Nouvelles Du Monde

Des migrants font la queue à Tijuana à la frontière américaine après l’annulation de la politique “Rester au Mexique”

Des migrants font la queue à Tijuana à la frontière américaine après l’annulation de la politique “Rester au Mexique”
Des membres de la Garde nationale patrouillent à Tijuana le 29 juin - Reuters

Des membres de la Garde nationale patrouillent à Tijuana le 29 juin – Reuters

Debout sur la pointe des pieds au-dessus de la plage principale de Tijuana, Luis Gonzalez agite frénétiquement son bras droit tout en serrant un téléphone contre son oreille gauche.

De l’autre côté de l’imposant mur frontalier de 18 pieds de haut, il peut voir ses deux frères qui reviennent de Californie.

“Ils l’ont fait avant que Trump ne ferme la frontière”, a déclaré le maigre de 22 ans, un ouvrier du Nicaragua. “Je suis venu après eux, mais les Américains ne m’ont pas laissé entrer. Ils m’ont renvoyé au Mexique et m’a donné des instructions pour obtenir mes papiers.”

Il a attendu cinq mois pour rejoindre ses frères aux États-Unis, vivant aux côtés de milliers d’autres – principalement d’Amérique centrale – terrés dans des abris pour migrants exigus dans la ville frontalière mexicaine de Tijuana.

“Maintenant, cependant, mes frères disent que les règles ont changé”, a déclaré Luis, qui n’a pas voulu utiliser son vrai nom.

Jeudi, la Cour suprême a invalidé la politique “Rester au Mexique” qui obligeait les demandeurs d’asile entrés illégalement aux États-Unis à attendre au Mexique pendant que leurs affaires étaient jugées par les tribunaux américains.

L’approche plus dure avait conduit à une explosion des camps de migrants dans ce coin nord-ouest du Mexique – en 2016, il n’y en avait que cinq, maintenant il y en a plus de 30.

Les pompiers transportent le corps d'un passeur présumé assassiné près du mur frontalier américano-mexicain à Tijuana le 15 juin - Guillermo Arias/AFP

Les pompiers transportent le corps d’un passeur présumé assassiné près du mur frontalier américano-mexicain à Tijuana le 15 juin – Guillermo Arias/AFP

Le président Joe Biden a qualifié le programme de l’ère Trump d ‘”inhumain”, tandis que les critiques ont déclaré que la politique – officiellement appelée Protocoles de protection des migrants – exposait les demandeurs d’asile à des conditions dangereuses au Mexique.

Lire aussi  Les agriculteurs se mobilisent contre "l'accaparement des terres" par Colruyt | Intérieur

Mais les républicains ont fait valoir que cela dissuade les demandes d’asile frauduleuses, atténue la pression sur les abris temporaires inondés aux États-Unis et empêche les demandeurs de disparaître simplement une fois dans le pays.

M. Biden l’a suspendu le premier jour de son mandat, mais il est resté en place en raison d’une contestation judiciaire du Texas que la Cour suprême a annulée et renvoyée aux tribunaux inférieurs, qui le verront probablement abrogé.

Greg Abbott, le gouverneur du Texas, a déclaré que la décision “ne ferait qu’enhardir les politiques d’ouverture des frontières de l’administration Biden”.

L’État frontalier a déjà du mal à faire face un nombre record de passages illégauxavec 239 416 arrestations effectuées à la frontière sud en mai seulement.

Les douanes et la protection des frontières américaines prévoient qu’en septembre, il y aura eu plus de deux millions d’interceptions au cours des 12 mois précédents, contre 1,76 million l’année précédente.

En passant par Tijuana

La décision de la Cour suprême est susceptible d’augmenter ces chiffres – ceux qui avaient été envoyés au Mexique pendant que leurs demandes étaient entendues pourraient bientôt être en mesure d’entrer en Amérique pour terminer le processus.

Beaucoup d’entre eux se trouvent à Tijuana, la deuxième plus grande ville du Mexique, avec une population d’environ deux millions d’habitants.

Lire aussi  La star de Corrie assume un nouveau "rôle" avec les entraîneurs de McGinley ! – Donegal Quotidien

En mai, une nouvelle étude du Bureau de Washington sur l’Amérique latine a révélé qu’au moins 300 000 personnes ont migré vers ou via Tijuana au cours de l’année écoulée. D’autres, prédisent-ils, arrivent.

Par une chaude après-midi de juillet, le centre-ville est animé par des groupes de mariachis, des files d’attente pour les stands de tacos et l’odeur du steak grésillant qui flotte dans l’air.

Mais se dressant à l’horizon, l’imposant mur rappelle constamment l’emplacement sensible de Tijuana. Au loin, des hélicoptères américains foncent bas, tandis que des voitures de patrouille frontalière courent le long de la piste poussiéreuse derrière les poutres.

Ce ne sont pas seulement les migrants qu’ils essaient d’empêcher d’entrer.

Tijuana est, selon certains indicateurs, la ville la plus meurtrière au monde, avec les cartels de la drogue rivaux se battent pour le contrôle de la route d’approvisionnement lucrative vers la côte ouest américaine. Rien qu’en juin, la ville a enregistré au moins 196 meurtres, à un rythme de près de sept par jour.

Le taux de meurtres ici est de 138 pour 100 000 habitants. En comparaison, Londres se situe autour de 1,5.

Ce n’est pas un endroit où les migrants du Guatemala, du Honduras, du Nicaragua et d’ailleurs veulent rester longtemps.

La politique « Rester au Mexique » n’était pas la seule chose qui les retenait.

Des membres de la Garde nationale patrouillent sur les plages de Tijuana - News 24

Des membres de la Garde nationale patrouillent sur les plages de Tijuana – News 24

Pendant la pandémie, M. Trump a également introduit le titre 42, qui permet au gouvernement d’expulser rapidement les migrants sans possibilité de demander l’asile, en écartant la loi américaine et un traité international au motif de la lutte contre le Covid-19.

Lire aussi  Des structures géantes reliant l'univers découvertes

M. Biden a déjà tenté de lever l’ordre, sans succès, mais on s’attend à ce que ce soit le prochain domino à tomber.

“Rester au Mexique” a vu environ 70 000 personnes renvoyées de l’autre côté de la frontière qui peut maintenant essayer de rentrer aux États-Unis.

Mais le titre 42 a conduit à plus de deux millions d’expulsions au cours de la même période – 750 000 sous M. Biden.

La fin du titre 42 “va provoquer le plus grand flux d’immigration clandestine de notre histoire”, selon le président du National Border Patrol Council, Brandon Judd.

“Nous savons que cela va provoquer un chaos aux proportions épiques.”

À la recherche d’une vie meilleure

Il n’est pas difficile de trouver des gens ici qui sont prêts à tout essayer à la recherche d’une vie meilleure aux États-Unis.

Pas plus tard que la semaine dernière, quelque 53 migrants sont morts à l’arrière d’un camion lors de l’incident de trafic d’êtres humains le plus meurtrier aux États-Unis. De nouveaux documents judiciaires montrent que le conducteur présumé, Homero Zamorano, Jr, 45 ans, ne savait pas que la climatisation avait cessé de fonctionner, car ils sont morts étouffés.

Mais cela n’a pas dissuadé les gens ici. Lorena, mère de trois enfants du sud du Mexique, a déjà traversé la frontière trois fois cette année et a été renvoyé sous titre 42 mesures à chaque occasion.

“Je ne m’arrêterai pas. J’ai mes fils en Amérique, dans le New Jersey, mais je ne peux pas entrer », a-t-elle déclaré. «Ils n’arrêtent pas de dire Covid mais je n’ai pas Covid. Je sais que je ne suis pas le seul. C’est juste une question de temps.”

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT