Nouvelles Du Monde

Telefe m’a lâché la main

Telefe m’a lâché la main

2023-11-30 01:23:11

Un mois après son retour au théâtre, Jey Mammón marche avec fermeté et calme parmi la presse cordouane qui se rassemble pour le recevoir ainsi que son œuvre. Je reviens vite, dont la première aura lieu le 26 décembre au théâtre Zorba de Carlos Paz. Tout le monde cherche à savoir qui, dans ses meilleurs moments, a été l’animateur vedette de la télévision de Buenos Aires.

Sept mois se sont écoulés depuis que sa vie a complètement changé. Après que la plainte pour abus sexuels de Lucas Benvenutto ait été rendue publique, l’artiste s’est retrouvé impliqué dans un chaos médiatique qui a entraîné une moindre présence médiatique et certains ont voulu « se détacher » de sa figure.

Après la condamnation publique, Mammón partit et revint d’Espagne et planifia plus tard son retour au théâtre, avec le soutien du metteur en scène René Bertrand et du producteur Gustavo Sofovich, et en compagnie de ses deux chats, de ses proches et de quelques personnages célèbres qu’ils n’a cessé de le soutenir, que ce soit dans les médias ou via un like sur Instagram.

Lors de la réunion avec les journalistes, tout le monde voulait savoir comment il allait. Chacun connaissait son travail et sa situation judiciaire (actuellement sa plainte pour calomnie et insultes contre Benvenutto est toujours valable), mais il y avait un besoin dans l’environnement de se plonger dans le Jey plus humain.

En dialogue avec VOS, Jey semble calme et déterminé à répondre à tout. Il ne veut rien cacher, mais son discours lent et délibéré suggère une profonde réflexion introspective avant que les mots ne quittent sa bouche. Assis à table au bar Novecento, l’acteur décide de franchir une grande porte, celle avec une pancarte accrochée au milieu qui dit fermement : Je reviens vite.

Tout d’abord : comment vont vos chats ?

− Ha ha ! Ils sont très bons, j’essaie de voir si je peux les amener. J’ai parlé au vétérinaire et à un spécialiste qui m’ont dit de ne pas les amener. Ils m’ont tous les deux dit la même chose : ce qui compte le plus pour nous, ce sont les chats, pas vous. Je leur ai dit qu’ils allaient beaucoup me manquer, mais non. Ils sont très bons, mais je ne pense pas pouvoir les amener. L’un a quatre ans et l’autre trois. Merci pour la question (rires).

C’est le classique pour briser la glace, pourquoi avoir choisi Carlos Paz pour faire la saison ?

−C’est l’endroit où je suis né artistiquement, donc c’est comme revenir à la genèse. J’amène les personnages que j’avais amenés à l’époque, parmi lesquels Estelita. Certains pensent qu’elle est originaire de Cordoue parce qu’elle a presque commencé ici. Je suis heureux de revenir dans cet endroit avec des gens qui me traitent très bien, qui sont très affectueux avec moi.

Lire aussi  Facebook : Meta peut utiliser le nom de la marque au Brésil - 15/03/2024 - Marché
Jey Mammon présente son travail, je reviens tout de suite !  (Pedro Castillo / La Voix)
Jey Mammon présente son travail, je reviens tout de suite ! (Pedro Castillo / La Voix)

Est-ce un retour au travail ou un peu pour une thérapie personnelle ?

−Aucune des deux choses (rires). Je veux dire… Eh bien, pour le travail, oui. Je fais de la thérapie et je crois que l’espace thérapeutique est avec le psychologue et le psychiatre, donc ce n’est pas une thérapie. Mais le travail est nécessaire et il faut aussi faire ce qu’on aime et ce pour quoi on est bon. L’artiste a besoin de faire de l’art, et cela pour toute vocation.

Avez-vous réajusté vos personnages en fonction des temps nouveaux ou de tout ce qui vous est arrivé ?

−Non, ce sont toujours les mêmes. De plus, ils me sont étrangers. Ils l’ont toujours été. L’ambiance a changé en général, mais pas à cause de ce qui m’est arrivé, mais parce que la société, heureusement, a changé. En fait, Estelita était une très poubelle à une époque où il semblait que presque tout valait la peine d’être dit. Et du coup, elle savait finir les émissions de midi à la télé et elle n’était plus la même. De même, le théâtre permet d’être davantage à la limite. Ce que je sais, c’est qu’Estelita ne voulait pas m’accompagner cette saison. J’essaie de la convaincre.

Cette saison, continuez-vous dans la lignée de l’humour acide ou allez-vous opter pour quelque chose de plus blanc cette fois-ci ?

−J’ai toujours eu un humour qui n’était pas du tout conservateur. La façon dont je prends les choses dans la vie est cohérente avec ma façon de vivre l’humour et la façon dont je l’utilise pour communiquer et affronter les choses. Il n’y a donc aucune modification. Vous faites une union de deux choses et je trouve cela intéressant. Lorsque vous prenez en charge qui vous êtes et ce que vous êtes, sans vous vanter, vous pouvez commettre des erreurs. Ce n’est pas que l’on puisse faire des erreurs, c’est vous qui faites des erreurs. Nous faisons tous des erreurs. Si vous essayez d’être aussi authentique et transparent que possible, vous le serez également avec humour. Vous n’êtes pas idiot. Mon humour reste le même. Je ne me suis jamais trahi. Je suis toujours le même.

Jey Mammon présente son travail, je reviens tout de suite !  (Pedro Castillo / La Voix)
Jey Mammon présente son travail, je reviens tout de suite ! (Pedro Castillo / La Voix)

Peut-être qu’en sept mois, beaucoup de choses se sont passées…

−Oui, mais j’ai toujours essayé d’être le plus transparent et authentique possible, même dans l’humour. Je ne vais pas être trompeur. Je ne vais pas faire attention ni arrêter de dire cela parce que « voyons ce qu’ils vont dire ».

Lire aussi  Avec Villagra de Talleres comme titulaire, l'équipe U23 a battu la Bolivie lors d'un match amical

Avez-vous dû vous préparer pour revenir sur scène ?

−Non. En fait, je n’ai pas préparé cette conférence. Je suis venu et j’ai dit : “Eh bien, demande-moi ce que tu veux.” C’est pareil quand je monte sur scène. Il y a quelques jours j’ai fait un live Instagram et une dame m’a fait un “pas à pas”. C’est de ça qu’il s’agit. Je vais monter sur scène et voir ce qui se passe. Je pense que ce qui a toujours coulé coulera naturellement, comme l’aquarium et les poissons. Le poisson se sent à l’aise dans ses habitats. J’imagine ça, rien d’autre.

Vous pouvez voir le soutien des gens dans la rue, beaucoup vous ont accueilli avec de bonnes vibrations. Mais ensuite vous avez de vives critiques sur les réseaux sociaux qui viennent parfois de l’anonymat. Comment le gérez-vous ? Accordez-vous la même importance à l’un qu’à l’autre ?

−Avant, j’ai dit – chose à laquelle je n’ai évidemment jamais vraiment cru, mais je l’ai dit – que « tout cela est virtuel », c’est-à-dire le monde du divertissement et de la célébrité. Je dis que je n’arrivais pas vraiment à y croire parce que c’est tellement beau qu’on mange le voyage. Tout le monde vous salue, vous offre de belles choses…

Tu étais aussi très haut…

−Et bien, remarque que ça ne m’est pas venu avant, c’est venu juste à ce moment-là, non ? Comme c’est curieux… Voyons, j’ai toujours dit « c’est virtuel », mais visiblement je n’y croyais pas vraiment. Aujourd’hui, j’y crois et je le vois. J’ai des centaines de beaux messages sur les réseaux, même s’il y a une fissure dans les réseaux. Je sors dans la rue et il y a une réalité, et la réalité peint autre chose. Il m’a fallu beaucoup de temps pour m’en rendre compte. C’était fin mars. Nous sommes en novembre et il n’y a pas eu un seul épisode dans la vie réelle semblable à un commentaire négatif virtuel. Cela me donne une idée de ce qu’est la vraie vie et de ce qu’est la virtualité. Attention, derrière un compte il y a aussi une pensée. Admettons que la télévision diffusait 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, beaucoup de choses, ce qui signifie que n’importe qui pouvait voir l’information et tirer une conclusion. Par exemple, ma mère me dit : « C’est vrai que tu fais la première du spectacle le 23 décembre ? Et je lui dis non, je commence le 26. Et elle me dit : “Mais ce journaliste a dit que tu t’entraînais le 23.” C’est comme si la télé disait ce qui est vrai, alors tout est virtuel, la télé, les réseaux.

Lire aussi  Qui est le mannequin et « influenceuse » Sasha Meneghel
Jey Mammon présente son travail, je reviens tout de suite !  (Pedro Castillo / La Voix)
Jey Mammon présente son travail, je reviens tout de suite ! (Pedro Castillo / La Voix)

Quand vous parlez d’annulation à la télévision, qu’entendez-vous précisément ? À un moment donné, tu as dit que tu voulais revenir…

−Quand j’ai parlé de l’annulation de la télévision, je faisais essentiellement référence à l’annulation de Telefe. J’ai un contrat jusqu’à la fin de l’année, donc je pourrais revenir l’année prochaine. Il faudra voir si j’en ai envie. Il y a des choses qui vont de soi. Vous me demandez et je répondrai, mais parfois vous lisez des choses comme « Est-ce qu’il reviendra ? ou “Je ne pense pas que je reviendrai.” Et personne ne me demande si je veux y retourner.

Maintenant, vous le dites : « Je reviens tout de suite »…

−Je reviens tout de suite ! En tant que tel. Je fais du théâtre parce que j’en ai envie, parce que je peux, et tout se fait étape par étape. Je retournerai peut-être à la télévision, mais pas cette année. Telefe a décidé que je ne devais pas continuer sur la chaîne.

Avez-vous l’impression qu’ils vous lâchent la main ?

−Non, je ne suis pas désolé, ils l’ont fait. Étant innocents et sans aucune raison, ils ont décidé, juste au cas où. Ils ne m’ont pas non plus laissé exprimer ou dire ce que je vous dis. Oui, ils ont décidé de le faire avec d’autres personnes, mais bon, ce sont des décisions. Ils sauront pourquoi ils ont fait cela, mais tout va très bien, je passe à autre chose. Si je me trompe, je reste là et je perds. Quand ce qui s’est passé m’a sauté aux yeux, j’ai dit : « Non, arrête, ce n’était pas comme ça, c’était comme ça. » Et bien rien, qu’est-ce que j’en sais… Chacun tire la conclusion qu’il veut, mais ce qui me rend heureux maintenant, c’est de monter sur scène, de faire le spectacle, de divertir les gens, de faire intervenir les personnages et de faire de la musique.

L’Espagne vous a-t-elle aidé à revenir sur la scène publique ?

−L’Espagne m’a aidé à porter ma tête ailleurs. Puis je me suis ressaisi et je suis revenu, mais je ne me suis pas échappé. J’avais besoin d’un peu de tranquillité, ce que je n’ai finalement pas trouvé… Et ce n’était pas à cause de moi ! Mais bon, je raconte tout ça dans la série.

On se retrouve alors avec le « pas à pas ».

−Pas à pas. Ou étape par étape, chacun décide !



#Telefe #lâché #main
1701296917

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT