Nouvelles Du Monde

Corée du Nord-Nouvelle-Zélande : Winston Peters riposte à la « rhétorique agressive » de la Corée du Nord

Corée du Nord-Nouvelle-Zélande : Winston Peters riposte à la « rhétorique agressive » de la Corée du Nord

Le ministre des Affaires étrangères Winston Peters a riposté à la Corée du Nord. Photo / Mark Mitchell

Le ministre des Affaires étrangères Winston Peters a riposté à la Corée du Nord, affirmant qu’il rejetait la rhétorique agressive du pays à l’égard de la Nouvelle-Zélande et affirmant que la population du pays serait mieux servie si ses dirigeants renouaient leurs relations diplomatiques avec la communauté internationale.

Le gouvernement nord-coréen a inclus la Nouvelle-Zélande sur une liste de pays qu’il accuse de mener une « ingérence militaire » dans la région. La Corée du Nord s’en prend à la surveillance accrue du pays par les alliés américains.

Le pays a distingué le Royaume-Uni, le Canada, l’Allemagne, la France, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. En avril, la Nouvelle-Zélande a déployé un P-8 Poséidon au Japon dans le cadre d’une mission visant à faire respecter les sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU contre la Corée du Nord.

Le commandant des Forces interarmées de Nouvelle-Zélande, le contre-amiral Jim Gilmour, a déclaré à l’époque que le P-8 mènerait « des patrouilles de surveillance et de reconnaissance maritimes au-dessus des eaux internationales à la recherche de violations des résolutions de sanctions, y compris les transferts illicites de navire à navire de marchandises interdites ». des biens tels que le pétrole et le charbon ».

Lire aussi  Voir le débat sur la nouvelle directive européenne sur les quotas de genre : "Non, non et non"

PublicitéFaites de la publicité avec NZME.

Les P-8 ont été achetés par le dernier gouvernement travailliste en coalition avec NZ First, qui détenait alors le portefeuille de la Défense. Une partie de la justification de l’achat des P-8 était d’améliorer la capacité de la Nouvelle-Zélande à participer à des missions internationales.

« La Nouvelle-Zélande est fière de se joindre à la communauté internationale dans le respect de l’ordre fondé sur des règles grâce à ses déploiements de contrôle et de surveillance, ce qu’elle fait régulièrement aux côtés de ses partenaires depuis 2018 », a déclaré Peters.

« La Corée du Nord, par sa rhétorique agressive et sa fourniture de technologies militaires à la Russie pour soutenir l’invasion illégale de l’Ukraine, menace une fois de plus la paix et la stabilité dans notre région », a-t-il déclaré.

« La Corée du Nord servirait mieux son peuple en renouant de manière significative avec la communauté internationale par la diplomatie plutôt que par la menace. »

Lire aussi  Russie neutralise des drones d'attaque ukrainiens à Moscou et en mer Noire

PublicitéFaites de la publicité avec NZME.

Peters a déclaré que dans les années 2000, lors de son premier mandat en tant que ministre des Affaires étrangères, il avait soutenu les pourparlers à six visant à négocier la fin du programme nucléaire nord-coréen. Il s’est même rendu à Pyongyang.

« Il existait alors une fenêtre pour une solution diplomatique susceptible de voir la Corée du Nord abandonner ses programmes nucléaires et de missiles balistiques. Si elle avait pris cette mesure raisonnable à ce moment-là, la Corée du Nord et ses citoyens seraient aujourd’hui une nation plus sûre et plus prospère », a déclaré Peters.

« Au lieu de cela, la Corée du Nord continue de défier le Conseil de sécurité de l’ONU. [UNSC] Résolutions. Le régime de sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU est un élément clé de l’effort mondial visant à exercer une pression pacifique sur la Corée du Nord pour qu’elle se dénucléarise et abandonne son programme de missiles balistiques », a-t-il déclaré.

Lire aussi  Stefan Aust sur la politique d'asile : « Ouvrir le sésame à chaque passage de frontière contredit l'idée de base »

«Il n’est jamais trop tard pour que la diplomatie puisse réaliser ce que les programmes nucléaire et balistique de Pyongyang ne permettront jamais, à savoir la réintégration de la Corée du Nord dans la communauté pacifique des nations. Ce n’est qu’alors que sa population aura pleinement accès à la sécurité et à la prospérité qu’une région stable et pacifique peut offrir.

Thomas Coughlan est rédacteur politique adjoint et couvre la politique du Parlement. Il travaille pour le Herald depuis 2021 et travaille à la tribune de la presse depuis 2018.

2024-05-14 03:38:09
1715667750


#Corée #NordNouvelleZélande #Winston #Peters #riposte #rhétorique #agressive #Corée #Nord

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT