Nouvelles Du Monde

Élections 2022 – Caporetto de centre-gauche de Nunziante Mastrolia – mondoperaio

Élections 2022 – Caporetto de centre-gauche de Nunziante Mastrolia – mondoperaio

2022-10-05 14:29:39

Il y a un premier élément qui ressort ces jours-ci après les élections du 25 septembre, c’est que peu de surprises étaient attendues et il y a eu peu de surprises. Les sondages se sont révélés plus ou moins fiables, il y a eu peu de soucis émotionnels, ceux qui auraient dû gagner ont gagné et ceux qui auraient dû perdre ont perdu.
Il ne fait aucun doute que Forza Italia, qui a perdu 51,1% des voix par rapport à 2018 (quand il avait obtenu 4.596.956 voix, alors qu’en 2022 il avait obtenu 2.248.851 voix) et le M5S qui a perdu 60,1% par rapport à 2018 (alors il avait obtenu 10.732.066 voix, maintenant 4.282.920), ils ont réussi à cacher davantage l’effondrement, du moins au niveau médiatique.
La situation est plus difficile pour la Ligue qui a perdu 57,2% des voix (elles étaient 5.698.687 en 2018, contre 2.442.679 en 2022), à tel point que le secrétariat de Salvini s’accroche désormais à la manière dont sera composée la voix du gouvernement. . Si Salvini ne parvient pas à obtenir un rôle de premier plan, il lui sera difficile de continuer à diriger la Ligue, ne serait-ce que parce que sa ligne politique semble désormais désaccordée.
La situation est cependant dramatique pour le PD, où même avant les élections la rumeur circulait selon laquelle un résultat inférieur à 20% aurait été fatal pour le secrétariat d’Enrico Letta.
Il ressort donc que tout le monde a perdu (Lega –57,2%, Forza Italia –51,1%, Parti Démocrate –13,9%, M5S – 60,1%) un seul a gagné, à savoir Fratelli d’Italie qui a enregistré une augmentation de +406% des voix par rapport à 2018. , malgré une situation de baisse de la participation électorale (72,9% des ayants droit de vote en 2018, 63,9% en 2022).
Quelques considérations sur le fond. Le M5S a construit la campagne électorale en revendiquant la pureté idéologique (se présentant comme « le côté droit ») et en instaurant un climat de siège (tout le monde veut démanteler le revenu citoyen). Il réussit ainsi à ralentir sa chute libre, mais il se retrouva effectivement isolé de tout le monde. Conte a amené le Mouvement au Mont Sinaï et il ne sera pas facile de l’abattre.
Les choix stratégiques de Letta furent désastreux. Le choix de rompre avec le M5S était logique d’un point de vue politique, mais il s’est avéré désastreux par rapport au système électoral actuel. Il imagine alors un front Draghiano, mais en faisant intervenir ceux qui n’ont jamais été Draghiano (Fratoianni et Bonelli) et provoque la rupture avec le Terzo Polo de Calenda. Il s’essaye alors à la voie du vote utile, invitant implicitement les électeurs à se boucher le nez, et imaginant une vocation majoritaire pour le PD, qui n’avait aucune perspective de succès compte tenu des décombres et des divisions du camp de centre-gauche (au sens le plus large du terme). ). La perte de presque toutes les circonscriptions uninominales était une conséquence prévisible dès le jour de la clôture des candidatures.
Quelques considérations sur le terrain de centre-droit. La loi électorale, qui a récompensé Forza Italia, la Lega et Fratelli d’Italia parce qu’ils se présentaient comme une coalition, n’a peut-être pas fait de bons résultats dans ce domaine également. D’une part, en effet, Meloni a trop gagné, avec des chiffres plus du double de ceux des alliés. Cela signifie que le parti de la Flamme exigera un rôle dirigeant et des ministères clés. En revanche, les deux partis alliés, ayant perdu des millions de voix, mais au sein d’une majorité gagnante, ne pourront utiliser le gouvernement que comme un instrument de rédemption, pour retrouver, au fil du temps, le consensus de l’électorat. Ce qui signifie des fibrillations dans la formation du gouvernement, mais surtout la volonté de marquer la différence et de mettre le pied sur les positions de Meloni, pour gagner en visibilité et revendiquer des résultats (s’il y en a jamais).
Même si cela ne semble pas être le cas, il existe un autre parti qui a un signe « + » devant les pourcentages de voix remportées. Et c’est le troisième pôle de Calenda et Renzi. Leur optimisme avant les élections (largement supérieur à 10%, selon Calenda), fait passer ce qui est en réalité une victoire pour une défaite, étant donné que politiquement leur opération a été la plus significative : ils ont en fait créé un champ qui n’existait pas auparavant. Un domaine qui pourrait s’étendre à l’avenir.
Si la loi électorale a maintenu Forza Italia accroché à la droite, les fibrillations de la majorité pourraient pousser les modérés à tourner leur regard vers le Troisième Pôle. De même, si le PD devait courir après le M5S, les modérés de centre-gauche pourraient ne pas vouloir participer à la course et préférer regarder vers le centre. Ce qui signifie que les perspectives de croissance sont là, si le système dans son ensemble continue à se polariser.
En conclusion, une phase de grand mouvement politique s’ouvre sur la scène nationale, ce qui est une chose positive. Nous espérons seulement que cette nouvelle phase mouvementée ne causera pas de dommages à la triple structure institutionnelle qui maintient l’Italie en vie, celle de la Charte constitutionnelle, celle de l’Union européenne et celle du Pacte atlantique.

Lire aussi  Un homme à moto tue un homme et fait trois blessés à New York



#Élections #Caporetto #centregauche #Nunziante #Mastrolia #mondoperaio
1701374009

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT