Nouvelles Du Monde

Gérone-Athletic de Liga: Chronique, buts et occasions

Gérone-Athletic de Liga: Chronique, buts et occasions

2023-11-28 00:53:41

GÉRONEGérone a savouré chaque seconde, minute, heure et jour passé sans jouer au football. Dans un parcours inoubliable, avec des émotions dans les nuages, les joueurs de Gérone ont profité du repos pour se rappeler que ce qu’ils font, comme s’ils ne le savaient pas déjà, est une passe. On ne parle de rien en ville, sauf de l’équipe de football. Chacun se passionne, expliquant où et avec qui il a vécu selon quel match, but ou jeu. Et les sentiments sont partagés. Ils ont bien sûr mérité tous les éloges qui leur sont adressés. Mais ils savent aussi, car s’ils essaient de l’oublier, Michel leur rappelle que l’affaire ne s’arrête pas là. Que nous ne sommes qu’en novembre et que la saison est longue. Que rien n’a été réalisé au-delà du fait d’avoir réalisé beaucoup de choses. Comme le consensus général qui prône désormais l’entité catalane comme la grande sensation du football européen. Et cela, et ce n’est pas une blague, a pratiquement liquidé la permanence. Il ne faut pas oublier que tel était le grand objectif. Le premier de tout.

Lire aussi  Avec la baisse de la TVA, la nourriture n’est pas devenue moins chère, se plaignent les gens. Certains sont même devenus plus chers

Et le premier ne peut pas être le seul. Car lorsqu’il s’agit d’attirer l’attention, il n’y a aucune raison de ne pas vouloir éliminer toute logique possible. Gérone ne veut pas marcher sur la pointe des pieds. Cependant, et en y réfléchissant, il lui est déjà impossible de le faire, après avoir atteint la tête du classement presque avec le match aller de la compétition joué. A l’horizon plat, comme qui n’en veut pas, la possibilité d’être champions d’hiver. Faisons-le, pourquoi pas ? Avec le match nul contre l’Athletic (1-1), ils ont perdu la tête, qui revient au Real Madrid. Il est désormais co-leader, à égalité avec 35 points.

Fluide et résistant, deux clés

Ce Gérone, le meilleur de l’histoire, celui qui remonte aux nuits impossibles, celui qui joue dans les tempêtes d’un football offensif imparable, trouve également des réponses à différents types de matchs. C’est une équipe riche en ressources, le blanc et le rouge, stimulée car, puisque les résultats accompagnent, la peur est loin. Il joue de manière simple, ce qui rend le football fluide. Et il sait aussi résister. Comme contre l’Athletic. Tout va ensemble.

Lire aussi  La "minorité" de radicaux que l'Espanyol n'a pas réussi à éradiquer

Parce que l’équipe basque, qui connaît ce football depuis longtemps – sinon elle n’aurait pas joué toutes les saisons possibles qui ont existé en Première Division – a été bien meilleure, pendant de nombreuses minutes. Montilivi, figé, de la même manière qu’il aimerait garder ces footballeurs toute sa vie pour que cette histoire ne finisse jamais, a remercié Paulo Gazzaniga, qui a réalisé un répertoire d’arrêts qui a rendu le reste possible.

Sans Dovbyk, brisé et la perte que Gérone avait cachée, mais avec la légende Stuani, qui était sur le point de faire tomber le stade avec deux des meilleurs tirs qu’il ait jamais réalisés, et qu’Unai Simón a craché du bout des doigts, un missile de Tsygankov après qu’un jeu de Savinho ait perpétué la foi. Si d’autres jours le maintien du style lors de la défaite lui avait été favorable, continuer à attaquer, à la recherche du deuxième, a permis à Iñaki Williams de rattraper la défense et de marquer l’égalisation. Il n’y a rien à redire, car l’attitude et l’engagement de Gérone, son grand atout, ne s’achètent pas avec de l’argent. Ils sont leur essence et leur identité, ce qui leur permet de vivre ce conte de fée.

Lire aussi  Weghorst veut racheter son premier match

  • Gérone : Gazzaniga, Arnau (Yan Couto, 69′), Eric Garcia, Blind, Miguel, Aleix Garcia, Yangel Herrera (Ibrahima Kebe, 85′), Iván Martín (Pablo Torre, 79′), Tsygankov (Valery, 85′) , Savinho et Stuani (Porto, 69′). Entraîneur : Michel Sánchez.
  • Athlétiques : Unai Simón, De Marcos, Vivian, Paredes, Lekue, Galarreta (Ander Herrera, 81′), Vesga, Iñaki Williams (Adu Ares, 89′), Sancet (Unai, 89′), Nico Williams (Berenguer, 81′ ) Je croise (Raul García, 74′). Entraîneur : Ernesto Valverde.
  • Gols : 1-0 Tsygankov (55′) et 1-1 Iñaki Williams (67′).
  • Arbitre : Melero López (Comité andalou).
  • Cartons jaunes : Guruzeta (51′) et Blind (59′).
  • Cartons rouges : Aucun.
  • Stade : Montilivi, 13 123 spectateurs.



#GéroneAthletic #Liga #Chronique #buts #occasions
1701132911

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT