nouvelles (1)

Newsletter

une charte pour encadrer l’accueil des futures entreprises dans le port de Bayonne

Lors de la séance du mercredi 18 janvier du Conseil municipal, les élus angloys ont eu à se prononcer sur la Charte des entreprises du port de Bayonne, qui sera soumise à…

Lors de la séance du mercredi 18 janvier du Conseil municipal, les élus angloys ont eu à se prononcer sur la Charte des entreprises du port de Bayonne, qui sera soumise à toutes les communes concernées. Un document élaboré dans le cadre du comité stratégique territorial du port de Bayonne, qui réunit les Villes d’Anglet, Bayonne, Boucau, Tarnos, les Départements des Pyrénées-Atlantiques et des Landes et la Communauté d’agglomération Pays basque.

Port et développement durable

« Il s’inscrit dans la volonté de la Région Nouvelle-Aquitaine et de ses partenaires institutionnels d’assurer durablement le développement de l’implantation des activités en lien avec le port de Bayonne », indiquait Jean-Pierre Laflaquière, adjoint au maire chargé des politiques contractuelles et conseiller communautaire. L’élu parlait aussi « d’optimisation des projets économiques dans les espaces portuaires et limitrophes, en s’assurant aussi de leur acceptabilité pour le port et les acteurs locaux. »

Ce qui semble exclure toute implantation de nouveaux laminoirs, à l’image de celui de Celsarégulièrement mis en cause pour les nuisances qu’il engendre, mais défendu par la Région comme exemple de l’économie circulaire, puisqu’il retraite des ferrailles pour les transformer en billettes qui pourront de nouveau servir dans la production de pièces métalliques.

Pour Jean-Pierre Laflaquière, « on peut regretter sa mise en place tardive, mais cette charte est un véritable progrès. » Elle doit, à ses yeux, favoriser la diffusion d’informations et d’analyses sur les projets à venir entre toutes les collectivités concernées, directement ou indirectement.

Résorber les nuisances

Sandrine Derville, élue d’opposition, mais également vice-présidente de la Région Nouvelle-Aquitaine, défendait aussi l’intérêt de cette charte. « Le port de Bayonne est un pilier essentiel du développement économique et de l’emploi pour Anglet, comme pour tout le Pays basque. Mais il est parfois source de nuisances pour les riverains et il convient de les résorber. C’est l’enjeu essentiel de la transition, qu’il faut accélérer. C’est l’objet de cette charte, même si elle ne résoudra pas tout. »

Sandrine Derville juge qu’elle permettra « de concilier les intérêts économiques, environnementaux et l’intégration ville-port. »

Cette charte ne rassure que très peu le maire d’Anglet, pour qui « le port est un sujet sensible et la charte ne réglera pas la problématique que l’on a sur des installations que l’on subit. On travaille à l’amélioration du cadre de vie des gens qui habitent en face (de ces installations, NDLR) mais ce n’est pas facile. Surtout quand on a, comme j’ai pu le constater, affaire à des industriels qui sont d’une mauvaise foi telle que l’on ne peut pas la mesurer. »

Claude Olive souhaite que cette charte « ne soit pas un leurre » mais convient, du bout des lèvres, qu’ « avant, on ne nous demandait même pas notre avis. »

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT