Nouvelles Du Monde

Émeutes en France : Nuit de calme relatif mais les tensions persistent

Émeutes en France : Nuit de calme relatif mais les tensions persistent
  • La sixième nuit d’émeutes voit moins d’arrestations, 300 voitures incendiées
  • Macron doit rencontrer les chefs du parlement et les maires des villes
  • La grand-mère d’une adolescente victime appelle au calme

PARIS, 3 juillet (Reuters) – Des rassemblements de défi ont eu lieu lundi devant les mairies à travers la France à la suite d’une vague d’émeutes déclenchée par l’assassinat par la police d’un adolescent d’origine nord-africaine.

La police a procédé à moins de 160 arrestations du jour au lendemain, offrant un certain soulagement au président Emmanuel Macron dans sa lutte pour rétablir l’ordre, quelques mois seulement après les protestations contre une réforme des retraites impopulaire et un an après l’organisation des Jeux olympiques.

La mort de Nahel, une adolescente de 17 ans de parents algériens et marocains, a touché une veine profonde de ressentiment anti-policier dans les banlieues pauvres et racialement mixtes des grandes villes françaises – connues sous le nom de banlieues – où les communautés musulmanes du nord Les personnes d’ascendance africaine en particulier accusent depuis longtemps la police de profilage racial et de tactiques violentes.

Depuis qu’il a été abattu mardi dernier, les émeutiers ont incendié des voitures, pillé des magasins et pris pour cible des mairies, des écoles publiques et des propriétés appartenant à l’État. La banlieue parisienne et Marseille dans le sud ont été des points chauds.

Ce qui a commencé comme un soulèvement dans les immeubles de grande hauteur des banlieues s’est transformé en un déferlement plus large de haine et de colère envers l’État et la violence opportuniste.

Les troubles, cependant, n’ont pas provoqué le genre d’introspection du gouvernement sur la race qui a suivi des troubles sur des incidents similaires dans d’autres pays occidentaux, tels que les manifestations Black Lives Matter aux États-Unis ou les émeutes raciales parfois en Grande-Bretagne.

Lire aussi  Réunion entre l'ambassadeur marocain et le vice-ministre russe des Affaires étrangères pour discuter du règlement de la question du Sahara

Au lieu de cela, le gouvernement français pointe le désavantage dans les quartiers urbains à faible revenu et la délinquance juvénile, reflet de la conviction de l’État que les citoyens sont unis sous une seule identité française, quelle que soit leur race ou leur origine ethnique.

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, s’en est pris aux familles qui avaient laissé des enfants faire des ravages dans les rues, affirmant que la moyenne des personnes arrêtées était de 17 ans, certaines n’ayant que 12 ans.

“Ce n’est pas à la police nationale ou à la gendarmerie ou au maire ou à l’Etat de résoudre le problème d’un gamin de 12 ans incendiant une école. C’est une question d’autorité parentale”, a déclaré Darmanin lors d’une visite à Reims.

Quelque 45 000 policiers seraient déployés pour une quatrième nuit consécutive, a-t-il dit, pour tenter de contenir les troubles qui ont vu plus de 5 600 voitures incendiées, 1 000 propriétés privées incendiées ou endommagées et 250 postes de police attaqués.

Les proches de Nahel ont appelé au calme.

Sa grand-mère a déclaré dimanche que les émeutiers utilisaient sa mort comme excuse pour semer le chaos: “Nous ne voulons pas qu’ils brisent les choses”, a-t-elle déclaré à BFM TV. “Nahel est mort, c’est tout ce qu’il y a.”

Une campagne de financement participatif lancée par un polémiste d’extrême droite pour le policier qui a tiré sur l’adolescent avait récolté plus d’1 million d’euros lundi.

RENCONTRE DES MAIRES

Dans la ville de Persan au sud de Paris, où des émeutiers ont brisé les fenêtres de l’hôtel de ville et endommagé sa façade lors d’un incendie criminel, des dizaines de résidents locaux ont dénoncé les troubles – l’un des dizaines de “rassemblements citoyens” similaires dans tout le pays lundi.

« Que ces malfaiteurs l’entendent et qu’ils sachent que la haine ne prévaudra jamais », leur a dit le maire Valentin Ratieuville.

Certains passants se sont livrés à un débat animé sur la responsabilité des troubles, révélant les divisions identitaires profondément ancrées dans la société française.

“Il faut tout couper, les allocations familiales, tout ce qui touche aux aides sociales. Allez ! S’ils ne sont pas contents, ils rentrent chez eux dans leur pays”, a déclaré un retraité qui s’est donné le nom d’Alain.

“Oui, monsieur, mais laissez-moi vous dire quelque chose. Ils ont peut-être des origines étrangères, des ancêtres étrangers, mais ces enfants sont français”, a répondu Fatma, la tête couverte d’un foulard islamique.

À la mi-avril, Macron s’est donné 100 jours pour apporter la réconciliation et l’unité dans un pays divisé après des grèves continues et des manifestations parfois violentes contre son relèvement de l’âge de la retraite, qu’il avait promis lors de sa campagne électorale.

Lire aussi  Medicaid : un demi-million d'enfants et de familles retrouvent une couverture

Macron a reporté une visite d’Etat en Allemagne pour faire face à la crise. Il devait rencontrer lundi les chefs du parlement et plus de 220 maires de villes et villages touchés par les émeutes de mardi.

Vincent Jeanbrun, le maire de la banlieue parisienne de L’Hay-les-Roses, dont le domicile a été attaqué alors que sa femme et ses enfants dormaient à l’intérieur samedi, a décrit lundi la situation comme “un vrai cauchemar”.

“J’ai moi-même grandi à L’Hay-les-Roses dans ces grands immeubles”, a déclaré Jeanbrun, membre du parti de centre-droit Les Républicains, à BFM TV. “Notre vie était modeste, nous n’avions pas grand-chose, mais nous voulions la surmonter, nous avions l’espoir d’y arriver avec un travail acharné.”

A Nanterre, dans la banlieue ouest de Paris, fleurs et autres hommages marquent l’endroit où Nahel a été abattu il y a près d’une semaine. Le graffiti appelle à la vengeance.

Le policier impliqué a reconnu avoir tiré un coup mortel. Son avocat Laurent-Franck Lienard a déclaré qu’il n’avait pas l’intention de tuer l’adolescent.

Reportage de Tassilo Hummel; Écrit par Richard Lough; Montage par Lincoln Feast et Alison Williams

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Tassilo Hummel

Thomson Reuters

Tassilo est un avocat de formation qui a d’abord rejoint Reuters à Berlin, puis à Paris. Il couvre la politique et les affaires françaises, les institutions européennes et l’OTAN.

2023-07-03 20:06:00
1688404390


#Émeutes #France #Nuit #calme #relatif #mais #les #tensions #persistent

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Un F16 s’est écrasé à Halkidiki, le pilote est sain et sauf

F-16 ©Eurokinissi ” )+(“arrêter\”> “).length); //déboguer contenttts2=document.querySelector(“.entry-content.single-post-content”).innerHTML.substring( 0, document.querySelector(“.entry-content.single-post-content “).innerHTML.indexOf( “” )); contenttts2=contenttts2.substring(contenttts2.indexOf( “fa-stop\”> ” )+(“arrêter\”> “).length);

ADVERTISEMENT