Nouvelles Du Monde

Gaza a du mal à maintenir Internet et ses services cellulaires opérationnels pendant la guerre entre Israël et le Hamas : NPR

Ibrahim, 12 ans, s’adresse à sa grand-mère, qui vit à Gaza, depuis son domicile de Ramallah, en Cisjordanie occupée par Israël, le 31 janvier. La famille n’a pas voulu utiliser son nom complet par crainte de représailles de la part des autorités israéliennes.

Tamir Kalifa pour NPR


masquer la légende

basculer la légende

Tamir Kalifa pour NPR


Ibrahim, 12 ans, s’adresse à sa grand-mère, qui vit à Gaza, depuis son domicile de Ramallah, en Cisjordanie occupée par Israël, le 31 janvier. La famille n’a pas voulu utiliser son nom complet par crainte de représailles de la part des autorités israéliennes.

Tamir Kalifa pour NPR

RAMALLAH, Cisjordanie — Depuis leur domicile en Cisjordanie occupée par Israël, Rana, 46 ans, et son mari Ala’a, 54 ans, tentent de rejoindre leur famille à Gaza.

“Maintenant, lorsque je veux appeler, j’appelle chaque membre de la famille un par un, en les appelant quatre ou cinq fois pour voir qui se connecte”, explique Rana.

“Dis-moi juste que tu vas bien, et c’est tout. Je n’ai pas besoin de plus.”

Mais la plupart du temps, c’est inutile. Cela peut prendre des jours avant même qu’elle reçoive un message texte de quelqu’un, dit-elle.

La famille n’a pas voulu utiliser son nom complet par crainte de représailles de la part des autorités israéliennes.

Selon Netblocks, une société qui suit les perturbations des services Internet dans les zones de conflit, il y a eu environ 10 télécom coupures de courant à Gaza depuis le début de la guerre, il y a à peine quelques semaines.

“Quand ils ont coupé les communications, nous avons pleuré et pleuré. Ça y est, ils les ont tous tués”, raconte Rana.

Pour les habitants de la bande de Gaza, se connecter avec le monde extérieur pendant la guerre a été extrêmement difficile. Les pannes de courant, la destruction des infrastructures de télécommunications et les cyberattaques présumées ont empêché de nombreux Palestiniens d’appeler les ambulances ou de tenir les membres de leur famille informés de leur état de santé, et ont également empêché les organisations humanitaires de fournir des services vitaux.

La guerre a détruit des infrastructures critiques

Au siège de la Société palestinienne de télécommunications, ou Paltel, à Ramallah, en Cisjordanie, il y a une douzaine de moniteurs fixés aux murs du centre d’opérations du réseau. Certains montrent des chiffres et des graphiques, d’autres des cartes de Gaza. Paltel est l’un des deux seuls fournisseurs de services Internet et cellulaires de la bande de Gaza. (L’autre réseau est Ooredo, une société qatarie.)



Hamzah Naseef, responsable des opérations principales de la Société palestinienne de télécommunications, se tient dans le centre des opérations du siège de Paltel à Ramallah, en Cisjordanie. Paltel possède plus de 500 tours de téléphonie cellulaire à Gaza, et 80 % d’entre elles ont été détruites pendant la guerre, explique Naseef.

Tamir Kalifa pour NPR

Hamzah Naseef, chef des opérations de Paltel, montre une carte de Gaza avec des dizaines de petits drapeaux rouges sur tout le territoire, et une poignée de verts.

Les drapeaux rouges signalent les sites détruits ou hors service. Les plus rares, les vertes, fonctionnent toujours. La guerre a eu “un impact majeur sur notre réseau”, déclare Naseef.

Paltel possède plus de 500 tours de téléphonie cellulaire à Gaza, et 80 % d’entre elles ont été détruites pendant la guerre, explique Naseef. L’armée israélienne n’a pas répondu aux multiples demandes de commentaires sur cette affirmation.

Les défis complexes sont antérieurs à la guerre

“Travailler dans cette partie du monde est très difficile”, explique Mamoon Fares, basé à Ramallah et responsable de l’intervention d’urgence de Paltel à Gaza depuis le début de la guerre.

Même en temps de paix, Fares affirme que la gestion des télécommunications pour les Palestiniens est compliquée par le gouvernement israélien car il contrôle les frontières des territoires palestiniens, ainsi que les importations et les exportations, ce qui rend difficile l’approvisionnement.


Une carte de Gaza conservée au siège de Paltel montre les zones où les infrastructures de communication ont été détruites ou désactivées.

Tamir Kalifa pour NPR


masquer la légende

basculer la légende

Tamir Kalifa pour NPR


Une carte de Gaza conservée au siège de Paltel montre les zones où les infrastructures de communication ont été détruites ou désactivées.

Tamir Kalifa pour NPR

Paltel doit obtenir l’autorisation de l’armée israélienne pour se rendre à Gaza pour réparer les câbles de fibre optique ou livrer le diesel nécessaire aux générateurs électriques. Ce processus peut prendre des jours.

L’entreprise est également réglementée par le Hamas à Gaza et par l’Autorité palestinienne en Cisjordanie.

De plus, l’une des conditions des accords d’Oslo signés par Israël et l’Organisation de libération de la Palestine en 1993 et ​​1995 était qu’Israël contrôle toutes les communications cellulaires et toutes les technologies construites par les Palestiniens.

Lire aussi  Imagine Dragons, l'une des meilleures performances explosives à UNTOLD 2023 - La promesse tenue par le groupe après leur premier concert en Roumanie

En fait, en raison des restrictions du gouvernement israélien, Gaza n’a fonctionné qu’avec un service cellulaire 2G – un système obsolète qui a été fermé dans de nombreux pays.

Plus qu’un simple fournisseur de télécommunications

Pendant la guerre entre Israël et le Hamas, les agents du service client de Paltel ont fait office de centres d’appels d’urgence, essayant de relier les membres de la famille portés disparus entre eux ou appelant des ambulances.

Mahmoud Assaf, directeur du centre de contact basé à Ramallah, a déclaré que l’entreprise avait demandé aux employés du service client d’accorder des minutes gratuites à toute personne appelant avec un numéro de téléphone de Gaza.

Il dit que ses employés ont été émotionnellement affectés par leur travail pendant la guerre.

« Imaginez que quelqu’un vous appelle au sujet d’un être cher qui est sur le point de mourir », explique Assaf. “Et en tant qu’agent client, vous ne pouvez pas aider physiquement.”

Fares, responsable du soutien à l’entreprise de Paltel, affirme que l’entreprise est habituée à travailler en temps de guerre, mais que celle-ci est sans précédent.

“L’ampleur des destructions s’est aggravée”, dit-il. “Notre bâtiment principal de bureaux a été bombardé, c’était une première pour nous. Et plus tard, nos bureaux de change et nos centres de données ont été bombardés un par un.”


Mamoon Fares, directeur du soutien aux entreprises chez Paltel, se tient dans son bureau à Ramallah. “Travailler dans cette partie du monde est très difficile”, dit-il.

Tamir Kalifa pour NPR


masquer la légende

basculer la légende

Tamir Kalifa pour NPR


Mamoon Fares, directeur du soutien aux entreprises chez Paltel, se tient dans son bureau à Ramallah. “Travailler dans cette partie du monde est très difficile”, dit-il.

Tamir Kalifa pour NPR

Fares affirme qu’Israël a saboté les communications à Gaza à deux reprises en déconnectant délibérément les câbles qui traversent Israël.

L’armée israélienne n’a pas répondu aux multiples demandes de commentaires de NPR sur ces affirmations.

Lorsque cela se produit, dit Fares, Paltel essaie de résoudre le problème en faisant appel à l’Union internationale des télécommunications ou au gouvernement américain pour qu’il fasse une médiation avec les Israéliens. Si cela ne fonctionne pas, ils font appel aux organisations humanitaires comme les Nations Unies ou la Croix-Rouge. Ensuite, ils attendent de voir si quelqu’un peut faire pression sur l’armée israélienne pour mettre fin au black-out, dit Fares.

Le reste des coupures, dit-il, est dû à la destruction par Israël de l’infrastructure plus large de Gaza.

Lire aussi  Contre le "gros mensonge de Poutine"

Les réseaux de fibre optique parcourent les rues rasées au bulldozer et les sites de radio ont été détruits.


Des employés travaillent au siège de Paltel à Ramallah, en Cisjordanie, le 31 janvier.

Tamir Kalifa pour NPR


masquer la légende

basculer la légende

Tamir Kalifa pour NPR


Des employés travaillent au siège de Paltel à Ramallah, en Cisjordanie, le 31 janvier.

Tamir Kalifa pour NPR

Des pannes de courant et d’autres difficultés techniques ont également affecté les organisations humanitaires. Il y a quelques semaines, raconte Fares, la Croix-Rouge souhaitait mettre en place un service Internet dans l’un de ses bureaux.

“Nous leur avons dit que nous n’avions pas les 200 mètres de câble pour vous connecter à votre bureau”, se souvient Fares.

Et les coupures de communication ont entravé la capacité des groupes humanitaires à faire leur travail.

“Pour les opérations d’aide et pour coordonner l’acheminement de l’aide, il est extrêmement difficile de ne pas avoir de ligne téléphonique”, a déclaré Juliette Touma, directrice des communications de l’agence des Nations Unies qui fournit de l’aide à Gaza, à NPR en janvier.


Rana tient sa fille Misk, 5 ans, chez elle à Ramallah.

Tamir Kalifa pour NPR


masquer la légende

basculer la légende

Tamir Kalifa pour NPR


Rana tient sa fille Misk, 5 ans, chez elle à Ramallah.

Tamir Kalifa pour NPR

“Si nous sommes destinés à mourir, nous préférons mourir en faisant quelque chose d’utile”

Il est également difficile d’entrer en contact avec les travailleurs de Paltel sur le terrain.

Paltel a environ 1 000 employés à Gaza, dit Fares, mais il ne sait pas où se trouvent environ 20 % d’entre eux.

“Sont-ils vivants, sont-ils tués, sont-ils arrêtés ? Nous ne le savons pas”, dit-il.

Les travailleurs de Paltel comptent parmi les victimes de la guerre, dit Fares.

“Nous avons perdu deux de nos collaborateurs alors qu’ils effectuaient la maintenance, ils ont été touchés”, dit-il. “Et il y a eu peut-être cinq ou six incidents au cours desquels nos équipes ont été attaquées par l’armée israélienne, parfois par erreur, disent-ils.”

L’armée israélienne n’a pas répondu aux multiples demandes de commentaires de NPR sur ces affirmations.

Et pourtant, les employés de Paltel continuent de travailler, affirme Fares.

“On me dit que si nous sommes destinés à mourir, nous préférons mourir en faisant quelque chose d’utile”, dit-il.

De retour chez eux à Ramallah, Rana et Ala’a boivent du thé lorsque le téléphone sonne soudainement.

Ala’a décroche.

C’est le beau-frère de Rana qui appelle de Gaza – de l’hôpital du Croissant-Rouge à Khan Younis où il se réfugie.

C’est un moment rare où ils reçoivent une mise à jour.

L’hôpital est assiégé. Il ne peut pas sortir, mais ils vont bien.

Et puis, l’appel tombe.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT