas seulement de Starlink, il s’agit maintenant de Kuiper, de la constellation de Jeff Bezos, puis de celle de la Chine et enfin de celle de l’Europe. Cela ne va pas s’arrêter. Il faut prendre les rênes, car l’espace appartient à tout le monde. Le statut de l’Agence dit déjà que nous devons élaborer une loi spatiale en Espagne. D’un autre côté, l’Europe fait déjà son travail.

P. Quand la loi sera-t-elle prête ?

R. C’est un sujet complexe. Le ministère des Sciences dirige le projet. Il est possible qu’il soit prêt l’année prochaine.

P. Avec ces lois, pourrons-nous arrêter Elon Musk ou des projets similaires ?

R. Cela va être rationalisé. Dans le cas que vous évoquez c’est très simple : changer sa couleur ou ses matériaux pour qu’ils ne reflètent pas la lumière, ce qui résout le problème. À l’heure actuelle, cela n’est pas fait parce que c’est moins cher. Il sera également interdit de lancer un satellite et de le laisser inerte après sa durée de vie utile. Il devra emporter une réserve de carburant pour qu’il descende et brûle à sa rentrée dans l’atmosphère.

Vous pouvez suivre MATÉRIEL dans Facebook, X e Instagramcliquez ici pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Abonnez-vous pour continuer la lecture

Lire sans limites

_




#Juan #Carlos #Cortés #directeur #lAgence #spatiale #espagnole #Lespace #est #saturé #doit #être #réglementé #Science
1716788427

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT