Nouvelles Du Monde

Comment prévenir la maladie d’Alzheimer : plaidoyer en faveur des vaccins

Comment prévenir la maladie d’Alzheimer : plaidoyer en faveur des vaccins

Selon l’Organisation mondiale de la santé, il y aurait environ 10 millions de nouveaux cas de… [+] La maladie d’Alzheimer et d’autres formes de démence dans le monde chaque année.

getty

Selon l’Organisation mondiale de la santé, il y a environ 10 millions de nouveaux cas de maladie d’Alzheimer et d’autres formes de démence dans le monde chaque année. Cela correspond à environ 1 nouveau cas toutes les 3 secondes. À mesure que les changements démographiques permettent aux gens de vivre plus longtemps, le nombre total de personnes vivant avec cette maladie devrait doubler au cours des 20 prochaines années. Aujourd’hui, de nouvelles recherches suggèrent que la vaccination contre les virus courants peut réduire considérablement le risque de développer la maladie d’Alzheimer.

La maladie d’Alzheimer se caractérise par l’accumulation de plaques bêta-amyloïdes et d’enchevêtrements neurofibrillaires tau qui conduisent finalement à une atrophie ou à un rétrécissement du cerveau. Les changements dans le cerveau commencent souvent des années avant l’apparition des symptômes cognitifs, ce qui en fait une maladie particulièrement difficile à diagnostiquer et à traiter. Le type de dommages structurels observés dans le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer montre des signes de neuroinflammation significative. Des niveaux élevés d’inflammation dans le cerveau sur plusieurs années peuvent être à la fois une cause et une conséquence du développement de cette maladie.

Une inflammation du cerveau peut survenir à chaque fois que vous avez été exposé à un virus. Même sans infecter directement les cellules du cerveau, les virus sont capables de déclencher une réponse inflammatoire si forte qu’elle submerge l’organisme tout entier. Le virus Covid-19, par exemple, est particulièrement apte à déclencher une réponse immunitaire robuste. Dans certains cas, les lésions cérébrales induites par l’inflammation peuvent persister même après la disparition des symptômes.

Lire aussi  Cancer infantile : l'horizon s'éclaircit pour les jumelles Lou et Eléna

Certains virus ne quittent toutefois jamais complètement l’organisme. Par exemple, lorsqu’une personne est exposée au virus varicelle-zona qui cause la varicelle, une partie du virus devient latente et reste dans le corps. Les virus latents peuvent rester dormants, sans se répliquer dans l’organisme, pendant des années, voire des décennies, avant d’être réactivés. La réactivation d’un virus latent déclenche une nouvelle infection et provoque une réponse inflammatoire. Après une infection par la varicelle, le virus se réactive chez une personne sur trois et se présente sous la forme d’un zona, une éruption cutanée douloureuse.

De plus en plus de rapports suggèrent désormais que l’exposition à la varicelle et la réactivation ultérieure du zona pourraient être liées à la maladie d’Alzheimer. Dans des échantillons de tissus cérébraux, les chercheurs ont observé que l’exposition au virus varicelle-zona déclenche la formation d’agrégats bêta-amyloïdes et d’anomalies de tau phosphorylé, ressemblant aux plaques amyloïdes et aux enchevêtrements neurofibrillaires caractéristiques de la maladie d’Alzheimer. L’administration d’antiviraux ciblant la varicelle réduit considérablement l’accumulation de bêta-amyloïde et de tau phosphorylé. Ces résultats révèlent un mécanisme possible de développement de la maladie d’Alzheimer et, plus important encore, des moyens de la prévenir.

Lire aussi  Maintenir la santé du microbiome intestinal grâce à un nouveau peptide

Comment l’exposition au virus de la varicelle provoque-t-elle la maladie d’Alzheimer si tard dans la vie ? Une théorie avance que le virus latent de la varicelle-zona est continuellement réactivé en réponse au stress, entraînant des dommages cumulatifs dans le cerveau au fil du temps. De cette manière, la présence du virus réactivé déclenche directement la formation d’agrégats amyloïdes et tau dans le cerveau. Cependant, cette théorie est limitée par des rapports antérieurs selon lesquels la réactivation du virus varicelle-zona ne se produit qu’une seule fois pour provoquer le zona.

Étant donné que la maladie d’Alzheimer se développe sur plusieurs décennies, un nouvelle étude de l’Université d’Oxford suggère que ce virus a probablement un effet indirect en augmentant l’inflammation dans le cerveau. L’équipe a émis l’hypothèse que la réactivation du virus de la varicelle ne se transforme en zona que dans les cas graves. Une réponse inflammatoire au virus nouvellement activé induit alors une cascade de neuroinflammation supplémentaire qui endommage les cellules cérébrales.

Dans cette étude, Cumin et al. a commencé par obtenir des cellules souches humaines qui ressemblent à du tissu cérébral. Ces cellules ont ensuite été exposées au virus varicelle-zona. Bien qu’ils n’aient pas observé la formation de protéines bêta-amyloïdes et tau, les chercheurs ont mesuré des niveaux accrus de cytokines pro-inflammatoires, confirmant leur hypothèse selon laquelle la corrélation entre la varicelle et la maladie d’Alzheimer pourrait être indirectement due à l’inflammation. Cumins et. al ont conclu que les cytokines proinflammatoires déclenchées par le virus varicelle-zona pourraient induire une réactivation récurrente de virus latents pouvant éventuellement conduire au développement de la maladie d’Alzheimer.

Lire aussi  Les meilleures recettes et exercices pour des os solides

Ces résultats concordent avec les rapports cliniques selon lesquels la vaccination contre la varicelle et le zona peut réduire considérablement le risque de maladie d’Alzheimer. Il a été démontré que la vaccination contre d’autres virus courants, comme la grippe, a un effet protecteur similaire. UN étude récente publié dans le Journal of Alzheimer’s a révélé que le fait de se faire vacciner contre la grippe peut réduire de 40 % le risque de développer la maladie d’Alzheimer chez les personnes de plus de 65 ans.

Bien que le mécanisme par lequel l’inflammation conduit à la maladie d’Alzheimer ne soit pas encore clair, se faire vacciner à temps offre une certaine protection. Nous commençons tout juste à comprendre le rôle que joue le système immunitaire dans la maladie d’Alzheimer. Il ne s’agit pas d’une maladie cérébrale isolée. Il est évident que les facteurs environnementaux et les choix de mode de vie qui augmentent votre vulnérabilité à l’inflammation cérébrale peuvent vous exposer à un risque de développer cette forme de démence et d’autres.

2024-05-18 22:29:20
1716063813


#Comment #prévenir #maladie #dAlzheimer #plaidoyer #faveur #des #vaccins

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT