Nouvelles Du Monde

Une Bulgare pourrait figurer parmi les otages du Hamas à Gaza

Une Bulgare pourrait figurer parmi les otages du Hamas à Gaza

Le Hamas détient entre 200 et 250 personnes captives

La Bulgarie pourrait avoir au moins un citoyen otage du Hamas, écrit le Wall Street Journal.

Selon les premières informations publiées par le ministère israélien des Affaires étrangères, 199 citoyens d’au moins 31 pays ont été enlevés, certains d’entre eux provenant de pays éloignés peu impliqués dans les situations de conflit au Moyen-Orient, comme le Paraguay, l’Afrique du Sud et la Thaïlande.

La Bulgarie ne figure pas sur la liste, mais son gouvernement soupçonne sérieusement qu’au moins un de ses citoyens a été kidnappé.

“Elle a appelé sa mère avant d’être enlevée”, a déclaré un responsable du cabinet au journal.

Le gouvernement bulgare n’a jusqu’à présent fait aucun commentaire sur une telle affaire.

Le Hamas a déclaré qu’il pourrait échanger les otages pris contre 6 000 Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes, a déclaré le porte-parole du mouvement, Khaled Meshaal.

Abu Ubaydah, porte-parole du Hamas, a déclaré aux médias que le groupe détenait entre 200 et 250 personnes captives. Il a indiqué que 22 otages étaient déjà morts lors des frappes israéliennes dans la bande de Gaza. Israël a officiellement déclaré que 199 personnes avaient été capturées.

Les États-Unis et plusieurs alliés souhaitent que le Qatar utilise ses contacts au sein du Hamas pour aider les otages.

Lire aussi  Le PP dépasse le PSOE comme force la plus votée à Tarifa

Les diplomates et les responsables des services de renseignement en Turquie ont été inondés de demandes émanant de gouvernements aussi éloignés que l’Amérique latine. Les dirigeants européens, dont le Français Emmanuel Macron, ont lancé des appels similaires à l’Égypte, dont le gouvernement se concentre davantage sur l’acheminement de l’aide humanitaire à travers sa frontière avec Gaza.

Le nombre de personnes enlevées change de jour en jour et le nombre de pays impliqués n’est pas clair. De nombreux otages, sinon la plupart, pourraient avoir la double nationalité, notamment israélienne. Plusieurs personnes qui auraient été kidnappées ont ensuite été identifiées parmi les morts.

Les otages sont détenus en divers endroits par le Hamas. Le Jihad islamique, soutenu par l’Iran, a également affirmé avoir pris 30 otages, une affirmation que l’armée israélienne n’a pas confirmée.

Le Wall Street Journal s’est entretenu avec des responsables turcs, égyptiens, qatariens, israéliens, américains et européens impliqués dans l’effort mondial visant à déterminer qui sont les otages du Hamas et l’état de ceux qui sont encore en vie. Ces responsables décrivent la tentative chaotique de médiation multinationale, éclipsée par les frappes aériennes quotidiennes et la menace imminente d’une offensive terrestre israélienne. Les agences d’espionnage les plus puissantes du monde et leurs alliés au Moyen-Orient se démènent pour accéder aux otages, dont beaucoup se trouvent à Gaza, apparemment hors de portée des réseaux mobiles.

Lire aussi  Le parquet et la commission anti-corruption devraient fournir des précisions.

Ce week-end, les responsables israéliens ont déclaré qu’ils ne feraient pas de médiation pour les otages avec le Hamas, une organisation qu’ils ont juré d’écraser. Cependant, dans un commentaire aux médias israéliens, l’ancien chef du Mossad (b.b. – L’agence de renseignement israélienne)Yossi Cohen a déclaré qu’à un moment donné, les combattants du Hamas manqueront d’eau, de nourriture et d’oxygène dans leurs bunkers et que ce sera le moment où la décision pourra être prise de libérer les otages.

L’Égypte, le Qatar et la Turquie entretiennent des relations de longue date avec le Hamas, mais aucun n’a été en mesure d’obtenir des réponses complètes sur les noms et les conditions des prisonniers détenus à Gaza. Les dirigeants politiques du Hamas, basés au Qatar, n’ont pas précisé le nombre d’otages que le groupe détient, mais ont publiquement proposé d’échanger leurs captifs contre des combattants palestiniens détenus dans des cellules de prisons israéliennes et américaines. Dans des messages relayés par la Turquie, le groupe a déclaré qu’il n’envisagerait pas d’échange d’otages tant qu’Israël n’aurait pas arrêté les bombardements et libéré des milliers de prisonniers, y compris ceux capturés lors des massacres de ce mois-ci qui ont tué environ 1 300 personnes.

Lire aussi  Voici ce que fait le Nouveau-Mexique pour empêcher les animaux tués par les conducteurs

Les représentants du Hamas ont montré un enregistrement vidéo de l’un des otages kidnappés lors de la rave festival le premier jour de l’attaque, le 7 octobre. La jeune fille s’appelle Mia Shaim, elle a 21 ans, originaire de Shoham, citoyenne israélienne et française.

“Bonjour, je m’appelle Mia Shaim, j’ai 21 ans, je viens de Shoham, je vis actuellement dans la bande de Gaza. Samedi 7 octobre, j’étais à une soirée musicale à Sderot, j’ai eu un sérieux problème. blessure au bras. Ils m’ont emmené à Gaza et là ils ont fait une opération de trois heures, ils ont pris soin de moi, ils m’ont proposé des médicaments. Tout va bien, je leur demande juste de revenir à la maison, de voir mon père, ma mère et mes frères et sœurs. S’il vous plaît, ramenez-nous à la maison le plus tôt possible”, dit la jeune fille.

2023-10-17 17:00:00
1697557371


#Une #Bulgare #pourrait #figurer #parmi #les #otages #Hamas #Gaza

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT