Nouvelles Du Monde

Conférence fédérale des Verts : Les Verts sans Adenauer

Conférence fédérale des Verts : Les Verts sans Adenauer

2023-11-25 18:08:00

Les Verts débattent de leur programme pour les élections européennes. Une polémique sur la politique d’asile est attendue dans la soirée. Baerbock promeut un sens de la réalité.

Ricarda Lang, présidente fédérale d’Alliance 90/Les Verts, prend la parole à la conférence du parti fédéral Photo : Kay Nietfeld/dpa

KARLSRUHE taz Les compromis sont-ils défensifs ? La prospérité est-elle un concept auquel les Verts devraient se référer ? Et Konrad Adenauer est-il une bonne source pour le programme européen du parti ? Telles sont quelques-unes des questions abordées par les Verts au début de la troisième journée de leur conférence des délégués fédéraux. Sujet : le programme des élections européennes de l’année prochaine, plus précisément le préambule. Certains membres du parti ont trouvé cette formulation trop défensive.

Jan Schmitt, délégué de Berlin, a déclaré qu’il estimait qu’il était erroné de parler de compromis avant qu’une seule revendication verte n’ait été formulée, expliquant ainsi sa demande de suppression. “Parlons de compromis après les élections.” “L’essence de la démocratie est la capacité de faire des compromis”, a déclaré Britta Haßelmann, chef du groupe parlementaire des Verts, en défendant le projet du Conseil exécutif fédéral. C’est pourquoi il est juste que les compromis soient déjà mentionnés dans le préambule. La majorité des délégués étaient d’accord avec elle.

Lire aussi  La joueuse nationale Svenja Huth dans une interview

La proposition de ceux qui préféraient ne pas utiliser le terme prospérité dans le programme électoral parce qu’il visait exclusivement des questions matérielles a également échoué. Mais réussie : une motion visant à supprimer du programme électoral une citation de Konrad Adenauer sur l’unité européenne – entre autres parce qu’elle était sexiste. Au début du débat, la co-présidente fédérale Ricarda Lang a souligné que « l’Europe n’est pas quelque chose qui se fait en marge, mais plutôt la base de notre action politique ». Le débat sur le programme européen se poursuivra entre environ 800 délégués jusqu’à dimanche après-midi.

Un débat controversé sur la politique de migration et d’asile est attendu dans la soirée. De nombreux amendements ont été soumis à une proposition du Conseil exécutif fédéral et d’éventuelles solutions consensuelles étaient encore en cours de négociation dans l’après-midi. Il était clair pour la Jeunesse Verte qu’elle voulait absolument soumettre sa candidature au vote. Cette mesure va assez loin : elle veut interdire aux ministres et aux groupes parlementaires du gouvernement fédéral et des Länder de se mettre d’accord sur un durcissement supplémentaire des lois sur l’asile.

Lire aussi  Un accord confidentiel met fin au litige sur l'utilisation du "mot en n" à l'Université d'Ottawa

Les dirigeants de la Jeunesse Verte se sont montrés confiants dans l’après-midi. “Cela bouillonne sous la surface”, a déclaré Katharina Stolla en marge de la conférence du parti. “La question préoccupe beaucoup de gens au sein du parti, nous recevons beaucoup de soutien de la part des délégués.” Et sa co-porte-parole Svenja Appuhn a souligné qu’il ne s’agissait pas d’appeler à une rupture de la coalition. « Notre objectif est de soutenir les Verts dans la coalition pour les renégociations. » L’humanité doit à nouveau être à l’avant-garde de la politique d’asile et de migration.

Dans son discours du matin sur le programme européen, la ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock avait déjà prôné le sens des réalités et la volonté de faire des compromis, y compris en ce qui concerne la réforme de la politique européenne commune d’asile (RAEC). « Sans ordre, il n’y a pas d’humanité », voilà déjà le programme de base des Verts. « Sans négociations, nous ne parviendrons pas à garantir le droit fondamental à l’asile, à la distribution et au sauvetage en mer par l’État. »

Les Verts ont assumé des responsabilités au sein du gouvernement fédéral, ce qui inclut également les négociations sur le GEAS. Les Verts ne doivent pas se soustraire à leurs responsabilités. Peu auparavant, Alicia Böhm, déléguée de Stuttgart, s’était clairement positionnée contre la réforme actuelle du GEAS. « Nous ne devons pas accepter un nouveau durcissement du système d’asile », a-t-elle déclaré, sous les applaudissements nourris des délégués.

Lire aussi  La Russie "évacue les troupes blessées des hôpitaux de Kherson" alors que l'Ukraine s'efforce de reprendre la zone - The Irish Times

Vendredi soir, les Verts avaient déjà dressé leur liste pour la liste européenne de l’année prochaine. En premier lieu, ils ont choisi le chef de groupe au Parlement européen, Terry Reintke, un parti de gauche de Rhénanie du Nord-Westphalie axé sur la politique sociale et du marché du travail. Reintke a couru sans opposition, mais cela a soudainement changé. Le politicien des affaires étrangères berlinois Sergueï Lagodinsky, qui appartient à l’aile Realo, est arrivé en deuxième position, suivi par la gauche Anna Cavazzini de Saxe en troisième place. Le parti a attribué un total de 40 places sur la liste et 21 Verts allemands siègent actuellement au Parlement européen. Selon les enquêtes actuelles, il ne pourrait y en avoir qu’une quinzaine à partir de l’année prochaine.



#Conférence #fédérale #des #Verts #Les #Verts #sans #Adenauer
1700970579

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT