Nouvelles Du Monde

Anne Hidalgo choisit WhatsApp comme alternative à Twitter

Anne Hidalgo choisit WhatsApp comme alternative à Twitter
La mairie de Paris Anne Hidalgo avait annoncé en début de semaine se retirer de Twitter.
SARAH MEYSSONNIER / REUTERS

Dans un long message publié lundi sur X, la maire de Paris avait justifié sa décision, en vilipendant un réseau social devenu, selon elle, un «vaste égout mondial» qui «empêche le débat», tout en «exacerbant les tensions et les conflits».

La nature a horreur du vide, dit le vieil adage. Les responsables politiques, aussi. Au lendemain de son retrait de la plateforme X, la maire de Paris, engluée depuis quelques semaines dans l’affaire de son voyage polémique à Tahiti, entend modifier sa méthode de communication. Alors qu’Anne Hidalgo avait dépeint le réseau social, Twitter transformé en X, comme «l’arme de destruction massive de nos démocraties», devenu un «un vaste égout mondial» qui «empêche le débat», l’ancienne candidate PS à la présidentielle a changé de crémerie. Et a lancé ce mardi sa propre chaîne sur l’application de discussion WhatsApp. Le tout, accompagné d’une photo d’elle à son bureau et d’un court propos : «Bonjour à toutes et à tous ! ️Nouvelle journée et nouvelles habitudes sur… WhatsApp ! Ici, j’ai envie de vous partager, avec modération, à la fois mes coups de cœur, mes coups de gueule et un récap de mes actualités.

Lire aussi  La possible visite de Nancy Pelosi à Taïwan fait craindre que la Chine n'interfère avec l'espace aérien, selon un responsable américain
Le premier message d’Anne Hidalgo sur WhatsApp.
Capture d’écran / WhatsApp

Ce nouvel outil, fonctionnel depuis plusieurs semaines sur la plateforme de Meta, permet de poster des messages et des publications. Un fil auquel n’importe qui peut s’abonner, sans avoir bien entendu accès au WhatsApp privé de la personne ou de l’organisation concernée. La fonctionnalité est semblable à ce que propose déjà l’autre application cryptée Telegram depuis plus longtemps. Pour les personnalités politiques, souvent brocardées sur les réseaux sociaux, comme Anne Hidalgo, cette nouveauté présente un grand avantage par rapport à Twitter : elle n’autorise aucun commentaire, insulte ou même une critique raisonnée de son action. Seules des émoticônes peuvent servir à exprimer sa désapprobation ou son approbation.

Une ambition déjà contredite

Outre son mot de bienvenue, l’édile parisienne n’a depuis publié qu’une seule photo devant l’Hôtel de Ville de la capitale, en lien avec les JO 2024. Pour l’heure, Anne Hidalgo n’a pas supprimé son compte Twitter. Ses dernières publications sont donc encore visibles pour ses détracteurs. Dans son message lundi, elle s’en était pris à Elon Musk, propriétaire de X, qui «agit délibérément pour exacerber les tensions et les conflits.» Avant d’ajouter : «Je resterai sur d’autres réseaux sociaux où existe encore l’échange respectueux.» Une ambition qui vient d’être contredite ce mardi.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT