Capitaine dans la tragédie d’un bateau de migrants haïtiens précédemment condamné aux États-Unis et à Cuba

Le capitaine d’un hors-bord bimoteur de 30 pieds qui a chaviré dans les eaux au large de New Providence aux Bahamas dimanche alors qu’il transportait des migrants haïtiens à Miami avait déjà été reconnu coupable de trafic d’êtres humains aux États-Unis et de trafic de drogue à Cuba, le chef de La police des Bahamas a annoncé mercredi.

S’exprimant lors d’une conférence de presse à Nassau, le commissaire de police des Bahamas, Clayton Fernander, a déclaré que les autorités avaient terminé une vérification des antécédents de l’homme, qu’il n’a pas nommé. L’homme, a-t-il dit, a passé deux ans en prison aux États-Unis et huit ans en prison à Cuba.

Fernander a déclaré que trois personnes arrêtées pour avoir organisé le voyage, au cours duquel au moins 17 personnes sont décédées, envisagent une multitude d’accusations, notamment d’homicide, d’homicide involontaire coupable et d’exploitation d’un navire non immatriculé.

“Nous sommes sur la bonne voie avec cette enquête”, a-t-il dit, ajoutant que les autorités espèrent annoncer les accusations officielles d’ici vendredi.

La police a déclaré que parmi les personnes arrêtées se trouve un homme qu’elle soupçonne d’être le propriétaire du navire. Lors de l’arrestation de l’homme à son domicile et lors d’une perquisition, la police a également “découvert d’importantes sommes d’argent, qui, selon nous, étaient le produit de cette affaire”, a déclaré Fernander.

Les arrestations ont eu lieu après que les Forces de défense royales des Bahamas ont été alertées qu’un bateau transportant des “migrants haïtiens irréguliers présumés” s’était renversé à 7 miles au large de New Providence, où se trouve la capitale Nassau. Alors que 25 personnes ont survécu à l’incident, dont le capitaine du bateau et un autre suspect interpellé dimanche, les corps de 17 autres, dont 15 femmes, un homme et une jeune fille d’environ 5 ans, ont été repêchés dans l’océan.

Fernander a déclaré que la police n’avait encore identifié aucune des victimes et a réitéré un appel à la communauté haïtienne pour qu’elle fournisse des informations pouvant aider à l’enquête. Les migrants sont partis de West Bay Street à Nassau, qui, selon Fernander, est devenu “un point chaud” pour de telles opérations de migrants.

Fernander a déclaré que la majorité des victimes séjournaient à New Providence depuis environ un mois. “Certains d’entre eux sont venus ici de diverses îles et nous avons identifié au moins trois d’entre eux qui sont venus en avion il y a environ deux semaines”, a-t-il déclaré.

“Nous lançons un appel, en particulier à la communauté haïtienne… pour qu’elle nous aide à essayer d’identifier les membres de la famille”, a-t-il déclaré. « Ils n’ont pas à craindre d’être arrêtés ou d’être renvoyés. Nous soupçonnons qu’ils peuvent avoir peur de se manifester.

Lundi, des agents de la US Homeland Security Investigation sont arrivés aux Bahamas pour apporter leur aide. Fernander a confirmé la présence de partenaires américains, a déclaré “nous approfondissons cette enquête car nous pensons que la destination était les États-Unis”

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT