Autisme : “Il se passe tellement de choses à l’intérieur que les gens ne le savent pas”

La Fondation ZO!, la Fondation Kernkracht et la municipalité de Zuidplas accordent ces semaines une attention particulière aux vulnérabilités invisibles. De l’autisme à la démence, du stress à la peur de l’échec. Après tout, nous avons tous quelque chose. Lisez les histoires ou voyez ce que Kernkracht en ZO! faire pour vous aider, vous et les personnes qui vous entourent. Plus d’informations sur cette promotion et la santé mentale peuvent être trouvées à www.stzo.nl/allemaalwat.

“Si vous n’avez pas de modèle, vous pouvez en devenir un.” Cette citation est une devise de vie appropriée pour Robin Toscani (29 ans). Son autisme et ses crises ne l’empêchent pas de réaliser de très belles choses. En conversation avec le fondateur de l’Auticaffe in ‘t Blok.

“Hé Toscane!” Robin est accueilli joyeusement par une éducatrice du ZO ! au centre jeunesse ‘t Blok, où nous faisons l’interview. Robin se sent chez lui dans cet endroit de Nieuwerkerk aan den IJssel, où le café spécial a commencé. Un endroit où les jeunes peuvent être eux-mêmes, sans être surstimulés comme c’est souvent le cas dans un café normal.

« Un tel endroit était nécessaire. Je l’ai très bien remarqué moi-même. Ce n’est qu’à l’âge de 15 ans que j’ai été diagnostiqué autiste. Mes parents et moi nous sommes heurtés à de nombreux murs et nous ne savions pas trop quoi faire. Je me suis retrouvé dans de grandes organisations de soins de santé, où je me sentais juste comme un numéro. Un bon exemple est les soos, soirées recommandées par mon fournisseur de soins de santé pour participer à des activités plus sociales. Il n’y avait que du bricolage ou des jeux de société. J’avais 17 ans et cela ne correspondait pas à mon style de vie. Parce que j’ai une forme légère d’autisme, ils ne savaient pas quoi faire de moi. J’ai eu de l’aide aux devoirs, mais ça s’est tellement bien passé que la monitrice a commencé à jouer au pim pam pet avec moi pour occuper le temps.

Afin d’avoir une activité à Zuidplas qui corresponde à ses souhaits, Robin a créé l’Auticaffe avec un pair Yoeri de Bree. Le café était bien approvisionné dès la première fois et certainement grâce à des conférenciers intéressants comme Hugo Borst, le café est également resté innovant. « Le fil conducteur est un environnement sûr et pouvoir être soi-même. Toute personne handicapée a des talents cachés. Soulignez cela. Bien trop souvent, on nous dit ce que nous ne pouvons pas faire. Ou êtes-vous traité comme si vous ne pouviez rien faire. Quand les gens me connaissent sous le nom de Robin, je suis Robin. Mais quand ils entendent soudainement parler de mon autisme, j’ai soudain un cachet. Alors je ne suis plus Robin, mais un autiste. Vont-ils me chouchouter ? Je n’ai pas du tout besoin de ça. Bien sûr, j’ai besoin de conseils supplémentaires, également à cause de mes crises d’épilepsie, mais sinon, je veux autant que possible rester sur mes deux pieds.

En partie en raison d’un déménagement temporaire à Rotterdam – « à Zuidplas, il n’y a pas d’organisation qui propose une résidence-services pour les jeunes et les personnes âgées atteintes d’une forme légère d’autisme » –, il a passé le flambeau de l’Auticaffe il y a deux ans. La configuration n’a pas changé. C’est un endroit où vous pouvez partager des histoires, vous sentir en sécurité et où la musique est jouée un peu moins fort, donc tout comme sortir, mais avec moins de stimulation,

à Zuidplas, il n’y a pas d’organisation qui propose une résidence-services aux jeunes et aux personnes âgées atteintes d’une forme légère d’autisme

Robin Toscani

Pendant ce temps, Robin sait bien gérer son autisme. Et il continue d’essayer de nouvelles choses. Il travaille pour le Rijkswaterstaat depuis cinq ans, il aime partir seul en vacances et a été président d’un bureau de vote lors des élections précédentes. Mais il connaît ses limites et reconnaît les dangers.

“Quand j’ai une bonne journée, je peux en avoir beaucoup. Quand je passe une mauvaise journée, parfois je ne prends même pas mes médicaments. Ou puis-je laisser la vaisselle pendant des jours, car cela demande trop d’efforts et je suis trop stimulé. De nombreuses personnes et organisations voient la situation comme étant noire ou blanche, alors qu’il y a beaucoup de gris entre les deux, comme moi. Beaucoup de gens pensent au film Rain Man lorsqu’ils pensent à l’autisme, mais cela n’est généralement pas visible pour les autres. Personne ne voit à quel point mon seau est plein. Si j’ai eu un mercredi difficile, je ne peux tout simplement pas travailler jeudi. Ensuite, il y a eu trop d’incitatifs. Tout le monde ne comprend pas cela. Ils vous regardent : « Vous n’êtes pas handicapé, n’est-ce pas ? Mais il se passe tellement de choses à l’intérieur que les gens ne le savent pas.”

L’Auticaffe a lieu à la maison des jeunes ‘t Blok, tous les deuxièmes mardis du mois, à partir de 19h30. Habitez-vous dans le Zuidplas ou ses environs, avez-vous une forme d’autisme de fonctionnement normal à supérieur, TDAH, ou êtes-vous très précaire, alors cette soirée est pour vous ! Même si vous avez affaire à l’autisme, vous êtes bien sûr les bienvenus ce soir. L’Auticaffe est synonyme de sortie dans un environnement où l’on peut se sentir chez soi, rencontrer d’autres personnes et se faire des amis. Mais aussi des informations d’intervenants sur divers sujets liés à l’autisme. L’entrée est gratuite.

Lisez aussi les autres histoires sur www.stzo.nl/allemaalwat

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT