nouvelles (1)

Newsletter

BL Santhosh du BJP ne sera pas interrogé pour l’instant dans l’affaire de braconnage de Telangana MLA

<!–

–>

M. Santhosh a peut-être cité des travaux liés aux élections du Gujarat.

Hyderâbâd :

Le haut dirigeant du BJP, BL Santhosh, ne sera pas interrogé pour l’instant dans l’affaire du complot présumé visant à “acheter” quatre députés au TRS du ministre en chef K Chandrashekar Rao, la Haute Cour de Telangana ayant accordé aujourd’hui un sursis jusqu’au 5 décembre sur les avis qui lui ont été émis par le L’équipe d’enquête spéciale (SIT) qui enquête sur les allégations.

BL Santhosh s’était adressé au tribunal après que le SIT eut émis un deuxième avis au secrétaire général national (Organisation) du BJP, M. Santhosh, pour qu’il comparaisse le 26 novembre ou le 28 novembre, conformément aux instructions de la Haute Cour de Telangana. Il n’a pas encore comparu devant l’équipe d’enquête.

M. Santhosh a peut-être cité le travail lié aux élections du Gujarat, dont il a été très occupé. C’était l’une des raisons qu’il a invoquées pour qu’il ne soit pas disponible à Delhi lorsque l’avis devait lui être délivré. Le premier avis devait lui être délivré par l’intermédiaire de la police de Delhi.

Le 21 novembre, il a déclaré ne pas avoir reçu le premier avis, qui était daté du 16 novembre. Le tribunal a alors déclaré qu’il pouvait lui être envoyé par e-mail et WhatsApp. Par la suite, il a été invité à comparaître devant le SIT pour un interrogatoire le 26 novembre ou le 28 novembre.

Karuna Sagar, avocate du BJP, a déclaré que le tribunal n’avait pas trouvé de base suffisante pour émettre des avis en vertu de l’article 41.

Le SIT avait déposé jeudi une note auprès d’un tribunal spécial du Bureau anti-corruption (ACB) à Hyderabad, ajoutant les noms de M. Santhosh et de deux personnes du Kerala – Jaggu Swami et Tushar Vellapally – en plus de B Srinivas, comme accusé dans le Cas. Une source de premier plan a déclaré que c’était parce que les trois personnes esquivaient le SIT et ne se présentaient pas pour être interrogées.

Trois personnes – Ramachandra Bharati alias Satish Sharma, Nanda Kumar et Simhayaji Swamy – ont déjà été désignées comme accusées dans l’affaire et arrêtées le mois dernier, pour avoir prétendument fait “une offre de Rs 100 crore” aux législateurs de Telangana Rashtra Samithi (TRS). dans une ferme. Une plainte a été déposée par TRS MLA Pilot Rohith Reddy, parmi quatre législateurs, contre eux le 26 octobre.

Rohith Reddy a allégué que l’accusé lui avait offert 100 crores de roupies et qu’en retour, le législateur devait quitter le TRS et se présenter comme candidat du BJP aux prochaines élections à l’Assemblée.

La police de Cyberabad avait enregistré une affaire basée sur des bandes audio qui avaient d’abord été divulguées, puis des clips vidéo également partagés par le ministre en chef Rao. Le ministre en chef avait diffusé des extraits des bandes et avait affirmé que les «preuves» s’étendaient sur près d’un million de pages.

Le gouvernement de Telangana a ordonné le 9 novembre la mise en place d’un SIT de sept membres pour enquêter sur le braconnage présumé des députés. Le BJP avait demandé une enquête CBI sur l’épisode. La Haute Cour avait déclaré que le SIT, dirigé par le commissaire de police d’Hyderabad, CV Anand, pourrait poursuivre l’enquête et qu’elle serait surveillée par un juge. Le SC, dans son ordonnance datée du 21 novembre, a déclaré qu’il ne pouvait pas être contrôlé par un juge de la Haute Cour et avait demandé à la Haute Cour d’examiner de manière indépendante le plaidoyer demandant une enquête CBI.

Les allégations de braconnage surviennent au milieu d’une rivalité politique accrue alors que le ministre en chef Rao, ou «KCR», a récemment renommé le TRS en Bharat Rashtra Samithi pour viser un rôle national contre le Premier ministre Modi et le BJP en 2024.

Cela survient également à un moment où il y a eu des raids de l’ED et de l’informatique sur les ministres Telangana. La semaine dernière, le ministre Telangana Gangula Kamalakar, qui s’occupe d’entreprises minières, a été perquisitionné par des équipes de l’ED à Karimnagar. Cette semaine, le ministre du Travail et de l’Emploi de Telangana, dont la famille gère plusieurs collèges, a été perquisitionné par des équipes informatiques accompagnées du CRPF.

Malla Reddy a déposé hier une plainte à la police alléguant du harcèlement par des responsables informatiques. Il a dit que son fils aîné, Mahender Reddy, avait dû être hospitalisé à cause de cela. Après un plaidoyer devant la Haute Cour par le deuxième fils de Malla Reddy, Bhadra, un sursis à poursuivre l’affaire a été accordé pendant quatre semaines.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT