Nouvelles Du Monde

Arthur Rimbaud et Paul Verlaine dans les Ardennes : gais, sauvages et brillants

Arthur Rimbaud et Paul Verlaine dans les Ardennes : gais, sauvages et brillants

2023-07-07 07:31:50

VChevelure ébouriffée, regard ravi d’yeux brillants, lèvres pressées sensuellement, visage angélique de vieux chien rusé : le portrait iconique d’Arthur Rimbaud, photographié alors qu’il n’avait que dix-sept ans, se trouve à chaque coin de rue de Charleville-Mézières. Le visage obstiné du poète ingénieux et scandaleux orne les affiches, les tasses à café, les tee-shirts, les paquets de chocolats et les bouteilles de bière.

Des écoles, des rues, des salons de coiffure et des snacks de rue portent son nom. L’homme de lettres rebelle n’avait que mépris pour le lieu des Ardennes françaises où il est né en 1854. “Ma ville natale est au-delà de n’importe quelle petite ville de province dans l’idiotie”, a-t-il ricané au milieu petit-bourgeois de Charleville-Mézières, qu’il a surnommé avec moquerie “Charlestown”.

J’espère pour le soleil, les voyages, l’aventure

Mais Rimbaud a ressenti une profonde relation d’amour-haine avec sa région d’origine rurale à la frontière franco-belge, vers laquelle il a été attiré encore et encore jusqu’à sa mort en 1891. Son compagnon spirituel et amoureux, Paul Verlaine, originaire de Metz et de dix ans son aîné, a également passé de nombreuses années dans les Ardennes, d’où est originaire la famille de son père.

Aussi différente que soit leur attitude face à cette frontière rude, elle a inspiré les poètes sensibles et a été au cœur de leur révolution littéraire. L’itinéraire Rimbaud-Verlaine de 300 kilomètres de part et d’autre de la frontière permet de découvrir les scènes où se sont déroulées les oeuvres, les révoltes, les tragédies et les excès des deux “poètes maudits”, les poètes ostracisés.

Le parcours débute à Charleville-Mézières, où l’on ne voit que l’extérieur de la maison natale de Rimbaud dans la zone piétonne. Il était le deuxième de cinq enfants dont le père, un officier d’infanterie, a pris sa retraite tôt. Vitalie Cuif, la mère insensible et pieuse, est issue d’une famille paysanne et élève ses enfants avec une sévérité implacable. Sur la place Jacques Félix se trouve le lycée du nom de Rimbaud, où il écrivit ses premières oeuvres en poète précoce.

La révolte grondait déjà en lui sur le banc de classe : « Je suis aliéné, déraciné, en colère, stupide, bouleversé. J’espérais le soleil, les errances sans fin, les voyages, l’aventure, la vie de bohème. » Sur le parvis de la gare se dresse une sculpture de Rimbaud, entourée de plaques dans l’asphalte avec des extraits de ses poèmes. Ce n’est pas un hasard si ce lieu a été choisi pour un hommage. C’est ici que Rimbaud est monté dans le train à l’âge de seize ans pour partir clandestinement en direction de Paris. C’était la première de ses nombreuses évasions et, comme il voyageait sans billet, il a été immédiatement arrêté et condamné à une amende.

Une ironie de l’histoire

Le Musée Arthur Rimbaud est installé dans l’un des plus beaux bâtiments de Charleville-Mézières. L’ancien moulin des bords de la Meuse, qui avec ses colonnes baroques fait plutôt penser à un petit château, fut construit en 1626 par le prince Charles de Gonzague, l’influent neveu du roi Henri IV, qui développa la ville, qui prit son premier nom, dans un centre commercial progressiste recherché. Le point culminant de sa vision urbaine est la place Ducale qui, avec ses pavillons ocres et ses larges arcades, est une copie fidèle à l’échelle de la célèbre place des Vosges à Paris.



#Arthur #Rimbaud #Paul #Verlaine #dans #les #Ardennes #gais #sauvages #brillants
1688759813

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT