Nouvelles Du Monde

Swati Maliwal porte plainte à la police et dit que Bibhav Kumar m’a attaqué de toutes ses forces, encore et encore

Swati Maliwal porte plainte à la police et dit que Bibhav Kumar m’a attaqué de toutes ses forces, encore et encore

La députée de l’AAP Rajya Sabha, Swati Maliwal, a été « frappée à coups de pied et giflée sept à huit fois » apparemment par l’assistant du ministre en chef Arvind Kejriwal, Bibhav Kumar, à la résidence officielle du premier, et « n’a pas cédé » malgré qu’elle lui ait demandé d’arrêter, selon le FIR enregistré par la police de Delhi.

Dans le FIR concernant l’agression présumée dont elle aurait été victime, Mme Maliwal a également affirmé que M. Kumar l’avait frappée « de toutes ses forces, encore et encore », mais que personne n’était venu à son secours. Elle a également allégué que même s’il avait dit à M. Kumar qu’elle avait ses règles et qu’elle souffrait, il n’avait pas bougé.

A lire aussi : L’assistant d’Arvind Kejriwal dépose une plainte à la police contre Swati Maliwal ; dit qu’elle a pénétré « de force et illégalement » dans la Maison CM

Le FIR cite Mme Maliwal disant que c’est “l’un des moments les plus difficiles de ma vie” et que “la douleur, le traumatisme et le harcèlement ont été abrutissants”.

“… J’ai aussi des difficultés à marcher”, a-t-elle déclaré dans le FIR, dont une copie est conservée. PTI.

Mme Maliwal, qui était auparavant chef de la Commission de Delhi pour les femmes, a déclaré que sa situation était « exacerbée par le fait qu’ayant travaillé toute ma vie pour les questions féminines et ayant aidé des milliers de femmes à obtenir justice », elle « a fini par être brutalement battu par une personne que je connais depuis longtemps”.

“Je suis profondément perturbé par cet incident et je suis bouleversé que quelqu’un puisse afficher un comportement aussi ‘goonda'”, peut-on lire dans le FIR.

Lire aussi  La police de Delhi déclare dans son document de détention provisoire

Elle a appelé à une action la plus forte possible en la matière.

Les détails de l’agression présumée de Mme Maliwal, qui a eu lieu à la résidence officielle de M. Kejriwal le 13 mai, ont été révélés vendredi alors que la députée de Rajya Sabha comparaissait devant un magistrat du tribunal de Tis Hazari pour enregistrer sa déclaration dans l’affaire.

La police de Delhi a enregistré jeudi un FIR dans cette affaire et a désigné Kumar comme accusé dans cette affaire, ont indiqué des responsables.

Une prétendue vidéo de la résidence du ministre en chef de Delhi montrant Maliwal se disputant avec le personnel de sécurité au moment de l’agression présumée est devenue virale sur les réseaux sociaux le 17 mai.

Selon le FIR, elle était allée rencontrer M. Kejriwal à sa résidence officielle à 9 heures du matin le 13 mai. Se souvenant des événements, elle a déclaré à la police qu’elle était entrée dans le bureau du camp et avait appelé M. Kumar mais n’avait pas pu joindre. Elle s’est dirigée vers le quartier résidentiel et a demandé au personnel d’informer M. Kejriwal de son arrivée.

“J’ai été informée qu’il était présent dans la maison et on m’a dit d’attendre dans le salon”, a-t-elle déclaré.

Elle a déclaré que pendant qu’elle attendait M. Kejriwal, M. Kumar a fait irruption dans la pièce et a commencé à « me crier dessus sans aucune provocation et a même commencé à me maltraiter ».

“Comment peux-tu ne pas nous écouter ? Comment peux-tu ne pas écouter ? Quelle est ta raison pour ne pas nous faire ça ? Comprenez-vous quelle n**h femme vous êtes ? Vous devez nous donner une leçon. (Comment vas-tu ne pas suivre ce que nous disons ? Comment vas-tu ne pas suivre ? Comment oses-tu nous dire non ? Que penses-tu de toi putain de femme ? Nous allons te donner une leçon (sic)”, lire le SAPIN.

Lire aussi  L'AAP est susceptible de former un comité interne pour enquêter sur l'agression présumée de Swati Maliwal par l'assistant de Delhi CM : sources

Dans le FIR, elle a déclaré que « sans aucune provocation » de sa part, M. Kumar a commencé à la « gifler » de « toute sa force ».

“Il m’a giflé au moins sept à huit fois pendant que je continuais à crier. Je me sentais absolument choquée et je criais à l’aide encore et encore. Afin de me protéger, je l’ai repoussé avec mes jambes”, a-t-elle déclaré.

“À ce moment-là, il s’est jeté sur moi, m’a traîné brutalement et a délibérément remonté ma chemise. Les boutons de ma chemise se sont ouverts et la chemise est remontée. J’ai atterri par terre en me cognant la tête contre la table centrale. Je criais constamment à l’aide. mais personne n’est venu”, a-t-elle ajouté.

Elle a allégué que M. Kumar « n’a pas cédé et m’a attaqué en me donnant des coups de pied dans la poitrine, le ventre » et dans le bas du corps « avec ses jambes ».

“Je souffrais énormément et je n’arrêtais pas de lui dire d’arrêter. Ma chemise remontait mais il continuait à m’agresser. Je lui ai répété à plusieurs reprises que j’avais mes règles et qu’il devrait me lâcher car je suis dans un état insupportable. douleur”, a-t-elle déclaré dans le FIR.

Après l’incident, elle a déclaré qu’elle “était dans un état de choc terrible face à cette attaque non provoquée”. Se souvenant de l’heure, elle s’est dite “profondément traumatisée” et a appelé le numéro d’urgence 112 pour informer de l’incident.

M. Bibhav m’a menacé et m’a dit : “Faites ce que vous avez à faire, vous ne nuirez pas à notre force, vous vous briserez les os et irez dans de tels endroits et personne ne le saura. (Vous pouvez faire ce que vous voulez, vous ne pouvez pas nous faire de mal. Nous vous briserons les os et vous enterrons dans un endroit où personne ne le saura)”.

Lire aussi  Swati Maliwal appelle la police à la résidence d'Arvind Kejriwal, affirme Kapil Mishra

Elle a déclaré que M. Kumar avait quitté la pièce après avoir appris qu’elle avait appelé la ligne d’assistance téléphonique de la police, mais qu’il était revenu avec le personnel de sécurité travaillant à l’entrée principale des bureaux du camp du CM.

Dans le FIR, elle a déclaré qu’ils lui avaient demandé de partir « à la demande de Kumar ». Elle a déclaré qu’elle n’arrêtait pas de leur répéter qu’elle avait été « brutalement battue » et leur avait demandé d’attendre l’arrivée du fourgon du PCR.

Elle a déclaré qu’elle était montée dans un pousse-pousse avec l’aide du personnel du PCR.

“Je suis arrivée là-bas (au poste de police de Civil Lines) et je me suis assise dans la salle du SHO, où je pleurais et j’ai informé le SHO de l’incident”, a-t-elle déclaré.

“Je souffrais terriblement et j’avais de fortes crampes. J’ai également commencé à recevoir beaucoup d’appels des médias sur mon portable. En raison du traumatisme, de la douleur et pour ne pas politiser l’incident, j’ai quitté le commissariat sans déposer de plainte écrite. “, a-t-elle déclaré, ajoutant que sa tête se fendait de douleur et que ses bras et ses jambes étaient “terriblement douloureux à cause de l’agression”.

Mme Maliwal a déclaré que les jours qui ont suivi l’incident ont été « extrêmement douloureux pour elle ».

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT