Nouvelles Du Monde

Steinmeier signe une réforme: une nouvelle loi électorale peut entrer en vigueur – Politique

Steinmeier signe une réforme: une nouvelle loi électorale peut entrer en vigueur – Politique

2023-06-08 19:35:47

Le président fédéral Frank-Walter Steinmeier a signé jeudi la loi modifiant la loi électorale, permettant l’entrée en vigueur de la réforme. Steinmeier a ignoré les appels de la CSU et de la gauche à ne pas rédiger la loi – les deux parties la considèrent comme inconstitutionnelle. La Loi fondamentale prévoit qu’avant de signer une loi, le Président fédéral doit toujours vérifier si une loi a été adoptée conformément aux règles de procédure de la Constitution. Dans ce cas, cela n’est pas contesté. En outre, selon l’opinion générale, il dispose également d’un droit substantiel d’examen et peut refuser de signer s’il estime que le contenu d’une loi n’est pas compatible avec la constitution. Cependant, comme le droit de vote n’est pas réglementé dans la Loi fondamentale, à l’exception des principes du droit de vote, Steinmeier avait ici peu de marge de manœuvre.

Le bureau du président fédéral a souligné jeudi que la signature de la loi n’était associée à aucune évaluation politique de la nouvelle loi électorale. Dans le même temps, le bureau a souligné que le droit de vote réglemente “la légitimation démocratique de l’exercice du pouvoir”, c’est pourquoi “la confiance dans l’équité non partisane des règles est d’une importance primordiale”. L’une des traditions démocratiques de la République fédérale d’Allemagne consiste à procéder à des changements à la majorité la plus large possible. Il est donc “regrettable” que les partis représentés au Bundestag n’aient pas réussi à “réaliser un consensus politique plus large pour une réforme de la loi électorale” que ce soit dans la dernière législature ou dans la législature en cours.

Lire aussi  Des consultations cruciales sur l'asile ont commencé: la tension sur une éventuelle chute du cabinet monte | Politique

À l’avenir, tous les vainqueurs de circonscription ne seront pas élus au Bundestag

Le Bundestag avait décidé de la nouvelle loi électorale en mars avec la majorité des groupes de feux tricolores. La coalition veut réduire la taille du parlement de l’actuel 736 à 630 députés. Au cours des vingt dernières années, le Bundestag s’est agrandi. Cela était dû aux mandats excédentaires et de compensation. Les mandats excédentaires surviennent lorsqu’un parti remporte plus de mandats directs dans un État fédéral qu’il n’y a droit selon le résultat du second vote. Pour s’assurer que les autres partis n’en soient pas désavantagés, il y a aussi des mandats compensatoires depuis l’élection fédérale de 2013. La coalition des feux de circulation abolit maintenant ces mandats de dépassement et de compensation. Par conséquent, il peut arriver qu’un candidat qui obtient le plus de voix dans une circonscription ne soit toujours pas autorisé à entrer au Bundestag.

De plus, peu de temps avant l’adoption de la réforme, la coalition des feux tricolores a inclus la suppression de la clause dite du mandat de base dans son projet de loi. Il prévoyait qu’un parti qui échoue à la barre des 5% mais remporte au moins trois mandats directs peut toujours entrer au Bundestag en fonction de son deuxième résultat de vote. La gauche a bénéficié de ce règlement lors de la dernière élection fédérale. La clause était aussi une sorte d’assurance de survie pour la CSU. Bien qu’il ait remporté 45 des 46 circonscriptions bavaroises lors des dernières élections fédérales, il n’a atteint que 5,2 % à l’échelle nationale.

Lire aussi  Les minutes de la Fed montrent des inquiétudes quant à une inflation élevée plus persistante

La querelle sur la réforme de la loi électorale ne s’achève pas avec la signature du président fédéral. Comme la faction CSU et le gouvernement du Land de Bavière, la CSU et la gauche ont déjà annoncé leur intention d’intenter une action en justice contre la réforme devant la Cour constitutionnelle fédérale.

La CSU veut déposer une plainte à Karlsruhe “immédiatement”.

Le chef du groupe régional de la CSU, Alexander Dobrindt, a déclaré qu’il “regrette que le président fédéral n’ait pas utilisé ses opportunités pour travailler à une loi électorale juste et constitutionnelle”. Le procès contre “cette loi irrespectueuse et cette manipulation du droit de vote aux feux tricolores” sera donc déposé immédiatement. Dobrindt a affirmé que la CSU était également “favorable à la réduction de la taille du Bundestag”. Si la Cour constitutionnelle a tranché, on est donc “disponible pour de nouveaux pourparlers sur une réforme démocratique de la loi électorale”.

La gauche accuse Steinmeier d’avoir “complètement échoué”.

Le secrétaire général de la CSU, Martin Huber, s’est plaint que la signature de Steinmeier soutenait une loi électorale qui ne tenait pas compte de la volonté de l’électorat et désavantageait les électeurs bavarois. Jan Korte, le responsable parlementaire de la gauche, a même accusé Steinmeier d’avoir “complètement échoué”. “Surtout dans une situation où trois partis au pouvoir veulent faire sortir deux partis d’opposition du parlement grâce au droit de vote”, le président fédéral aurait été important en tant qu’organe de contrôle, a tweeté Korte.

Lire aussi  L'avion Ita pour Linate « pèse trop lourd » : 6 personnes contraintes de descendre. L'équipage ne parle pas italien et le journaliste Tarquinio "traduit" le problème

Le vice-président du groupe parlementaire SPD, Dirk Wiese, a en revanche déclaré que la signature du président fédéral sur la réforme de la loi électorale mettrait fin au “blocus de l’Union” sur ce sujet. La coalition des feux tricolores a montré “la puissance pour progresser et l’unité pour briser la rigidité politique”: “Nous réduisons la taille du Bundestag – de manière efficace, transparente et avec une sécurité juridique.” Il est très heureux qu’après dix ans de discussion, “cette conclusion heureuse soit maintenant atteinte”. Réduire la taille du Bundestag correspond à « la volonté claire des citoyens de notre pays ».

Le secrétaire parlementaire du groupe parlementaire des Verts, Till Steffen, qui a négocié la réforme de la loi électorale pour son parti, a déclaré qu’il n’avait “aucun doute que l’examen du président fédéral serait positif”. Le feu de circulation “a soigneusement élaboré la loi”. La réforme électorale est “constitutionnelle, maintenant elle entre enfin en vigueur”.



#Steinmeier #signe #une #réforme #une #nouvelle #loi #électorale #peut #entrer #vigueur #Politique
1686244036

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT