Nouvelles Du Monde

Signa Holding est en faillite – économie

Signa Holding est en faillite – économie

2023-11-29 13:19:35

En fin de compte, le sort de Signa dépendait de ce seul fonds. Signa, le plus grand et brillant groupe immobilier autrichien d’Europe, dépend soudain de la merci d’un seul financier, le fonds spéculatif Elliott Investments. Plusieurs entreprises allemandes en ont déjà fait de mauvaises expériences. Généralement, Elliott essaie de prendre le contrôle total. Mauvaise nouvelle pour le fondateur de Signa, René Benko. Naturellement, il s’est battu jusqu’au bout pour l’œuvre de sa vie.

Mais en vain : Signa Holding a annoncé mercredi qu’elle déposerait son bilan à Vienne. L’entreprise doit être restructurée en autogestion. Cela signifie que la direction reste en fonction, mais que toutes les obligations de l’entreprise envers les locataires, les fournisseurs et autres sont supprimées. Un conseiller en insolvabilité vous sera mis à disposition. Signa n’a pas annoncé de qui il s’agirait.

Au moment de la proposition, l’étoile de Benko était tombée depuis longtemps. “Le nom est brûlé”, a déclaré un initié quelques jours avant la faillite de Signa. Ses partisans n’excluent cependant pas un retour dans quelques années. Il a désormais touché le fond et, selon Forbes, sa fortune s’est accumulée à une vitesse fulgurante. Selon les médias, il lui resterait peut-être quelques millions en privé.

Benko voulait dresser le portrait du grimpeur aux débuts modestes

L’implication de Benko dans un procès pour corruption en Autriche aurait laissé une impression durable sur les banques. Il a été acquitté sans condition au début de l’année. Mais l’impression est restée. De plus, il a effacé l’image que Benko véhiculait au moment de son ascension rapide : celle du travailleur, de l’astucieux et de l’action rapide. Il aurait été présent lors des longues négociations de ces dernières semaines, parfois jusque tard dans la soirée. Mais il n’a finalement impressionné qu’un petit cercle. Le public avait de lui une autre image en tête : celle du jongleur financier venteux. La presse peut être impitoyable. Benko jouait à ses jeux avec elle. Je voulais dresser le portrait d’un grimpeur issu de circonstances modestes. Une histoire avec laquelle il a essayé d’impressionner ses interlocuteurs même à l’heure de la ruine. Pour certains de ses collègues, il ressemblait davantage à un semi-criminel. Personne ne voulait plus lui confier de l’argent.

Les banques furent parmi les premières à décliner. Le réseau de 1 000 entreprises réparties dans différents pays était bien trop complexe pour eux. Personne n’a été en mesure de leur fournir des états financiers consolidés. Personne ne savait exactement quel était le résultat final de toutes les transactions.

Lire aussi  Accident de Cardiff hier: la famille et les amis critiquent la police pour la recherche de victimes alors que les hommages affluent

“Que faites-vous d’une Elbtower à moitié terminée?”

Ils sont donc restés silencieux jusqu’à la fin. “C’est le niveau d’émotion le plus élevé parmi les banques”, a déclaré un consultant. Ils auraient peur du moment où ils seraient complètement radiés. La plupart des gens souscrivent à leur assurance immobilière. “Mais que faire d’une Elbtower à moitié terminée ?” Aucune banque ne peut se permettre de terminer un bâtiment. D’autant plus que chaque chantier interrompu coûte plusieurs fois plus cher à la reprise. Les banques ne sont donc pas bonnes non plus. Ils avaient espéré un sauvetage jusqu’au bout. Et Benko aurait servi le plus grand d’entre eux jusqu’au bout. Il pourrait avoir à nouveau besoin d’elle. Maintenant, la dépréciation demeure.

Les investisseurs et actionnaires qui détenaient depuis longtemps des actions des sociétés Signa n’étaient plus disposés ou capables d’injecter des fonds supplémentaires ou suffisants. “Personne ne bougeait plus”, a déclaré une source proche.

Il y a quelques semaines a commencé la phase dans laquelle chacun s’optimisait. Autrement dit : sauver ce qui peut l’être de ce qui vous appartient. En fin de compte, le hedge fund américain Elliott est resté. Quelqu’un qui en vaut la peine lorsqu’il joue le sauveur. Mais ensuite tout est brisé, découpé en filets et les meilleurs morceaux sont vendus pour un profit maximum. Un mauvais scénario. Néanmoins, toutes les personnes impliquées espéraient ardemment que les gens autour de Paul Elliott Singer, le fondateur du fonds, auraient pitié et sauveraient Signa. C’est ainsi qu’en était arrivé le « plus grand groupe immobilier et commercial d’Europe », qui était encore éblouissant il y a quelques semaines. Afin de ne pas compromettre le sauvetage espéré du fonds antiacridien, tous ceux qui étaient au courant ont fait de leur mieux pour cacher son nom. Jusqu’à ce qu’il finisse par s’échapper. Cela n’a pas facilité les négociations.

Fumez seulement des bougies

Il n’a de toute façon pas été accueilli à bras ouverts par les autres investisseurs. Car non seulement leurs actions auraient été diluées, mais elles n’auraient presque rien valu. Elle y serait retournée. C’était comme choisir entre la peste et le choléra : soit tout perdre, soit presque tout.

Lire aussi  Syracuse chérit son départ 6-0 avec un voyage à Clemson ensuite

Les consultants de Rothschild et White & Case ont été présents 24 heures sur 24 jusqu’à la fin. Le temps s’est écoulé et s’est étiré un peu plus. Un accord aurait dû être trouvé ce week-end. Pourquoi René Benko est-il allé faire du shopping avec sa femme à Barcelone ce week-end ? Selon des initiés, cela ne peut s’expliquer que par le fait que les négociateurs ont préféré que la personne à l’origine du désastre n’aide pas à le réparer. Cela en dit long. Les choses sont tout simplement meilleures sans Benko. Il n’y a pas d’autre moyen de lire le message. Signa n’allumait même plus de bougies fumigènes. Personne n’a cru à ses histoires selon lesquelles les Saoudiens ou les Russes l’avaient sauvée.

Au final, il s’agissait d’environ 200 millions d’euros pour une obligation jusqu’à fin novembre et d’un total d’environ un demi-milliard d’euros d’ici la fin de l’année. En fait, si l’on veut, c’est peu d’argent comparé aux plus de 20 milliards d’euros récemment rapportés dans les livres de Signa que valent les propriétés de luxe : le Chrysler Building à New York, l’Alte Akademie à Munich, le Park Hyatt à Vienne et beaucoup d’autres. Mais tous les prêts étaient déjà garantis. Celui qui finirait par être le dernier à prêter à nouveau de l’argent aurait dû se retrouver au fond de la file d’attente en cas d’insolvabilité. Et c’est désormais chose faite. La Signa Holding de René Benko est insolvable.

Finalement, il a même été vérifié si la conduite commerciale de Signa était légale. Certains contrats de location ne relèveraient pas du « marché commun ». Il s’agit notamment des loyers progressifs des grands magasins de luxe. À partir de 2011, Signa rachète progressivement les plus beaux temples du shopping d’Allemagne, dont l’Alsterhaus à Hambourg, l’Oberpollinger à Munich et le Kaufhaus des Westens (Kadewe) à Berlin. Selon les médias, Signa Prime a conclu des locations progressives à long terme inhabituelles avec le groupe Kadewe pendant près de 35 ans. En plus de cela, avec des taux d’augmentation énormes. Alors qu’un loyer total de 82,5 millions d’euros était demandé pour 2023, Signa calculait déjà plus de 100 millions d’euros en 2049. Un consultant parle de « contrats étranges » avec lesquels « des valeurs sont censées être valorisées ».

Lire aussi  Canoo va construire une usine de fabrication de batteries en Oklahoma

Benko avait fait tourner une roue de plus en plus grande. Les rapports ont confirmé des valeurs de plus en plus élevées pour les loyers et, par conséquent, également pour l’immobilier. Tant que les taux d’intérêt étaient bas et que l’argent était bon marché, le système fonctionnait. Les choses sont devenues confuses à mesure que Benko fondait de plus en plus de filiales. Ils se devaient de l’argent. En fin de compte, les dépendances mutuelles étaient si complexes que presque personne ne pouvait voir à travers le réseau.

Étant donné que d’éminents Autrichiens étaient également impliqués, la faillite de Signa est également une question politique. Certains anciens représentants du gouvernement autrichien pourraient désormais avoir besoin d’explications. Benko était associé à beaucoup d’entre eux, quelle que soit leur origine : de l’ancien chancelier de l’ÖVP Kurz à l’ancien chancelier du SPÖ Gusenbauer en passant par l’ancien vice-chancelier du FPÖ Riess-Hahn. Ces deux derniers siègent encore aujourd’hui au conseil consultatif de Signa. Le comité consultatif a disparu de la page d’accueil de Signa au début de la semaine, ainsi que les photos des membres. La nervosité est palpable. Les médias autrichiens ont fait état de millions versés à Gusenbauer. Il aurait joué un rôle clé en faisant en sorte que l’une des filiales allemandes les plus importantes de Signa, la Galeria Karstadt Kaufhof, reçoive une aide d’État de Berlin d’une valeur de 680 millions d’euros. Quoi qu’il en soit, Gusenbauer aurait facturé des millions à Benko pour ses services de courtage à Berlin.

Si cela est vrai, le tableau que Benko a dressé de son pays d’origine est confirmé. Ce n’était pas particulièrement positif. D’un autre côté, il savait aussi utiliser les faiblesses des individus à son avantage. Il a tissé un réseau d’interdépendance et de faveurs dans lequel de nombreuses célébrités se sont mêlées. Il pourrait être intéressant d’observer comment ils sont censés s’en libérer sans subir de préjudice. L’année prochaine, l’Autriche élira un nouveau chancelier.



#Signa #Holding #est #faillite #économie
1701255881

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

ADVERTISEMENT