Nouvelles Du Monde

Triomphe d'”Anatomie d’une chute” et dénonciation des violences sexuelles aux 49e César

Triomphe d'”Anatomie d’une chute” et dénonciation des violences sexuelles aux 49e César

Lors de la 49e cérémonie des César, “Anatomie d’une chute” de Justine Triet a remporté six trophées, dont celui du meilleur film et de la meilleure réalisation. Cependant, la soirée a été marquée par une place inédite accordée aux victimes de violences sexuelles.

Le discours de Judith Godrèche, devenue une figure emblématique du mouvement #MeToo en France, a volé la vedette aux récompenses et aux hommages habituels. Elle a été chaleureusement applaudie par les professionnels du 7e art, accusé pendant des années d’avoir étouffé les affaires de violences. Sur la scène de l’Olympia à Paris, elle a dénoncé le niveau d’impunité, de déni et de privilège dans le milieu.

“Pourquoi accepter que notre art bien-aimé, qui nous unit, serve de couverture à un trafic illicite de jeunes filles?” a-t-elle questionné. Judith Godrèche a ensuite évoqué des violences sexuelles et physiques subies dans son adolescence, pour lesquelles elle a porté plainte contre les réalisateurs Benoît Jacquot et Jacques Doillon, qui les nient.

Lire aussi  Gallant prévient que l'Iran, le Hamas et le Hezbollah pourraient profiter du Ramadan comme « deuxième étape » le 7 octobre

La remise du César de la meilleure réalisation à une femme, Justine Triet pour “Anatomie d’une chute”, symbolise un changement significatif par rapport à l’édition précédente marquée par le prix attribué à Roman Polanski, accusé de viol. Le film a remporté six trophées, dont celui du meilleur film, et se positionne comme favori aux Oscars.

La réalisatrice de 45 ans a dédié son César à toutes les femmes, qu’elles réussissent ou échouent, qu’elles soient blessées et peuvent parler ou non. Le César de la meilleure actrice dans un second rôle a été décerné à Adèle Exarchopoulos pour son rôle dans “Je verrai toujours vos visages”, abordant le thème de l’inceste. La ministre française de la culture, Rachida Dati, a quant à elle souligné l’aveuglement collectif qui a perduré pendant des années dans le milieu cinématographique.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT