Nouvelles Du Monde

Utilisation à long terme de médicaments contre le TDAH associée à une augmentation des maladies cardiovasculaires

Utilisation à long terme de médicaments contre le TDAH associée à une augmentation des maladies cardiovasculaires

Cet article a été révisé selon Science X processus éditorial
et Stratégies.
Éditeurs ont mis en avant les attributs suivants tout en assurant la crédibilité du contenu :

faits vérifiés

publication évaluée par des pairs

source fiable

relire


Crédit : Unsplash/CC0 Domaine public

× fermer


Crédit : Unsplash/CC0 Domaine public

Des recherches menées par le Karolinska Institutet, en Suède, ont révélé un risque accru de maladies cardiovasculaires associé à l’utilisation à long terme de médicaments contre le TDAH. Des associations spécifiques avec différents médicaments et dosages étaient liées à l’hypertension et aux maladies artérielles, avec un risque plus élevé observé pour les médicaments stimulants.

Dans un article intitulé « Médicaments pour les troubles du déficit de l’attention/hyperactivité et risque à long terme de maladies cardiovasculaires », publié dans JAMA Psychiatriel’équipe a utilisé une étude cas-témoins pour examiner les conséquences sur les maladies cardiovasculaires (MCV) de l’utilisation à long terme de médicaments pour le trouble de déficit de l’attention/hyperactivité (TDAH).

Au sein d’une solide cohorte de 278 027 personnes atteintes de TDAH âgées de 6 à 64 ans, le taux d’incidence des maladies cardiovasculaires était de 7,34 pour 1 000 années-personnes. L’étude a analysé 10 388 cas (avec MCV) et 51 672 témoins appariés et a observé des taux plus élevés de MCV dans les cas par rapport aux témoins.

Lire aussi  Diris Lima Centro : ils appliqueront le vaccin gratuit contre la rage à plus de 130 000 chiens

Les cas ont été identifiés sur la base de diagnostics enregistrés de divers types de maladies cardiovasculaires, notamment les cardiopathies ischémiques, les maladies cérébrovasculaires, l’hypertension, l’insuffisance cardiaque, les arythmies, les maladies thromboemboliques, les maladies artérielles et d’autres formes de maladies cardiaques.

Les contrôles ont été sélectionnés pour correspondre aux cas concernant l’âge, le sexe et l’heure du calendrier. Il s’agissait de personnes qui n’avaient pas reçu de diagnostic de maladie cardiovasculaire au moment où leur cas correspondant a reçu un diagnostic de maladie cardiovasculaire.

Des méta-analyses d’essais cliniques randomisés antérieurs ont rapporté des augmentations de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle associées aux médicaments stimulants et non stimulants contre le TDAH. Les essais cliniques avaient tendance à être de plus courte durée, d’où la nécessité d’un suivi à plus long terme.

Dans la présente étude, les chercheurs ont découvert que l’utilisation à long terme du stimulant méthylphénidate présentait un rapport de cotes ajusté pour un risque accru de maladies cardiovasculaires de 20 % pour une utilisation de 3 à 5 ans et de 19 % pour les utilisateurs de plus de 5 ans. La lisdexamfétamine était associée à un risque élevé de maladies cardiovasculaires de 23 % pendant 2 à 3 ans et de 17 % pendant plus de 3 ans d’utilisation.

Lire aussi  Les applications de cycle dans le test : une application au lieu d'une pilule ? Rarement fiable

L’atomoxétine non stimulante présentait une association accrue avec les maladies cardiovasculaires, qui n’était significative que pour la première année d’utilisation, à 7 %.

Le TDAH est une maladie psychiatrique courante caractérisée par l’inattention, l’impulsivité et l’hyperactivité. Le traitement pharmacologique comprend souvent des stimulants comme le méthylphénidate (Ritalin, Concerta) et la dextroamphétamine-AMP (Adderall). Ces stimulants rendraient la plupart des gens nerveux, excités et anxieux, mais calmeraient les personnes atteintes de TDAH, leur permettant une plus grande capacité de concentration.

Les stimulants peuvent sembler contre-intuitifs comme traitement pour les personnes présentant des symptômes d’hyperactivité. En se liant aux transporteurs présynaptiques de dopamine ou en bloquant les mécanismes de recapture, les stimulants permettent de restaurer les niveaux de catécholamines (neurotransmetteurs hormonaux) réprimés chez les patients atteints de TDAH.

L’atomoxétine (Strattera) est un médicament non stimulant qui agit sur le mécanisme de recapture de la noradrénaline. Bien qu’efficace pour certains, il ne gère les symptômes que chez environ 30 % des patients, contre environ 70 % pour ceux qui prennent des stimulants.

Lire aussi  G7 Santé, Schillaci à la Conférence ministérielle de l'OCDE

Les non-stimulants utilisés dans le traitement du TDAH sont parfois des formulations d’antidépresseurs tricycliques. Ceux-ci peuvent être efficaces pour traiter les symptômes du TDAH, mais ont été associés à des arythmies cardiaques et, comme pour toute utilisation d’antidépresseurs, des effets secondaires comportementaux ou psychologiques hors cible ont été rapportés.

Plus d’information:
Le Zhang et al, Médicaments pour le trouble du déficit de l’attention/hyperactivité et risque à long terme de maladies cardiovasculaires, JAMA Psychiatrie (2023). DOI : 10.1001/jamapsychiatry.2023.4294

Samuele Cortese et al, Effets cardiovasculaires à long terme des médicaments contre le trouble déficitaire de l’attention/hyperactivité – Équilibrer les avantages et les risques du traitement, JAMA Psychiatrie (2023). DOI : 10.1001/jamapsychiatrie.2023.4126

Informations sur la revue :
JAMA Psychiatrie


2023-12-01 00:40:01
1701381664


#Utilisation #long #terme #médicaments #contre #TDAH #associée #une #augmentation #des #maladies #cardiovasculaires

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT